Out There Omega : nos impressions sur la version PC

Ca y est la première Beta de Out There Omega est enfin disponible. J’avais hâte de poser les mains dessus tant le jeu d’origine sur plateforme mobile m’avait happé dans son univers. Cette fois-ci, le monde de PC va découvrir la version améliorée ce jeu de gestion/survie qui avait marqué les esprits l’année dernière.

out-there-omega-head

Dans l’espace, nul ne vous entendra vous lamenter

Out There Omega raconte l’histoire d’un pauvre gars, un spationaute qui n’a simplement pas eu de chance. Alors qu’il était en sommeil cryogénique dans son vaisseau transportant des matières première vers la terre, son système de navigation s’est déréglé et le vaisseau à commencer à dériver. Nul ne sait exactement combien de temps s’est passé depuis cet incident. Une année, un millier voire des millions d’années ? Toujours est-il que vous finissez par vous réveiller à l’autre bout de l’univers, seul, perdu et complètement ignorant de ces nouveaux mondes qui vous entourent. Désormais, la seule chose qui compte pour vous est de rentrer sur terre par tous les moyens. Mais la route est bien longue et votre chemin sera semé d’embuches. Il faudra pouvoir survivre dans ces recoins reculés de l’espace, trouver du carburant et découvrir des formes de vies inconnues qui vous en apprendrons peut-être un peu plus sur cette époque étrange. Et quand je parle de survie, je ne parle pas ici de combat car il n’y en aura aucun dans Out There Omega. Je parle vraiment de jongler avec vos ressources pour toujours continuer à avancer. Et croyez-moi, ce n’est pas une chose facile que de continuer à évoluer dans l’espace.

D’un point de vue basique, Out There Omega reprend la même trame narrative et les mêmes notions de gameplay que Out There, son ainé. Mais dans ce cas, quelle est la différence me demanderez-vous … bande de taquins, va. Déjà, la première différence de cette Beta vient des graphismes. Ceux-ci sont vraiment plus beau, utilisant de la 3D et surtout animés. L’espace a l’air d’avoir plusieurs niveaux de profondeur par exemple. Out There proposait principalement des images statiques et chaque planète du même type (rocheuse, gazeuse ou jardin) avait les même graphismes. Désormais, les planètes ont toutes une personnalité graphique bien plus marquée. Autant la vue extérieure de la planète est devenue plus précise, plus mobile (oui, les planètes tournent maintenant) mais surtout correspondent plus à ce qu’elles représentent. Et sur les planètes, le décor de fond est beaucoup plus beau mais aussi plus varié. Pour le moment, il y a deux ou trois fonds différents par type de planète ce qui peut paraître peu mais c’est déjà beaucoup plus que ce que proposait Out There. Aussi, j’imagine bien que cette variété va continuer à grandir au fur et à mesure du développement du jeu. Dans tous les cas, ce premier jet est déjà prometteur.

out-there-omega-pc-0002 out-there-omega-pc-0001

Une version bien plus travaillée et à tout point de vue

Autre chose que l’on remarque si on connaît le premier Out There, la narration a déjà subi un petit lifting. Michel Peiffert nous avait déjà avertis dans son interview que cet aspect serait aussi bien plus poussé (plus de textes et d’aventures, plus de fins, …). Effectivement, j’ai pu constater qu’il y a plus de textes et que les extraits des états d’âme de votre spationaute sont plus nombreux. Bon, je n’ai pas pu voir à quel point cette partie a été plus poussée car malheureusement cette Beta s’arrête lors de la première rencontre avec les juges/architectes. J’attendrais d’avoir une version plus complète pour donner un avis définitif sur ce point. Autre point d’attention, l’ambiance a également subit un petit lifting, lifting supporté par la trame sonore. Celle-ci est très zen mais va terriblement bien avec le jeu, vous emprisonnant dans cet univers rempli de questions et de mystères. On nous avait annoncé plus de travail à ce niveau et là encore on sent une amélioration. J’espère que celle-ci va continuer pour produire un résultat encore plus impressionnant. Toujours présent, le système d’apprentissage du langage des différentes formes de vies rencontrées est toujours aussi efficace. Cela vous prendra du temps avant de comprendre vos interlocuteurs, surtout si vous ne répondez pas selon leurs attentes. Mais c’était aussi une des forces d’Out There qui vous faisait ainsi découvrir son univers par bribe et à force de rencontres.

En revanche, le gameplay d’Out There Omega est strictement identique à celui d’Out There. Que ce soit la partie gestion de votre vaisseau, voyage dans l’espace et utilisation de vos ressources, interfacer avec l’utilisateur … Dans un sens c’est bien normal car Out There Omega est une mise à niveau de Out There. Pourtant, j’aurais bien apprécié quelques améliorations surtout au niveau de l’interface pour la rendre plus simple d’utilisation avec une souris. Il faut bien comprendre que cette interface a été conçue au départ pour fonctionner sur les supports mobiles (tablettes, smartphones) donc elle n’est pas totalement adaptée pour un PC. Elle fait quand même bien l’affaire et le contrôle à la souris fonctionne très bien. Et aussi, comme pour Out There, la difficulté (toute relative) du jeu est encore fort présente. Vous pourrez toujours avoir des parties perdues en quelques minutes pour peu que vous preniez de mauvaises décisions de gestion. Mais c’est la logique du jeu de vous jeter dans cet univers et de vous en sortir avec vos propres moyens. Pour cette première Beta, je dois reconnaître qu’Out There Omega donne un résultat qui se veut très prometteur. J’ai hâte de voir le produit fini.

 

En conclusion

Ce premier jeu d’Out There Omega donne envie d’en voir beaucoup plus. Le niveau graphique est d’ores et déjà bien plus élevé tout en gardant un système de jeu efficace. Après avoir eu un bon succès sur les plateformes mobile, Out There Omega sera probablement un jeu qu’il faudra suivre lors de sa sortie finale sur PC.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.