[Test] Dead Block

 

Editeur : Digital Reality
Développeur : Candygun Games
Multijoueurs : Jusqu’à 4 joueurs en écran splitté

 

A ce rythme, le trucidage de zombies va rapidement devenir un sport à part entière, tout du moins dans le jeu vidéo. Depuis quelques temps, ces amateurs de cerveaux bien frais sont revenus à la mode et de nombreux studios en profitent pour nous en servir à toutes les sauces. Fort heureusement, d’autres en revanche arrivent à nous proposer un peu d’air frais dans des concepts qui ont pourtant été éculés depuis des lustres.

 

 

Chouette du tape zombies !

C’est le cas de Candygun Games, qui tentent de s’attaquer au genre du tower defense, avec la perspective d’y greffer un peu de beat’em all. Le résultat surprenant qui va en découler se nomme Dead Block, un jeu horrifique mais qui ne se prend pas une seule minute au sérieux. C’est ce second degré entièrement assumé qu’on ressent dès le début de l’aventure, en entrant dans la peau de trois rescapés qui vont essayer de survivre face à une horde de créatures affamées. Ils vont devoir alors tout mettre en œuvre pour sécuriser leur abri de fortune, en cherchant un moyen de jouer du rock’n roll, la seule chose qui arrivera à totalement annihiler tous les zombies.

Afin de se protéger durant la dizaine de niveaux qu’on va traverser, il va falloir barricader toutes les entrées du lieu où on se trouve. Et pour se faire, il faut écumer les différentes pièces à la recherche de précieuses ressources, en l’occurrence du bois pour les barricades ou des boulons pour les différents pièges. Rien de plus facile, car il suffit de détruire tous les meubles qui se présenteront sur notre chemin et fouiller les objets qu’on va y trouver. Si les choses semblent plutôt simples, c’est bien entendu sans compter sur les zombies qui n’hésiteront pas à vous mener la vie dure, en détruisant vos remparts, pour ensuite s’en prendre directement à vous en s’introduisant en grand nombre dans votre demeure.

A l’aide de la carte, il vous faut donc jeter de temps à autre un œil sur vos constructions, afin de les réparer si le besoin se fait ressentir. La défense est donc votre meilleur atout si vous comptez vivre un peu plus longtemps, même il reste toujours la solution d’aller taper directement vos ennemis. Ce n’est pas forcément le choix le plus judicieux, mais c’est souvent la seule option qu’il va vous rester. De base vous aurez une arme de frappe, comme la matraque de Foxy, mais vous avez aussi une capacité spéciale qu’on pourrait utiliser pour se sauver des situations dangereuse, mais qui demande ensuite un temps de rechargement. Notre petit scout, Mike, pourra par exemple lancer un hamburger qui fera office d’appât sur les zombies. Vous donnant le temps de vous échapper.

 

En avant la musique

Pour que le pire scénario ne se produise pas, il va vous falloir réunir trois objets primordiaux qui vous aideront à jouer une partition de rock. Une musique entrainante qui aura pour effet de détruire toutes les bestioles du coin. De temps à autre, ce principe se renouvelle, en vous demandant de vous débarrasser d’un certain nombre de zombies, pour fournir de l’énergie à la machine qui va ensuite tous les foudroyer.

Pour survivre, les survivants peuvent compter sur leurs capacités. Comme Jack qui est un ouvrier bien costaud et qui peut construire de solide rempart, mais qui en contrepartie est plutôt lent pour fouiller les objets. Chaque personnage peut poser des pièges différents et qui complètent ainsi l’arsenal des autres protagonistes. Tous plus farfelus les uns que les autres, comme le rayon de la mort de Foxy, ou encore le piège à défection de Mike qui empoisonne les zombies. C’est cet aspect plus ou moins tactique qui est à exploiter dans les niveaux où l’on peut contrôler plusieurs individus

Nul besoin de préciser que c’est en s’y essayant à plusieurs que le principe de Dead Block prend tout son sens. Car en jouant seul, même si il ne manque pas d’intérêt, le mode aventure devient assez vite répétitif. Mais c’est indéniablement en collaborant avec des amis que la survie devient vraiment amusante. Et ce serait une hérésie de ne pas s’y adonner, surtout qu’il est possible de jouer jusqu’à quatre joueurs en écran scindé. C’est d’ailleurs assez incompréhensible de voir que les développeurs n’ont pas inclus un mode jouable en ligne. Une absence regrettable qui terni un peu le tableau élogieux qu’on pourrait en faire.

 

En résumé

Dead Block est réellement une belle surprise. Si on peut lui reprocher d’être assez court, il reste tout de même la possibilité de rallonger cette durée de vie grâce à son mode multijoueur en local. Malgré tout, il remplit entièrement son rôle en proposant un gameplay vraiment plaisant et incontestablement addictif.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.