Mes impression : Brick-Force, le Free to play catastrophique ?

 

Les petits blocs ont le vent en poupe depuis quelques temps, difficile de ne pas croiser un jeu indépendant qui n’essaye pas d’en proposer une variante. Inutile de chercher bien loin pour trouver le fautif de cette nouvelle mode, il suffit de pointer du doigt MineCraft. Le succès de ce jeu à provoquer une hystérie collectif auprès de nombreux développeurs, au point qu’on se retrouve sous une masse de clone plus ou moins originaux.

Même si ses créateurs semblent vouloir se détacher de la vision « MineCraft en mode FPS », il est bien difficile de ne pas faire l’amalgame. Car si on a voulu donner un look un peu plus enfantin à Brick-Force, avec un aspect plus arrondie et coloré aux blocs et personnages, il faut reconnaitre que l’influence est plus qu’évidente.

C’est ExeGames qui est aux commandes de ce jeu et ils n’ont pas fait dans la dentelle pour promouvoir leur petit bébé. De nombreux sites et même des blogs ont reçus des codes pour le lancement de la bêta de Brick-Force, en organisant des pseudos concours pour en gagner. Si vous lisez ces quelques lignes, il est même fort à parier que vous avez-vous-même pu mettre la main sur un de ces fameux sésames qui permettaient de se lancer sur les serveurs.

Après quelques déboires sur l’installation et la mise à jour, j’ai enfin pu démarrer l’application, juste le temps de pouvoir découvrir que les menus sont d’une laideur et d’une ergonomie à faire peur. Un peu de tâtonnement est requis pour comprendre comment lancer une partie, mais on se retrouve rapidement au milieu de la bataille avec nos autres comparses, pour s’exploser la tête dans la joie et la bonne humeur…

Mais en faite non, car c’est là que Brick-Force montre tout ses défauts. Si plusieurs modes sont disponibles, avec les classiques Deathmatch, Team Deathmatch ou encore Capture the Flag, pas besoin de se faire d’espoir sur un éventuel esprit d’équipe de la part de vos camarades. Simplement armé de votre pistolet ou votre mitraillette, les possibilités sont tellement basiques qu’il est uniquement possible de rentrer dans le tas et espérer survivre quelques secondes le temps de tuer un de vos adversaires. Avant de se faire soi-même pulvériser par des joueurs qu’on pensait être dans notre camp, alors qu’il s’agissait de nos ennemis.

 

Car bien évidemment, en équipe le rendu est si mal fichu qu’il est presque impossible de faire la différence entre vos compatriotes ou vos ennemis. Au mieux leur pseudo apparaitra en rouge pour le comprendre, mais il sera souvent bien trop tard. (Quand cela ne bug pas…) Mais Free to play oblige, on se rend bien vite compte que notre matériel de base est plus qu’obsolète et il faut vite investir dans un nouvel équipement avec l’aide de la boutique. Bêta oblige, des points sont allègrement distribuer pour qu’on puisse acheter les quelques rares armes disponibles. Une monnaie qui sera bien évidemment payante par la suite.

Si ce n’était pas déjà le cas, c’est à ce moment qu’on comprend toute la bêtise de Brick-Force. Car les joueurs ont bien vite compris que le jeu se résume à celui qui aura la plus grosse mitraillette. D’autres en revanche ont vite découvert qu’il suffisait d’un simple sniper pour dominer une bonne partie de la carte, car il suffit souvent d’un coin imprenable pour ne plus réussir à déloger une personne qui utiliserait cette arme. Qui au demeurant fait un one shot même lorsqu’on ne vise pas avec le réticule de précision, autant aller jusqu’au bout de l’incohérence. Alors si on rajoute à cela le fait qu’il faut recharger manuellement à chaque fois, je vous laisse imaginer la frustration qu’on peut ressentir à certains moments.

Les cartes proposées sont dans l’ensemble très inégales et reflètent parfaitement tous les problèmes que traine Brick-Force. Elles sont souvent trop petites et on finit dans un gros foutoir où l’on passe notre temps à se faire tuer sans rien comprendre, car les joueurs se marchent sur les pieds. Soit elles sont trop grandes et on passe un temps fou à trouver quelqu’un. Ce qui laisse entrevoir leur conception souvent minimaliste, voir complètement à coté de la plaque avec un effet de labyrinthe vraiment mal fichu.

L’autre promesse, c’est l’opportunité de pouvoir modifier ou construire ses propres cartes et les partager avec la communauté. C’est bien beau, mais cela n’a absolument rien d’original et les moyens sont assez restreints. Le seul intérêt qu’on peut y trouver c’est que l’outil est facile d’accès et qu’il ne demande pas une grande connaissance pour être manié. Mais ce mode souffre d’une grande imprécision dans le posage des blocs, ce qui fait que peu de personnes risquent de vraiment se prendre la peine de développer quelque chose la dessus.

Je pense que je n’ai pas besoin de continuer mon éloge de Brick-Force. A trop vouloir jouer la carte du jeu indépendant et mignon à souhait, le jeu s’enlise dans une multitude de problèmes. Même si cela vient d’une bonne idée, le résultat est plus que décevant et prend vraiment les joueurs pour des moutons. Courir sur le succès de MineCraft en lui empruntant quelques idées de design et espérer que cela ameutera les joueurs, c’est vraiment bien bas. Surtout quand on livre un jeu remplis de bugs et dont les mécanismes souffrent d’un déséquilibre plus que flagrant.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.