Le coin du Libraire : Poliedrum

Imaginez un roman parlant d’un jeu vidéo qui prends place dans un univers virtuel qui semble être une autre dimension. Imaginez que ce jeu vidéo soit comme un jeu de rôle mais où les protagonistes sont aussi en danger. Imaginez enfin que le méchant du jeu veut venir dans la réalité pour en prendre le contrôle. Bienvenue dans Poliedrum de Rafael Abalos.

La mort de Layonel Savage par des créatures étrange démarre cette aventure. Le pauvre homme était écrivain très connu mais surtout il travaillait sur un projet aussi secret qu’étrange. Quatre adolescents sont choisis par la confrérie que présidait le défunt Savage. Ils vont se voir offrir la possibilité d’entrer dans le monde de Poliedrum, d’en percer les secrets mais également de le protéger. Ceci n’est pas sans danger car les créatures qui ont tué Layonel Savage sont en réalité des monstres venus de Poliedrum, envoyé par un noir maître qui veut récupérer la tablette informatique qui contient le travail de Savage pour pouvoir se matérialiser dans notre réalité.

Je dois vous avouer avoir eu beaucoup de mal avec ce livre. L’idée de départ est pourtant plus qu’alléchante avec un mélange de jeu de rôle et de jeu vidéo le tout dans un roman. On a les adolescents qui essayent de découvrir les secrets de Poliedrum, guidés par les membres du groupe de Layonel Savage, et qui se promènent dans un mélange de réalité alternée, de passé et de fantastique tout en cherchant la véritable entrée de Poliedrum. Sur le papier c’est très bien mais en vrai le rythme de l’histoire ne va pas du tout. Je n’ai jamais été vraiment embarqué dans l’histoire ni même via les caractères des personnages principaux. Ils ne sont justes pas intéressant, sont presque des caricatures des personnages classiques des œuvres actuelles (le balaise, la femme forte mais un peu fragile quand même, le comic releif …). Et j’ai eu du mal à avancer dans l’histoire, non pas quelle soit compliquée mais elle ne donne pas vraiment envie.

En fait, vu que les situations sont souvent trop téléphonées, il n’y a quasi jamais de surprise. Les personnages font des choses trop stupides par moment pour vraiment avoir de l’empathie pour eux et finalement l’histoire n’avance quasi pas au long du livre. Comme je le disais, j’ai eu beaucoup de mal à avoir envie de terminer ce livre. Et il m’a fallu presque autant de temps pour me décider à en écrire la critique. De plus, l’histoire fini dans un twist tout aussi prévu que simple qui demande à être résolu dans le second tome. Eeeettt … je me tâte. J’ai le second volume justement face à moi et j’hésite. L’aventure n’ayant pas été très palpitante, j’ai peur que la suite soit du même acabit.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *