Test – Double Dragon 4 : Les frères la castagne sont de retour

Après avoir fait les beaux jours de la NES et plus encore il y a bien des années, la série Double Dragon a un peu disparu de nos écrans jusqu’à il y a peu avec un Double Dragon Neon assez moyen. Et aujourd’hui nous avons un Double Dragon 4 qui débarque un peu à l’improviste voire inattendu étant donné qu’un Double Dragon 5 était déjà sorti sur 16 bits à l’époque. Alors, mieux ou moins bien ?

Une calme journée en voiture, le soleil et les ennuis

Tandis que Billy et Jimmy se promenaient tranquillement en voiture, les deux frangins bagarreurs se font attaquer par des truands à la petite semelle. Ils apprennent ainsi que leurs précédents exploits dans les autres jeux Double Dragon ont permit s à d’autres gangs de devenir les seigneurs du coin. C’est ainsi qu’une fois de plus la bagarre commence et bien sûr Marion va encore se faire enlever. On ne va aller plus loin que ça car l’histoire est tellement convenue qu’elle n’a littéralement aucun intérêt. Parlons plutôt du jeu en soi. Pour surfer sur la vague de nostalgie actuelle (encore), ce Double Dragon 4 se veut être quasiment une copie des épisodes 1 et 2 de la série … Donc oui les graphismes sont à peine mieux que sur 8 bits/arcade de l’époque.

Je me dois de pousser rapidement un petit coup de gueule ici : POURQUOI? On est en 2017 et la qualité visuelle des jeux (hormis les petites productions indé) est au top. Alors pourquoi ce pas de géant en arrière? Je suis désolé mais même si les graphismes respectent à 100% le style de Double Dragon 1 et 2, c’est juste minimaliste désormais. Les arrière-plans sont jolis mais à peine, les décors sont eux extrêmement légers et les personnages avec leur animation en 3 ou 4 trames sont simplement risibles. On peut être nostalgiques et avoir râlé sur Double Dragon Néon mais au moins il y avait une recherche graphique et une tentative de mettre le jeu au goût du jour. Ici, rien de tout ça. Pire, le jeu se permet même d’avoir les mêmes genres de défauts que ses ainés. Par exemple le scrolling qui parfois pose problème avec des ennemis cachés derrière le bord de l’écran, et qui vous attaquent sans possibilité de défense ou des écrans qui se succèdent par vague et qui vous mettent dans un trou invisible. Et là je ne parle pas encore des couleurs avec les ennemis qui passent au vert (par exemple) comme dans le jeu original pour montrer leur niveau élevé. C’est MOCHE!

Je vous ai dis que c’est moche ?

Ça démarre vraiment mal!

On continue le triste constat avec  la maniabilité. Le jeu va alterner deux sortes de vision : de la pure plateforme en 2D de profil ou une vue en 3/4 haut avec profondeur de déplacement (la vue classique de Double Dragon). Et lorsqu’on sent à quel point les personnages sont lourds à diriger, on regrette vite ce genre de choix. Si les contrôles sont simples, ils ne sont pour autant pas vraiment intéressants. Coups de poing, de pied, coup de pied sauté … qui se fait en sautant ET en appuyant sur le bouton du coup de poing … un comble. Il y a aussi quelques autres coups qui ne sont pas forcément plus utiles que les coups de base. En revanche, il est amusant de revoir la scène du début du premier Double Dragon qui est complètement réintégrée dans ce Double Dragon 4. Les nostalgiques en seront heureux et les jeunes joueurs ne le remarqueront même pas. Dernier point, la musique et les bruitages sont plutôt corrects et se mélangent bien à ce petit univers. Et pour terminer, sachez qu’il y a quelques modes de jeu qui sont relativement tous aussi oubliables les uns que les autres. C’est du contenu, certes, mais pas vraiment utile ou intéressant.

Vous l’aurez compris, dire que je n’ai pas vraiment apprécié ce Double Dragon 4 tiendrais du doux euphémisme. Premièrement, me retrouver avec un jeu à peine digne d’une console d’il y a 20 ans me semble relativement honteux. Ensuite, jouer autant sur l’aspect nostalgie pour vendre un jeu est assez incroyable. Après, je ne vais pas dire que Double Dragon 4 est une daube en puissance mais il est creux, avec un gameplay plus que moyen et des graphismes d’un autre âge. Sachant que la difficulté n’est pas des pires, le tout étant également affublé d’une durée de vie moyenne, un joueur expérimenté en verra le bout assez vite. Mais le pire pour moi vient que ce jeu, sorti en 2017, aux les mêmes problèmes que les deux premiers épisodes. Je parle des ennemis cachés derrière le bord de l’écran, les personnages qui en surimpression ou qui vous tabassent à mort sans vous laisser la possibilité de vous relever. Bref, tout ce qui m’énerve dans un jeu vidéo.

 

En conclusion

Juste une question : pourquoi? Une petite voix au fond criera “l’argent” et aura fort bien raison. Malgré une envie de caresser la nostalgie des joueurs dans le sens du poil, Double Dragon 4 manque sérieusement de répondant pour se montrer à la hauteur de cette glorieuse licence.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *