Le coin du libraire – Sweet Lullaby

Je suis toujours ouvert pour découvrir de nouveaux comics. C’est comme cela que je suis  tombé sur un comics édité chez Darby Pop publishing. Ici, point de super héros mais des aventures d’agents du gouvernement US. Ne pensez pas qu’il s’agit de quelque chose d’approchant le S.H.I.E.L.D. mais plutôt de tueurs infiltrés.

Nous suivons dans cette série la tueuse professionnelle Lullaby. Cette jeune fille qui semble bien sous tous rapports dès les premières pages se révèle rapidement être plus qu’efficace dans son métier de nettoyeur. Dans son agence, elle est chargée d’approcher ses cibles en s’infiltrant dans son entourage. Experte du déguisement, ce n’est pour elle qu’un jeu d’enfant. Une fois l’ordre donné, elle exécute avec froideur et efficacité ses cibles. Mais ce n’est pas tout, elle a une vie de famille assez complexe car elle fut élevée comme une tueuse par son père lorsque sa mère fut assassinée. Celui-ci l’a prise comme apprentie et lui a enseigné toutes les ficelles du métier. L’histoire de Sweet Lullaby se complète donc de flashback de son enfance dans lesquels elle apprend à se battre, à tirer et à tuer.  On a donc dans ce comics le quotidien de la tueuse implacable, limite invincible, pendant ses infiltrations alternant avec sa vie personnelle complexe entre son père et son petit-ami qui n’est autre que le fils de l’assassin de sa mère et enfin les flashbacks.

Alors, comment vous expliquer ? Je n’ai pas accroché à Sweet Lullaby, vraiment. Ce n’est surement pas à cause des dessins qui sont assez jolis à regarder même si je ne suis pas trop fan de certains designs. Ce n’est pas non plus dans le rendu visuel de l’action, loin de là. Non, ce qui m’a assez vite perdu c’est déjà l’histoire qui passe son temps à avancer et à reculer sans jamais vraiment se développer. J’ai pu voir les 4 premiers tomes de ce comic et il n’y a toujours pas le début d’une intrigue intéressante en vue. On passe de Lullaby en planque qui tue sa cible à un flashback puis retour à ses problèmes entre son père et son petit-ami. C’est toujours la même chose et hormis l’inimitié du père de Lullaby envers son amoureux, il n’y a pas grand-chose à retirer de ce ménage à trois inintéressant. On a déjà vu maintes fois des histoires de tueurs à gages gouvernementaux  avec un fond très recherché mais ce n’est pas (encore) le cas ici. En gros, je me suis ennuyé en lisant ces histoires et c’est très dommageable pour un lecteur. En tous cas, ça ne me pousse pas vraiment à lire la suite. Pourtant, le premier volume me semblait prometteur mais par la suite, le tout semble s’enliser dans une routine monotone.

Du coup, est-ce que je peux vous conseiller Sweet Lullaby ? Je ne suis pas sûr. Si vous accrochez au style, peut-être mais le manque d’intrigue va vite vous bloquer. Chaque tome pourrait d’ailleurs être lu dans un ordre totalement  aléatoire sans que vous le remarquiez hormis un ou deux passages. Du coup, je ne me suis pas retrouvé dans cette série mais, comme à chaque fois, ce n’est qu’un avis parmi tant d’autre.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.