Restrostone : Notre avis sur la console hybride fait pour le retrogaming

Depuis quelques années on voit se profiler sur internet une vague de bidouilleurs en herbe, voire même expérimenté, qui profite du partage de connaissance sur la toile pour se livrer a diverses créations et même des détournements de produits officiels. Pour le défi ou encore pour s’amuser, les raisons sont nombreuse mais c’est ainsi qu’on voit par exemple débarquer des Nintendo 64 portables ou des modifications plus importantes, comme des consoles hybrides.

Une mode qui a été simplifié et favorisé par l’apparition de circuits électroniques miniaturisés comme le Raspberry Pi, pour ne citer que le plus populaire d’entre eux. Et sans surprise il s’est rapidement créé un marché autour de ses produits, allant même jusqu’à pousser les constructeurs à sortir des versions miniatures officielles de leurs anciennes machines.

Un filon qui a été flairé et qui s’est donc vite retrouvé exploité par divers projet en “Do It Yourself“, notamment par des personnes ayant proposé à la vente des kits permettant de construire soi-même une petite console. Les options proposés varient mais dans l’ensemble il s’agit toujours d’un appareil permettant de lancer des logiciels libres, principalement des émulateurs et donc des ROM d’anciennes consoles de jeu vidéo.

 

De l’expérimentation jusqu’au RestroStone

Et comme bien souvent c’est par des financements participatifs que ces consoles customs ont vu le jour. Ce qui est justement le cas du produit qui nous intéresse aujourd’hui : Le RestroStone. Cette console portable est manufacturé par 8BCraft, une petite société française qui était déjà derrière le projet du RaspiBoy. Un produit similaire mais qui était vendu en kit et qu’on devait donc monter nous-même.

Après avoir appris des quelques erreurs effectué en cours de route avec le RaspiBoy, 8BCraft est revenue à la charge début 2018 avec un Kickstarter pour le RetroStone. La promesse était de livrer une console qui offre tous les avantages d’un GameBoy Zero, notamment sa portabilité, mais aussi la possibilité d’y connecter jusqu’à quatre manettes et ainsi pouvoir s’en servir sur un écran de télévision avec l’aide de sa sortie HDMI.

L’emballage est simple mais solide

Il est difficile de dire si c’est la faute à pas de chance mais entre la date de notre commande et jusqu’à la réception de la RetroStone, il s’est écoulé plus d’un mois. Il faut dire que la liste d’attente sur les commandes semblent plutôt long et les envois se font directement à partir de la Chine. Il suffit donc de choisir un mode de livraison standard pour se retrouver avec un très long délais.

En dehors de ça, la RetroStone est envoyé dans un élégant coffret en carton mais qui se révèle assez robuste. Ce qui est le minimum attendu pour ne pas se retrouver avec un engin brisé ou défectueux à cause des aléas du trajet.

Par contre il ne faut pas s’attendre à un gros contenu dans la boite, car on en reste au strict minimum. On dispose d’un manuel rudimentaire en plusieurs langue, avec les habituels avertissements et mise en garde sur l’utilisation prolongé d’un appareil de ce genre (fatigue, épilepsie, etc), mais il ne faut en revanche pas s’attendre à y trouver un manuel d’utilisation. Pour tout ce qui attrait l’utilisation ou l’installation de la machine, il faudra se tourner vers le site du constructeur qui propose des tutoriels dans ce sens.

Dans le même sens, la RetroStone n’est pas non plus livré avec câble de recharge mais c’est déjà moins handicapant dans la mesure où l’appareil possède une simple entrée micro USB. Pour le reste il faudra se contenter d’une carte Micro SD de 16GB si vous avez pris le pack de base, ainsi qu’une poignée de boutons supplémentaires au cas où ceux installé aux couleurs de la Super Nintendo ne vous plaisent pas. Pour les bricoleurs téméraires, il sera aussi possible de rajouter deux boutons en perçant sur la façade de la console.

Les boutons supplémentaires permettent de changer la couleur ou d’en rajouter si besoin

La prise en main et l’installation de la RetroStone

Même si la Retrostone peut être transformée en petit ordinateur de poche, grâce à l’installation d’un OS adéquat et ses 4 ports USB qui peuvent accueillir un clavier et une souris, il ne faut pas se cacher que la grande majorité des utilisateurs vont surtout en faire une console de retrogaming.

Pour se protéger, 8BCraft ne fournit aucun logiciel avec sa machine. Il faut donc effectuer l’installation nous même en passant par le tutoriel disponible sur le site du constructeur. Rien de bien sorcier mais il faut avoir à disposition une clé USB ou un autre moyen de connecter sa carte Micro USB sur son PC. Il faudra ensuite jongler avec deux ou trois logiciel pour préparer l’installation. Quelques connaissances minimes en informatique sont donc nécessaires. On aurait d’ailleurs apprécié que le tutoriel soit disponibles également en français sur le site.

