Test – Senran Kagura Burst Re:Newal

Test – Senran Kagura Burst Re:Newal

Je ne suis vraiment pas familier avec la série Senran Kagura. Apparemment celle-ci s’est beaucoup dispersée en optant pour des genres différents au fur et à masure (visual novel, jeu de rythme, tir, …). Mais dans notre cas, c’est d’un jeu d’action qu’il s’agit et c’est un peu mon genre de prédilection. Aussi remettons nous dans l’ambiance scolaire et allons voir l’académie Hanzo et ses shinobis en petite tenue. Le bien, le mal … avec un bon sabre c’est quand même plus fun Depuis le Japon antique, les guerriers de l’ombre sont utilisés par les seigneurs pour toutes sortes d’actions. Meurtre, vol, espionnage … ces shinobi étaient partout. Mais avec les changements politiques, les seigneurs disparurent mais les puissants continuèrent à utiliser ces soldats de l’ombre. Le gouvernement ne voyant pas d’un bon œil ces guerriers et leurs actions, décision fut prise de créer une école de Shinobi pour servir le gouvernement. Ces bons shinobi ont pour tâche principale de contrer les autres shinobi, sobrement catalogués comme mauvais, et restaurer l’équilibre dans le monde de l’ombre. C’est dans l’école Hanzo que l’histoire commence avec la nouvelle génération d’étudiantes en arts de l’ombre qui va devoir s’entrainer pour finalement combattre les étudiantes de l’école adverse. Senran Kagura Burst Re:Newal est un beat’them all en 3D assez classique qui m’a fait penser dans certains aspects à la série des Dinasty Warriors. Je m’explique : il faut presque toujours combattre quelques hordes d’ennemis ayant peu de mouvements avant de tomber sur un ennemi un peu plus costaud et plus mobile. Les phases de combat permettent d’exploiter un large panel de mouvements pour chaque...
Test – Override : Pacific Rim 2.5 ou le retour des robots casseurs

Test – Override : Pacific Rim 2.5 ou le retour des robots casseurs

La vague d’intérêt pour les robots géants a été relancée depuis la sortie du premier film Pacific Rim. Le jeu tiré de ce film ne nous avait malheureusement pas convaincu à l’époque. Mais voilà qu’un nouveau challenger rentre en piste. Override : Mech City Brawl vos promet de la casse en grand avec nombre coups de poings métallique géants. On va le passer sous la loupe. Ça me rappelle de vieux jeux comme Godzilla ou War of the Monsters … Dans le futur, les combats de boxes ont laissé la place des combats de robots géants. L’humanité suit avec plaisir ces combattants d’un nouveau genre et idolâtre leurs pilotes. Mais soudainement, à différents endroits autour de la terre, une horde de monstres géants lance une attaque. L’armée n’a d’autre choix que de faire appel à ces nouveaux gladiateurs de la ligue de combat des robots. Ceux-ci sont les seuls êtres suffisamment grands et puissants pour vaincre ces hordes de monstres étranges et protéger l’humanité. Mais quelque chose cloche dans cette histoire et nos pilotes devront comprendre le but final de ces monstres afin de couper court à ces attaques. Override se présente comme un mélange entre un jeu de combat en 3D et un beat’them all. Les déplacements se font comme dans un jeu de plateforme 3D un peu classique mais en prenant en compte la lourdeur de déplacement de votre robot. Les environnements sont variés et proposent même des passages en hauteur ou en sous-sol. Votre robot se contrôle principalement avec les gâchettes, gâchettes hautes pour les coups de poings et gâchette bas pour les coups de pied. Ces coups...
Test – Steel Rats : Easy Rider est dans la place

Test – Steel Rats : Easy Rider est dans la place

Quand on vous dit que l’on peut voir arriver tout et n’importe quoi comme type de jeu. Voici donc devant vos petits yeux ébahis SteelRats, un jeu de plateforme … à moto … Oui, Oui, vous avez bien lu. Bah, après tout … pourquoi pas si c’est bien fait. Get your motor runnin’, head out on the highway La vie est calme dans Coastal City. Dans cet environnement les Steel Rats, club de bikers chevronnés, sont les rois de la nuit. Mais pour l’heure, le calme est devenu inquiétant lorsque les membres des Steel Rats ne répondent pas à l’appel. Et pour mettre plus d’huile sur le feu, de nombreux robots apparaissent dans les rues et attaquent les gens. Ces créatures mécaniques, petites ou totalement énormes, prennent d’assaut la ville et détruisent tout sur leur passage. Les Steel Rats vont devoir se reformer et tout faire pour comprendre ce qui se passe et surtout ils vont devoir utiliser toutes leurs compétences pour contrer la menace. Steel Rats est un jeu un peu atypique. A vrai dire, je ne me rappelle pas vraiment de jeux de plateforme pure avec une moto et je ne compte pas dans cette description les jeux de trial ou de climb de hill. Et dans le cas de Steel Rats c’est un jeu de plateforme en 2.5D ce qui signifie que l’on joue également sur la profondeur pour les déplacements. Il faut compter en plus toutes les subtilités du gameplay qui influencent les déplacements avec entre autres la capacité de votre moto à avoir une lame circulaire fixée sur la roue avant. Cette lame va...
Test – Call of Cthulhu: Ne pas réveiller le grand ancien qui dort sur Playstation 4

Test – Call of Cthulhu: Ne pas réveiller le grand ancien qui dort sur Playstation 4

Lovecraft est décidément un des auteurs qui m’auront marqué dans mon parcours de lecteur. L’emprise de l’univers de Cthulhu sur l’imaginaire collectif et la façon de voir le rapport à la peur et à la folie se voit encore dans beaucoup d’écrits et de jeux de rôles. C’est donc avec une impatience non dissimulée que j’attendais ce jeu car il devait répondre aux attentes des fans de l’ambiance pesante de Lovecraft. Qui a peur du grand méchant Chtulhu … Edward Pierce n’a pas le vent en poupe. Ancien soldat, il tente de survivre en tant que détective privé fortement porté sur la bouteille histoire d’oublier ses cauchemars. Alors qu’il touche le fond, une affaire lui est proposée pour enquêter sur la mort de la peintre Sarah Hawkins, de son mari et de son fils dans la petite ile de Darkwater. Sur place, il découvre vite que tout n’est pas rose sur la petite île bercée d’un brouillard verdâtre. Entre les contrebandiers, les policiers qui bâclent leur travail et les marins alcooliques obnubilés par la légendaire pêche miraculeuse du siècle dernier, le travail de Pierce ne sera pas facile. Mais les choses les plus importantes sont souvent bien cachées comme un dans cet hôpital psychiatrique beigné de vapeur hallucinogène, une peinture qui semble maudite ou même des cultistes. Finalement, où est la vérité dans tout cela ? Alors, je vais vite vous rassurer car ce Call of Cthulhu respecte plutôt bien l’univers de Lovecraft. L’époque, les environnements, l’ambiance même des écrits de Lovecraft est bien présent. Pour avoir pu jouer au jeu de rôle éponyme, je n’irais pas jusqu’à dire que ce...
Test – Speed Brawl : Pour avancer dans la vie, rien ne vaut une bonne tatane dans la tronche

Test – Speed Brawl : Pour avancer dans la vie, rien ne vaut une bonne tatane dans la tronche

La résurgence de jeux 2D a de quoi ravir les vieux joueurs comme moi. Une croix, quelques boutons et de l’adresse sont les ingrédients principaux et c’est souvent bien suffisant. Speed Brawl a décidé de jouer cette carte pour proposer un jeu simple, nerveux et efficace. Intéressant, non ? Esquive, contre et poing dans la face Le futur, tant de possibilités qui s’offrent à nous. Dans ce futur en particulier, la terre a été dévastée suite à une catastrophe lunaire et à une crise économique. Dans cet environnement, la seule chose qui va secouer les foules tourne autour de course de Speed Brawl. Il s’agit d’un mélange entre des courses et du combat en arènes où il faut aller le plus vite possible jusqu’à la ligne d’arrivée en ayant bastonné tous les monstres et dresseurs sur votre chemin. Votre petite équipe va rencontrer différents personnages qui se joindront à leur groupe pour arriver jusqu’à la ligue finale et combattre la source de tous les maux de l’humanité. Pour expliquer un peu à quoi ressemble Speed Bralw, imaginez qu’il faut juste enchaîner plusieurs la partie combat en arènes fermées de Guacamelee 2 pour finir une course. Le jeu se présente comme un beat’them all en 2D assez classique avec des graphismes dans un style entre le dessin animé et l’animation flash. Attention, ce n’est pas une remarque péjorative car le tout est assez beau avec des animations très correctes. En revanche cela manque assez de créativité au niveau graphismes. Dès le début on se dit que c’est joli mais surtout c’est du déjà vu des dizaines de fois. C’est surtout au...
Test – Call Of Duty – Black Ops 4 : La tentative de retour aux origines

Test – Call Of Duty – Black Ops 4 : La tentative de retour aux origines

Comme pour les FIFA, chaque année voit arriver son shooter militaire. Que ce soient les Call of Duty, les Battlefield ou autre, ces séries de triple A essayent souvent de se différencier mais finissent toutes plus ou moins à se ressembler. Après l’espace et les courses sur les murs, le CoD nouveau va tenter de revenir à ses bases en favorisant le multijoueur. À voir si les joueurs vont apprécier. Pour quelques modes de jeux de plus … Après avoir fait tellement de communication sur les modes solo des autres épisodes de Call Of Duty, Treyarch et Activision ont décidé de purement éliminer le mode solo. Donc avis aux joueurs en mal d’aventure épique, vous devrez mettre votre mal en patience. La seule chose qui ressemble un peu au mode solo est le mode zombie qui met en place une histoire de protecteurs de l’occulte. Mais si ce mode est sympa (même si le blocage des portes devient très peu utile), c’est bizarre d’avoir un mode scénarisé que l’on ne peut gagner et surtout où vos avatars passent leur temps à dire tout et n’importe quoi. Perso dès la cinquième fois j’en avais marre d’entendre « et voilà que j’achète une arme à un mur » … C’est vite casse pied. Mais n’étant pas le plus calé dans le multi de Black Ops j’ai utilisé mon bonus d’appel à un ami, ami qui a déjà platiné chaque épisode de la série COD et m’a expliqué en détail ce qu’il en a pensé. Première remarque, il est incorrect de parler d’un Black Ops 4 mais plutôt d’une version 3.1. Vous n’avez plus...
Test – Fast Striker : Pas comme les grands

Test – Fast Striker : Pas comme les grands

Est-ce encore un temps où les shmups à l’ancienne ont la côte auprès du public ? Dans notre monde peuplé de triples A aguicheurs, ces jeux sont plutôt réservés à une élite aux réflexes surhumains maitrisant les sticks arcade à la perfection. Ces joueurs sont de plus en plus rares et réussir à les contenter tient presque du miracle. Mais autant vous le dire, ce n’est pas Fast Striker qui va les combler. Bullet hell du pauvre Fast Striker est un jeu de tir en ED vue du dessus des plus classique. On avance, on tire sur tout ce qui s’approche et on avance jusqu’au boss. Je pense qu’il n’y a pas beaucoup plus simple comme concept, surtout dans ce genre de jeu qui a quand même un gameplay assez limité en général. D’autant que ce Fast Striker ne prends pas vraiment de risque avec son gameplay. Vous aurez 3 boutons avec le tir de base qui tire vers le haut et couvre une bonne surface de l’écran. Si vous laissez le bouton enfoncé cela change la puissance du tir qui se concentre plus devant votre vaisseau tout en ajoutant des missiles à votre puissance de feu. Cela peut s’avérer pratique pour certains ennemis mais réduit la surface de tir et surtout réduit votre mobilité. Le second bouton vous permet de tirer vers le bas pour détruire les ennemis qui vous attaquent par derrière. Enfin le troisième bouton vous entoure très temporairement d’un bouclier si vous en avez en stock. Voilà, rien de bien formidable. Parlons un peu technique et voyons ce que Fast Striker propose visuellement. Hé bien …...
Test – Guacamelee 2 : El famoso Luchador

Test – Guacamelee 2 : El famoso Luchador

Guacamelee a eu un bon succès lors de sa sortie. Pourtant je n’y ai pas vraiment joué à son époque. Notre bien aimé rédac chef s’en était chargé et avait donné une très bonne note à ce metroid-vania mélangeant plateforme, lutte et monde des morts mexicain. Mais du coup, je vais vraiment découvrir cette suite sans apriori. Voyons donc ce qu’elle a dans le ventre. Quelques années plus tôt … … Juan, le champion des luchador (lutteur mexicain) avec son masque magique a sauvé les Mexivers, et accessoirement l’élue de son cœur. De nos jours Juan a pris un peu de ventre, sa gloire reste dans les mémoires et il vit une vie calme avec sa femme et ses deux enfants. Mais lorsque d’étranges formes noires apparaissent un peu partout, notre luchador doit reprendre du service en retournant dans le monde des morts retrouver son masque et ses pouvoirs. Face à un autre luchador masqué qui recherche le guacamole sacré des dieux pour devenir tout puissant, Juan aura fort à faire. Et si en plus toute une étrange troupe de poules Illuminati vient mettre son nez dans cette affaire, l’histoire devient vite très compliquée. Une fois encore, le destin de l’univers sera dans les mains de Juan et de ses amigos. A vrai dire, j’étais assez mitigé en démarrant Guacamelee 2. Graphiquement le jeu est très propre et bien détaillé avec de chouettes jeux de couleurs qui rend l’action assez lisible. Mais le début du jeu était vraiment très lent. Après un bref retour sur le dernier combat du premier épisode, l’histoire se met très mollement en place avec...
Test – Brawlout : Smash Bros a bien changé

Test – Brawlout : Smash Bros a bien changé

Depuis des années, la licence Smash Bros fait le bonheur de tous les fans de Nintendo. Simple d’accès, avec des personnages iconiques des différents jeux estampillés Nintendo et même avec quelques invités, ces jeux ont fait le bonheur de milliers de joueurs. Il est donc normal que d’autres studios tentent de surfer sur ce succès en adaptant la sauce Smash Bros à d’autres licences. Brawlout fait partie de ceux-ci. Let’s fight Bon, on ne va pas aller trop en détail avec la partie histoire de Brawlout. Différents personnages avec différentes histoires se battent entre elles pour des raisons aussi diverses qu’inintéressantes. Ce n’est pas une remarque négative sur Brawlout mais c’est juste que les jeux de combats actuels sont devenus très pauvres au niveau histoire. Mais passons, ce n’est pas vraiment le plus important ici. Le plus important est que Brawlout est un jeu de combat en arène qui se veut très proche de la série Smash Bros mais en intégrant un peu plus d’une vingtaine des personnages originaux mais aussi quelques autres tirés de jeux plus ou moins connus comme Guacamelee par exemple. Je ne connais pas personnellement les autres tels qu’Hyper Light Drifter, Yooka-Laylee ou Dead Cells mais c’est une bonne nouvelle pour les fans de ces jeux. Parlons directement technique, graphismes et gameplay car dans un jeu de combat, c’est ce qui compte le plus finalement. Graphiquement, je suis très content de dire que Brawlout est très bien réalisé. On sent que les développeurs avaient à cœur d’offrir un jeu visuellement impeccable et il faut reconnaître que le sens du détail, les jeux de couleurs, tout...
Test – Blacksea Odyssey : Êtes-vous prêts les enfants ?

Test – Blacksea Odyssey : Êtes-vous prêts les enfants ?

Le vivier indé semble totalement inépuisable. Des millions d’idées différentes pour des millions de jeu avec plus ou moins de succès et de réussite. C’est dans cet océan de jeux qu’apparaît Blacksea Odyssey, un jeu twin-stick shooter spatial … assez spécial. L’espace, l’ultime frontière Alors qu’avons-nous ici ? Dans l’univers de Blacksea Odyssey, l’espace est rempli de créatures agressives sur lesquelles des primes ont été mises par les autorités afin d’encourager les chasseurs de primes, tels que vous, à s’occuper de ces « problèmes ». Et vous, vous êtes un vieux de la vieille, un habitué, un dur de dur qui n’a peur de rien et même de créatures mythologiques comme Chtullhu. Armé de votre harpon, de votre surf spatial, vous êtes prêts à en découdre face à toutes ces créatures, petites ou grandes et à récupérer les primes mais également les trésors qui seront disséminés sur votre route. Tel un capitaine Achab à la poursuite de Moby Dick sur son canot, vous avez la certitude, et les compétences, d’en ressortir grand vainqueur, une belle somme en poche. BlackSea Odyssey est donc un twin-stick shooter qui a une apparence assez classique au niveau de son déplacement avec une vue du dessus avec des graphismes et une bande son assez corrects. Par contre, Blacksea Odyssey se démarque assez vite du reste de la production similaire dès qu’on s’attarde à ses spécificités de gameplay et d’environnement. Déjà, les ennemis sont tous organiques. Ça a l’air léger comme point mais vous verrez plus loin pourquoi c’est important. Votre arme principale a deux fonctions : lance et harpon. La lance est bien sûr votre arme de jet...