Test – Blast’Em Bunnies : il y a pas que les lapins qui sont crétins

Parfois, il y a un jeu qui tombe d’un peu nulle part et qu’on aurait préféré ne jamais rencontrer. C’est probablement ce qui pourrait vous arriver avec Blast’Em Bunnies, qui malgré les apparences n’est pas un jeu qui se destine véritablement aux enfants. Lorsqu’on sait qu’on peut y trouver des lapins armés de grenades et de couteaux et qui en veulent à notre vie, mieux vaut éviter de traumatiser nos petites têtes blondes.

blast-em-bunnies-head

Vous n’aurez pas envie d’y jouer

Parfois il y a des jeux où il est possible de se faire un avis sur l’intérêt de son gameplay et cela dès la première seconde. Heureusement ces cas sont rares, mais quand on tombe dessus c’est souvent synonyme d’une longue traversé du désert en se demandant ce qu’on fait là. C’est le cas avec Blast’em Bunnies qui sur le fond se trouve être un jeu dans lequel on nous demande d’abattre des lapins en leur tirant des carottes dans la tête. Une seule phrase pour vous résumer tout le principe du jeu et on vous imagine déjà en train de pleurer toutes les larmes de votre corps. Mais de rire forcément. Car c’est la seul chose à faire en voyant l’hécatombe qui s’ouvre devant nous et qui en plus nous donne envie de prendre nos jambes à notre cou, en partant très loin de cette catastrophe.

Autant vous dire également que le contenu du jeu frôle le néant, au point qu’on pourrait presque parler d’une arnaque. Pour vous situez un peu, il suffit de savoir que Blast’Em Bunnies est constitué d’une seule et unique arène et cela même sans aucune variante de décors ou de couleurs. Le joueur est placé en son centre aux commandes d’une tourelle qu’i; va pouvoir bouger sur un axe de 360 degrés. Pour le reste il suffira de pas grand-chose pour saisir qu’on va devoir tirer sur les différents types de lapins qui apparaissent, afin de gagner des points et ramasser des l’argent qui servira à améliorer notre vie ou nos tourelles. Un gameplay basique et qui n’a pas de grosses ambitions, mais dès le tutoriel on comprend que c’est simplement ça que le jeu aura à nous offrir.

Vous ne voulez pas jouer à ça

Vous ne voulez pas jouer à ça

Fuyez pauvre fou

Et c’est là que toute la mise en abyme commence, quand on se rend à l’évidence que Blast’Em Bunnies n’a rien pour lui. Le principe de base se décline dans un mode défi où l’on doit tuer le plus de lapins possible en moins de deux minutes. Tandis que le mode principal devra être refait en boucle, en gagnant de l’argent et en continuant d’améliorer notre équipement pour chaque fois arriver le plus loin possible. À noter que selon la console, le jeu propose de diriger la tourelle avec l’aide du gyroscope intégré de la machine ou de la manette. Sur la version Playstation 4 que nous avons eu entre les mains, il est possible de bouger la tourelle avec l’aide du sixaxis de la manette. Pas besoin de vous préciser, qu’en plus d’être très fatiguant pour les bras sur le court terme, que cela est plutôt injouable car il faut constamment anticiper un léger temps de latence.

L’autre problème et qui est lié à la grande redondance du gameplay, c’est que le jeu propose un contenu famélique avec seulement une arène et neuf skins de monstres différents. Mais que si vous souhaitez en avoir un peu plus, il faut passer par la case des DLC. Oui vous avez bien lu, il sera nécessaire de passer encore une fois à la caisse pour s’acheter un pack d’arènes et éventuellement deux packs de skin pour changer l’apparence des lapins. Pour avoir tout le contenu il faut au final débourser autant que le prix de base auquel est vendu Blast’Em Bunnies. D’habitude les DLC sont véritablement un contenu optionnel qu’il n’est pas nécessaire d’avoir pour obtenir une expérience satisfaisante en jouant à un jeu. Mais quand les développeurs brident le contenu du jeu, afin de nous pousser volontairement à acheter du contenu, c’est tout simplement inadmissible et révoltant.

 

En conclusion

Dans la mesure que vous n’auriez pas compris le fond de cette critique, voire de cette mise en garde et bien c’est simple, surtout n’achetez pas Blast’Em Bunnies. En jouant avec un design mignon et très enfantin,  l’intention du développeur est clairement de vendre son jeu auprès d’un public très jeune. En espérant peut-être que les parents seront assez bêtes pour se laissé tenté, dans l’espoir d’avoir un jeu adapté à leurs enfants. Ce qui en soi n’aurait pas été préjudiciable, si seulement l’achat de DLC n’était pas quasiment obligatoire si l’on souhaite avoir un minimum de contenu. En l’état, il vaut mieux oublier l’existence de ce jeu et passer notre chemin.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.