L’histoire de Final Fantasy VI : La divinie épopée – Notre avis

Longtemps cantonné au Japon, le genre du RPG a mis pas mal de temps avant de pouvoir percer en Occident. Il faut dire que la barrière de la langue y est pour beaucoup et que les éditeurs ont longtemps hésité à lancer leurs séries phares en dehors de l’archipel japonais. C’est pourquoi Final Fantasy est longtemps resté une licence qui était seulement connu par une minorité de joueurs. Il aura fallu attendre le succès planétaire de FF7 avant que le grand public ne s’y intéresse. Et pourtant il existe un épisode culte sortie durant l’ère 16 bits, le fameux et extraordinaire Final Fantasy 6.

C’est un euphémisme de dire que Ff6 est considéré comme un des épisodes centraux de la série dont-il est issu. Le jeu aura longtemps été un objet de convoitise pour beaucoup de joueurs, notamment pour ceux qui n’avaient pas vraiment accès à l’import. Et c’est peut-être aussi ce qui a aidé à la légende du jeu, avec une presse occidentale qui n’a pas arrêté de l’encensé au fil des années, en plus d’un effet de bouche à oreilles qui y a également largement contribué.

Mais c’est quoi FF6 finalement ? C’est une question un peu vague mais hautement sensible auquel essaye de répondre L’histoire de Final Fantasy 6 : La Divine Épopée. Si vous êtes accoutumés de notre site, si savez pertinemment qu’on est depuis toujours fasciné par le travail accompli par les Éditions Pix’n Love et par le talent d’écriture de leurs auteurs. Et cet ouvrage n’y fait pas exception, même s’il faudra admettre que sa structure est très différence que ce qu’on a pu avoir par le passé chez l’éditeur.

Un ouvrage riche en informations

Ce qui peut choquer dans un premier temps, c’est qu’un bon quart du livre est destiné à un condensé de l’histoire de Final Fantasy 6. Et il faut comprendre par là qu’on s’attarde sur le scénario du jeu, ainsi que sur les événements qui sont joué par le joueur durant son périple au sein du jeu. La lecture peut paraître assez déroutante au début, notamment car on s’attendrait plutôt à une mise en contexte avec les prémisses du développement, mais après avoir feuilleté quelques pages on se rend compte que c’était une démarche vraiment nécessaire.

En réalité il faut bien admettre que tout le monde n’a peut-être pas joué à FF6 ou alors si c’est le cas, comme votre bon serviteur, cela remonte à maintenant plusieurs années. Le fait de nous narrer l’histoire est donc un bon moyen de notre remettre dans le bain. La seconde partie du livre est ainsi en toute logique destinée à la description et présentation des protagonistes de FF6. Encore une fois la démarche est véritablement de nous faire comprendre que le jeu possède un fond très dense et que c’est justement ce qui a autant contribué à le rendre si marquant.

La couverture en elle même est superbement illustrée

Finalement ce sera seulement une petite partie du livre qui sera consacré à la création et développement de FF6. Mais cela n’empêche pas les auteurs de se pencher longuement sur l’enrobage du jeu. Il faut dire que la patte esthétique de Final Fantasy 6 a eu un bon graphique assez important avec cet épisode, en plus d’offrir une ambiance vraiment unique. L’Analyse est donc plus que pertinente et on traverse les chapitres sans s’en rendre compte. Les anecdotes sont également nombreuse, avec comme souvent chez Pix’n Love une envie de retranscrire fidèlement les propos des créateurs, sans pour autant tomber dans une analyse outrancière et qui déformerait les propos tenus lors des interviews.

L’histoire de Final Fantasy VI – La Divine Épopée est donc un livre à posséder de toute urgence, encore plus si l’on est un inconditionnel de la série et de cette épisode en particulier. En plus d’avoir rédiger un chouette ouvrage, les auteurs peuvent également se vanter d’avoir une préface écrite par Akira Ueda, en plus d’avoir des illustrations originales de Kiyoshi Arai pour la couverture. Et si cela n’arrive pas à vous convaincre, c’est qu’on ne peut plus rien pour vous !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *