Test – Assault Android Cactus : Le soldat Cactus vient vous sauver

On vous le dit souvent mais il est difficile de se démarquer en tant que développeurs, surtout quand votre jeu est dans une catégorie qui est inondé de productions du même genre. Assault Android Cactus en fait partie et on se dit d’avance qu’il sera bien difficile d’y trouver quelque chose d’original. Notamment quand on part du postulat qu’il s’agit d’un twin-stick shooter avec des androïdes. Il y a clairement plus mieux comme concept mais cela ne doit pas nous empêcher d’y jeter un coup de pelle.

Des androïdes pour la boucherie!

Un vaisseau dans l’espace qui s’est un peu égaré et on y envoie un androïde du nom de Cactus pour résoudre la situation. Évidemment le cargo est en proie avec des vilains méchants robots et il faudra éliminer la menace. La bonne surprise étant que d’autres androïdes étaient également dans l’engin et qu’elles viendront nous prêtre main forte. À partir de là on déambule de stage en stage, en éliminant tous les machins fait de métaux qui voudront s’en prendre à nous. Comme on a devant nous un Twin-Stick Shooter assez classique, pas besoin de vous dire que l’objectif d’un sera d’être dans une arène qui grouille d’ennemi et qu’il faudra tout nettoyer pour passer au niveau suivant.

Avant chaque lancement de partie, on pourra choisir parmi une des quatre androïdes, en sachant que d’autres se débloqueront au fil de notre avancé, après chaque élimination de boss pour être plus précis. Chaque robot dispose d’une arme principale, ainsi que d’une secondaire un peu plus dévastateur mais limité dans son utilisation. Cette simplicité de gameplay s’accompagne d’une prise en main du plus intuitif. Un stick pour déplacer notre personnage et l’autre pour viser, tandis que les gâchettes serviront pour tirer une des deux armes. Et c’est là tout le principe d’Assault Android Cactus. Il serait difficile de faire plus simple et même si cela manque clairement d’ambition, il serait bien difficile de dire que cela ne fonctionne pas.

Cela peut vite devenir très tendu pour survivre

Fait attention à ton énergie

Là où le gameplay se démarque un peu plus, c’est que notre androïde possède une jauge d’énergie. Elle est représentée par une batterie sur le haut de l’écran et si elle se vide c’est tout simplement la fin de la partie. La barre diminue petit à petit et elle prend un coup également si on se fait assommer en perdant toute notre vie. En sachant que cela n’est que temporaire et il suffira de matraquer la touche de tir pour se remettre sur nos pattes. Les ennemis lâcheront avec parcimonie des orbes d’énergie qui aideront à remonter la jauge en question. Évidemment, c’est la théorie mais dès qu’on commence à entrer dans des niveaux avancés la difficulté augmente et il devient difficile de garder constamment l’énergie à une hauteur convenable.

Et bien que l’armement n’évolue pas, il sera tout de même possible de gagner légèrement en dégâts en ramassant des pièces argenté lâché par les ennemis. Et sans surprise la puissance redescend tout aussi vite si l’on ne ramasse pas ces bonus. À coté de ça il y a aussi des power-up qu’on peut ramasser aléatoirement après avoir tué des robots adversaires. Pas grand-chose de bien original encore une fois, dans la mesure où cela nous aidera à se déplacer plus rapidement, une orbe qui paralyse temporairement nos cibles ainsi qu’une autre qui nous octroie deux tourelles de tir en soutien. Ce n’est rien d’extraordinaire mais au moins cela amène un peu plus d’action. Alors que pourtant le jeu n’en manque clairement pas, car autant vous le dire tout de suite : c’est un grand foutoir.

Les ennemis ont du répondant

Devine sur quoi tu es en train de tirer

Car oui, si une arène rempli d’effets dans tous le sens, des explosions et des ennemis qui grouillent dans tous les sens ne vous fait pas peur et bien sachez que Assault Android Cactus est un jeu pour vous. Après comme on peut largement s’en douter, la lisibilité prend un sérieux coup dans les dents et il n’est pas rare de se perdre dans la mêlée. Surtout si vous avez l’envie de jouer à quatre joueurs en local. Autant vous dire qu’à ce moment là cela devient du grand n’importe quoi. Mais dans l’absolu ce n’est pas trop grave, car on s’amuse tout de même. Après il faut vraiment de la persévérance pour espérer faire grimper notre multiplicateur et notre score assez haut, car la difficulté est parfois redoutable. Notamment contre les Boss qui ne manquent pas d’avoir du répondant. Même s’il est possible de déplorer leur trop grande jauge de vie, ce qui rend les affrontements parfois trop long.

La campagne principale dispose de 25 niveaux qui sont répartis en groupe de cinq par zone. Cela peut paraître peu mais le bon point c’est qu’aucun des stages ne se ressemblent vraiment. Le principe reste le même, c’est-à-dire qu’on est dans une arène, mais la taille et la forme peuvent grandement varier et même changer de superficie ave le temps. On tombe d’ailleurs fréquemment sur des éléments qui peuvent apparaître sur le terrain et qui viennent nous perturber. Ainsi notre manière d’appréhender un niveau est parfois remit en question, ce qui permet d’avoir un peu de renouvellement. Pour y contribuer on aura aussi un mode infini dans lequel on monte des étages en terrassant tout ce qui se montre devant nous, ainsi qu’un mode Rue de boss qui consiste, sans surprise,  à enchainer les Boss. Rien de bien palpitant, mais qui apporte tout de même son lot de contenu supplémentaire.

Les plus persévérants pourront aussi s’amuser à acheter tous les bonus disponibles. Il y a une galerie avec quelques images de conception du jeu, ainsi qu’une collection de descriptions des personnages et des ennemis à débloquer. Le plus intéressant reste tout de même les Bonus Ex, qui permettront d’avoir quelques extravagances, comme celle de pouvoir activer des IA en solo ou encore avoir une vue subjective. Pas de quoi fouetter un pingouin mais au moins peut donner un objectif après avoir terminé le jeu, puisqu’il faudra se faire pas mal de parties pour engranger des crédits afin de pouvoir tout acheter. Bon, il y a de forte chance que vous ne le faisiez jamais, mais au moins sachez que c’est possible de le faire.

 

En conclusion

Ce n’est clairement pas le meilleur Twin-Stick Shooter de l’année, mais Assault Android Cactus est un jeu plus qu’honnête. Bien que la réalisation peine un peu, cela reste très jouable et on a de quoi s’amuser durant quelques temps. Notamment si l’on tente d’y jouer avec quelques amis en local. Le contenu est satisfaisant et aura de quoi nous tenir durant une dizaine d’heures, voire un peu plus. On aurait peut-être aimé que le gameplay soit un peu plus étoffé, mais en l’état cela reste quand même agréable à jouer.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.