Le constructeur nous propose d’ailleurs trois versions de logiciel à installer. Deux versions du RetroOrangePi, ainsi qu’une version non officiel intitulé Supreme Retrostone. Sans entrer dans les spécificités techniques, on vous conseille fortement d’utiliser cette dernière si votre intérêt réside dans le retrogaming, car l’interface est bien plus ergonomique et surtout un peu plus rapide.

Pas besoin de vous cacher que si la RetroStone reprend dans les grandes lignes le célèbre design de la GameBoy de Nintendo, c’est pour tenter d’avoir un certain confort lorsqu’elle atterrit dans nos mains. Les dimensions sont d’ailleurs sensiblement les mêmes, la RetroStone était juste un peu moins longue et épaisse que notre bonne vieille GameBoy.

Le design de la machine est agréable et offre une bonne prise en mains

Le placement de la connectique est également similaire, avec la prise jack pour le casque et la molette audio sur le bas. Un petit côté nostalgique bien trouvé et qui est renforcé par les boutons aux couleurs d’une manette de Super Nintendo/Famicom.

Pour le reste pas de grande surprise, la console se tient bien en mains et cela même après une longue séance. Les finitions sont vraiment bonne pour un produit de ce genre et c’est notamment dû à une coque en plastique moulé. Alors qu’habituellement on doit faire à un case imprimé, avec des bordures mal découpés et donc désagréable au touché.

Si l’on voudrait vraiment chipoter, ce serait à faire sur le placement des boutons LR en arrière de la machine qui sont du coup difficilement accessibles pour des grandes mains. Mais on peut déjà s’estimer heureux qu’ils soient présents, ce qui ouvre la RetroStone à pouvoir émuler des consoles un peu moins vieilles.

 

Les boutons arrières sont une bonne idée, mais peu accessibles pour des grandes mains

Les défauts majeurs de la RetroStone

Malheureusement comme vous pouvez peut-être vous en douter, aucun produit n’est réellement parfait et la RetroStone n’y fait pas exception. Pour un prix de 135€ on pourrait être en droit de s’attendre à un appareil frôlant l’excellence mais il y a quelques ombres au tableau qui font que ce n’est pas le cas.

On peut faire abstraction de certains d’entre eux, notamment ceux lié au système d’exploitation que vous avez choisi, mais c’est moins drôle quand il s’agit de problèmes techniques liés au hardware. 8BCraft à déjà beaucoup travaillé à améliorer son produit et est très réactif sur les forums et proposent parfois des solutions, voire de lui renvoyer la machine pour une révision.

En revanche le problème majeur et qui ne semble pas être sur la liste des problèmes à résoudre, c’est vraiment la faible résolution de l’écran 3,5 qui est utilisé dans le fabrication de la RetroStone. Une faiblesse qui a été pointé du doigt par un bon nombre d’utilisateurs et qui on doit bien l’avouer, saute aux yeux dès qu’on lance la machine. C’est plus flagrant dans des jeux très coloré, mais il suffit de passer un peu de temps dans les menus pour se rendre à l’évidence que les plus petits caractères sont parfois illisible.

L’écran souffre de sa basse résolution, avec un flou permanent dans les menus et jeux

C’est d’ailleurs pour ça qu’il est grandement recommandé d’utiliser un OS comme le Supreme Retrostone, qui corrige en partie ce désagrément.

Que cela soit pour un souci de coût ou pour rallonger l’autonomie de la console, c’est quand même dommage que notre confort visuel en soit altéré. Notamment lorsqu’on prend en compte le prix assez conséquent de la console. Ce qui est contrebalancé par le fait que la machine est déjà entièrement monté et qu’elle dispose d’autres atouts, comme sa puissance, ainsi que ses quatre ports USB et Ethernet. Mais au bout du compte il y a clairement un choix à faire, surtout qu’il est aussi possible de se retrouver avec une fatigue oculaire à cause des leds bleu sur le côté de l’écran. Ces derniers sont très vives et pour peur que vous ayez des problèmes de vues, cela peut vite devenir dérangeant, voire inconfortable.

 

Notre avis sur la Restrostone

Avec l’explosion des consoles en DIY et les dérivés de Raspberry Pi, la Retrostone n’est pas la meilleure dans sa catégorie, mais pour son prix élevé elle offre quand même quelques avantages. Et le plus important est d’avoir une console qui permet une utilisation hybride, pouvant être utilisé de façon nomade mais également en se branchant sur une télévision, afin de jouer jusqu’à quatre ou cinqjoueurs. Son défaut le plus important reste la basse résolution de son écran, mais pour peu qu’on ne cherche pas l’optimisation à outrance il y a moyen de s’en accomoder. La Retrostrone étant complètement monté dès sa réception, cela reste aussi une alternative si la construction de votre propre console vous fait peur.

2 réponses
  1. Simon
    Simon dit :

    Merci pour ce test très intéressant.
    En conclusion il est dit que “la Retrostone n’est pas la meilleure dans sa catégorie”.
    Du coup quel est selon vous la meilleure console rétro portable dans le style de la Retrostone ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.