Le coin du libraire : Horizon tome 1 – Crash

J’avoue qu’à la lecture du petit résumé de ce roman, j’ai eu un doute. Je me suis dit un avion qui s’écrase, des survivants perdus dans une foret mystérieuse, çà ressemble un peu à Lost … tout çà. Mais je me suis dit que ce ne serait surement pas aussi simple et j’ai décidé de faire confiance à Scott Westerfeld, l’auteur de ce premier tome d’Horizon : Crash publié aux éditions Albin Michel Jeunesse.

Pour plus de 500 personnes, ce vol le Japon n’était qu’une routine. Quelques étudiants, des touristes, des amis, des inconnus … une petite foule hétéroclite classique. Ce qui va leur arriver n’a en revanche rien de classique. Au dessus d’un désert de glace, une sorte de créature électrique a attaqué cet avion et éjecté quasi tout ses passagers avant que l’avion ne s’écrase en pleine jungle. Pour le petit groupe de survivants, il va falloir autant trouver de l’eau et de la nourriture et des secours qu’apprendre à s’organiser et à vivre ensemble. Sauf que cette jungle qui ne devrait pas exister au milieu de l’arctique est habitée d’oiseaux aux becs aiguisé comme des rasoirs. Aussi, la découverte d’un étrange artéfact qui permet de modifier la gravité leur propose une énigme pire que les autres : sont-ils encore sur terre?

Autant vous l’avouer, j’ai vraiment eu très peur. Pas pour les personnages du roman mais surtout parce que le premier tiers de ce livre me rappelait énormément un manga : Cage of Eden. J’étais vraiment inquiet que cet Horizon ne soit qu’une simple récupération de cette histoire avec ses jeunes dans l’avion, le stéréotype de l’intello qui dirige l’équipe, celui qui va foncer, les animaux étranges, la jeune fille qui dessine … Cela semblait beaucoup mais alors beaucoup trop proche de Cage of Eden. Mais heureusement cette similitude va disparaître avant le milieu du roman. Donc pour ceux qui auraient comme moi des doutes à la lecture du résumé ou des premières pages, rassurez-vous car ce n’est pas du tout la même histoire.

Revenons à l’histoire qui va mettre à mal nos héros à coup de plantes carnivores ou d’oiseaux étranges mais surtout face à la peur de leur solitude. Comme dans le film Predators, ces quelques jeunes ont l’impression d’être dans un monde étrange qui n’a rien de terrien. Et la découverte du bracelet permettant de réduire ou d’augmenter la gravité autour d’eux va les conforter dans cette idée. Cet élément amène de belles possibilités dans l’histoire et ses fonctions secondaires sont un élément déclencheur pour faire avancer l’histoire. Et la découverte par la suite d’éléments de science-fiction va encore remettre en question le statut des protagonistes : erreur de parcours, sujet d’expérience, chasseur ou chassé …

Maintenant, J’ai quand même un problème avec ce Horizon : Crash. Scott Westerfeld a voulu rendre son livre prenant mais la mayonnaise a du mal a bien prendre. L’écriture est propre et cohérente mais au long des 300 pages du roman il ne se passe finalement pas tellement de choses qui fait avancer l’aventure ou en tout cas à un bon rythme. Même avec les événements en fin de roman avec Molly ne donne pas un sentiment d’urgence qui devrait pourtant être présent. Vu que les personnages sont assez stéréotypés, on a un peu de mal à vraiment s’y attacher (le gars au sabre, l’intello, le comique, les jeunes filles étrangères et les seconds couteaux). Enfin, la fin est très convenue et la résolution ne se fera que dans le ou les prochain tomes mais sans vraiment avoir eu de sentiment d’accomplissement. Pour les habitués du genre, c’est donc un peu léger mais pour les plus jeunes par contre l’histoire va les accrocher surement plus. Les amateurs de films comme Maze Runner ou ce genre de chose seront ravis, d’imprévu ou même un aspect un peu plus épique qui aurait relancé l’intérêt en cours de lecture. Pas mal pour un début mais sans plus.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *