[MaCollection] Perfect Dark Zero – Limited Edition

Pour varier un peu les plaisirs, j’ai décidé de de créer une nouvelle rubrique dans laquelle je vous présenterai les objets qui font partie de ma collection. Que cela soit des jeux ou d’autres bidules inutiles, j’essayerai en tout cas de vous faire découvrir mon univers. Même si pour l’instant cela risque d’être un peu restreint, du fait que la plupart de mes affaires sont encore en France. Perfect Dark Zero Limited Edition

Pour commencer dans la simplicité, j’ai eu envie de vous parler d’un jeu que j’affectionne beaucoup et qui a marqué ma carrière de joueur. Il s’agit de Perfect Dark sur Nintendo 64, un titre qui à l’époque a fait beaucoup de bruit pour sa réalisation et surtout pour son scénario très mature. Mais si je possède encore ce jeu dans sa version original et que j’ai racheté il y a quelque mois dans son remake sur le Xbox Live Arcade, c’est surtout sa suite que je envie de vous faire découvrir.

Pour l’histoire, le studio à qui on doit l’excellent Perfect Dark c’est RARE, ils sont très connu pour avoir pondu des jeux comme les Donkey Kong Country sur Super Nintendo ou encore des jeux comme GoldenEye 007, Conker’s Bad fur Day ou encore les Banjo & Kazooie sur Nintendo 64. Malgré tout, le studio qui appartenait en partie à Nintendo, s’est fait racheté en 2002 par Microsoft. Depuis la société n’est plus qu’un nom, la grande majorité des développeurs phare ayant quitté le navire depuis longtemps. Aujourd’hui ils développent majoritairement pour Kinect.

Avec le rachat, Microsoft a aussi hérité du catalogue de licences que possédait le studio. C’est pourquoi on retrouve un certain Banjo-Kazooie: Nuts & Bolts sur Xbox 360, mais aussi Perfect Dark Zero, un jeu censé être une préquelle de Perfect Dark.

Grand fan de cette série, cela fait longtemps que j’avais un oeil sur cette suite. Mais je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de mettre la main dessus. C’est pourquoi quand je suis tombé sur la version “Limited Edition” en neuf pour 10$, je n’ai pas vraiment hésité. Mais savoir que le jeu est encore disponible aujourd’hui en neuf, alors qu’il est sortie en 2005 cela laisse présager de sa qualité, mais j’y reviendrai.

Perfect Dark Zero Limited Edition Perfect Dark Zero Limited Edition

La boite est est fait dans un métal plutôt solide et illustré par de superbes artworks, notamment à son verso. Mais malgré le jolie minois de la demoiselle, on a du mal à se dire qu’il s’agit de l’agent Joanna Dark. Le design de la demoiselle à vraiment changé depuis la Nintendo 64, mais on peut toujours excuser ce manque de goût en se disant qu’elle est censé être plus jeune dans cette version.

Perfect Dark Zero Limited Edition

Pour les standards actuels, le contenu peut sembler assez maigre, mais il faut se remettre dans le contexte de sa sortie avec des édition “collector” qui étaient encore rare pour l’époque. C’est pourquoi on retrouve surtout des bonus digitaux, comme le DVD bonus qui contient un petit making-off, ainsi qu’une petite OST des musiques du jeu. En plus d’images pour personnaliser votre Avatar ou le bureau de votre Xbox 360. Et pour finir quelques pages du bouquin Perfect Dark : Initial Vector. (Ils existent deux livres en anglais sur la série.)

On peut aussi y trouver un petit comic, très leger, qui introduit Joanna et son père alors qu’ils travaillent en tant que mercenaire. Pas très bien dessiné, cette bande-dessiné a au moins le mérite d’exister. Mais le plus suprenant de cette édition c’est les Glyph Card, une petite collection de cartes qui existent au nombre de neuf (une par boite) et qui comporte chacune une série de chiffres et lettres. Assez énigmatique, après recherche encore de nos jours de nombreuse théories existent sur leur utilisation, mais aucune d’elles ne semblent vraiment être la bonne.

Perfect Dark Zero Limited Edition Perfect Dark Zero Limited Edition

Pour beaucoup de joueurs aujourd’hui ce “collector” peut paraitre sans intérêt, mais c’est typiquement le genre de chose que j’aime posséder. Surtout quand cela porte sur une série que j’aime. Et pour en revenir au jeu en lui-même, autant vous dire que c’est une grosse déception, mais heureusement que je savais à quoi m’en tenir avant mon achat. Car on est très loin du Perfect Dark d’origine, avec un FPS lambda qui même s’il se joue sans trop de mal, ne mérite vraiment pas de porter le nom de cette licence.

Sans entrer dans les détails, je crois qu’il est difficile de faire le choix entre ce qui est le plus mauvais dans ce jeu. Le système de couverture sans intérêt ou l’IA d’oiseau que se paye les ennemis. C’est le genre de jeu qui devient presque amusant tellement il est mal fichu. Mais la palme revient certainement aux multijoueur qui est d’une lourdeur incomparable et qui se gratifie d’une floppée de bots aussi bêtes que leurs pieds. Les voir sauter sur place en tournant sur eux même, c’est la crise de fou rire assuré. Pour un jeu sortie en 2005, c’est assez hallucinant. Le pire c’est que 95% des succès sont axé autour du multi, sur lequel on ne trouve pas un chat.

Malgré tout ces désagréments, c’est un objet que j’aime bien à cause de sa finition et de ce qu’il dégage. Encore un de mes délires que je n’explique pas et qui aident à remplir mes étagères.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.