[Test] Earth Defense Force : Insect Armageddon

 

Éditeur : D3 Publisher
Développeur : Vicious Cycle
Multijoueur : 2 joueurs en local et 6 joueurs en ligne

 

Parfois, on peut ressentir le besoin de décrocher de notre quotidien et de simplement ranger notre cerveau au placard, le temps d’une bonne session en compagnie de notre manette. C’est ce que nous propose la série des Earth Defense, avec du bourrinage dans les règles de l’art.

 

 

De gros envahisseurs

Lorsque des insectes géants s’attaquent à notre bonne vieille planète Terre, notre survie réside dans la défense terrestre. Une unité spécialement entrainée pour l’éradication de cette vermine aux grandes pattes. Ce scénario pas vraiment digne d’un oscar, est une mince tentative d’apporter au joueur une excuse de se promener dans les rues de New Detroit, en tirant à vue sur tout ce qui bougera devant le bout de son canon. Derrière cette idée vieille comme le monde, se cache pourtant un principe du plus jouissif et vraiment accrocheur.

Avant de se lancer dans le cœur du gameplay, il faut faire une petite parenthèse sur la réalisation. Pas besoin d’avoir un diplôme en aéronautique, pour se rendre compte qu’Earth Defense Force : Insect Armageddon est techniquement très en retard. Sans être foncièrement mauvais, les environnements pourtant remplis de détails sont à la limite d’être très banals et ne se renouvellent que très rarement. Un milieu urbain sans aucune saveur qui s’offre même le luxe d’avoir des ralentissements quand l’écran devient trop chargé.

Pourtant, il faut admette que malgré ce défaut de taille, c’est un vrai bonheur de traverser le jeu. Le plaisir non dissimulé de pouvoir exploser à tour de bras des fourmis, araignées et autres bestioles gigantesques, arrive presque à nous faire oublier les graphismes d’un autre âge. Il faut dire que les décors restent rarement debout très longtemps sur notre passage, une roquette perdue aura vite fait de nous en débarrasser. Les immeubles tombent comme des mouches à la moindre explosion, ce qui ne fait que renforcer l’ambiance très décalée qui nous imprègne dès les premières parties.

 

Tirer dans le tas

C’est à travers quinze niveaux qu’on va devoir se frayer un chemin, en exterminant toute la vermine qui osera pointer le bout d’une patte vers nous. Une campagne pas très longue qui se termine en un peu moins de six heures, mais qui est disponible dans une version « remixed », avec des ennemis qu’on rencontrera de manière plus aléatoire. Mais c’est surtout le passage par des niveaux de difficulté plus élevé qui rallonge considérablement la durée de vie. Car pour développer vos personnages au maximum, il faut obligatoirement se lancer dans la campagne en mode Hard, voir en Inferno. Et autant dire que cela change complètement la donne, avec des adversaires beaucoup plus coriaces. Une prise d’expérience un peu pénible qui risque rapidement d’arriver à bout des joueurs les moins patient, mais qui est indispensable si on souhaite progresser sans trop de peine.

Voilà pourquoi il faudra faire notre choix parmi quatre classes : le Battle qui se montre être le plus costaud et spécialiste en arme lourde, le Jet qui peut se mouvoir rapidement et s’envoler dans les airs, ou encore le Trooper qui est l’unité de base spécialisé dans toutes les armes, et pour finir le Tactical qui utilise des armes de bases mais qui peut poser des tourelles offensives ou défensives. Une sélection de protagoniste pas très originale, mais bien suffisant pour être divertissant, surtout que c’est du coté de leur arsenal qu’on pourra trouver un peu plus de diversité. Tout en restant dans le très commun avec des mitraillettes et autre lance-missiles, ce n’est pas loin de plusieurs centaines d’armes qui s’ouvre à nous et qu’on pourra acheter avec l’argent récolté. Un équipement qu’il faudra choisir judicieusement, surtout qu’on ne peut que porter deux armes durant une mission.

Si Earth Defense Force ne brille pas par sa longévité, c’est avant tout en multijoueur qu’il prend tout son sens. A deux en écran partagé ou en ligne avec plusieurs intervenants, c’est vraiment dans cette configuration qu’on s’amuse le plus, mais cela n’enraye pas le fait qu’on en fait très vite le tour. Une impression qui persiste même lorsqu’on s’engage dans le mode survie, une des seules choses qui permet de relancer l’intérêt global du jeu, sans pour autant arriver à nous satisfaire pleinement.

 

En résumé

Il est difficile d’établir un verdit pour Earth Defense : Insect Armageddon, car il se destine à des joueurs qui ont connaissance de ce qu’ils vont avoir entre les mains. Derrière sa réalisation en dent de scie, se cache un gameplay nerveux et jouissif, pour le peu qu’on ferme un peu les yeux sur tout le reste. C’est le type de jeu qu’on rangera dans notre ludothèque, pour le sortir de temps à autre quand on a envie de jouer sans se prendre la tête.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.