Test – Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia

Fire Emblem est une série qui existe depuis la belle époque de la Famicom. Des jeux qui n’ont pas dépassé les frontières du Japon, du moins en ce qui concerne les tous premiers épisodes. Mais voilà que Fire Emblem Echoes : Shadow of Valentia fait son apparition sur Nintendo 3DS. Un remake du deuxième épisode et qui devrait nous permettre de découvrir les débuts d’une licence très connues chez les amateurs de RPG stratégique.

Une aventure héroïque

Rien ne va plus sur le continent de Valentia, puisqu’un conflit éclate entre les royaumes de Rigel et de Zofia. C’est ainsi qu’on peut suivre l’histoire d’un fermier du nom de Alm qui va combattre dans les rangs de l’armée de Rigel, tandis que de l’autre coté on pourra incarner une certaine Celica, une prêtresse qui fera tout pour éviter la guerre. Le scénario est sensiblement le même que ce que ce qu’on avait pu avoir sur Famicom, hormis qu’un sixième chapitre à été rajouté afin de rallonger un peu l’histoire et d’en apprendre un peu plus sur les personnages. Notamment grâce à un prologue qui nous dévoile le lien entre Alm et Celica durant leur enfance.

On embarque assez facilement dans l’histoire de Fire Emblem Echoes, même si on pourra lui reprocher d’être très classique. Il faut dire que l’écriture du scénario commence à dater de plusieurs décennies, mais même en dehors de ça il faut dire qu’on doit tout de même faire face à quelque chose de très convenu. Jamais le joueur ne sera emporté dans une cavalcade d’évènements. On avance sans grande conviction et il n’est pas rare de voir arriver les rebondissements longtemps à avance, tellement ils sont prévisibles. Cependant, cela ne nous empêche pas de se prendre d’affection pour les personnages et de partager avec eux cette chouette aventure.

Mieux vaut aimer foncer dans le tas par moment

Comme au bon vieux temps

Bien que Fire Emblem Echos suit la sortie de Fates et Awakening, c’est quand même déconcertant de voir que le jeu revient sur un système de combat vraiment très simplifier. Oui, quelques changements sont tout de même à noter, comme l’instauration d’un mode pour les débutants qui permet de ramener une unité qu’on aurait perdue. Pour le reste pas de grandes surprises car cela reste un jeu a tour par tour, dans lequel on déplace nos troupes sur un terrain quadrillé. C’est surtout sur le plan stratégique que cela peut paraître trop simple. Cela reste toujours un jeu tactique, mais notre approche pourra se faire de manière plus directe que dans les épisodes précédents, du moins en comparaison des derniers Fire Emblem sortie sur Nintendo 3DS.

Il n’est plus question de jouer avec la force et faiblesse des armes, mais de faire en fonction des caractéristiques des classes qu’on aurait préalablement choisi. Il sera possible d’attaquer avec l’aide d’une arme ou alors de lancer des compétences, mais c’est un peu près là les seules possibilités stratégiques qu’on aura à notre disposition. Évidemment, dans des parties au niveau de difficulté plus élevé il faudra encore faire attention aux placements de nos unités, ainsi qu’aux classes qu’on souhaite mettre en avant. Mais cela reste que le jeu n’a pas subit de grandes modifications depuis sa version d’origine. Une simplicité qui reste d’être dépaysant pour certains joueurs sans pour autant vraiment embêter les habitués de la série.

C’est loin d’être le plus beau jeu de la 3DS

Pour les grands, les vrais

En revanche il ne faut pas s’y tromper, Fire Emblem Echoes n’est pas un jeu qui vient tient par la main et qui se finit les doigts dans le nez. Il faudra faire preuve d’un peu de témérité, notamment si vous décidé de faire le jeu avec la mort permanente de vos unités d’activés. Mais même sans ça, le jeu ne permet plus de sauvegarde à chaque tour comme auparavant. Cela peut uniquement se faire avec un combat. Un détail qui complique déjà un peu plus les choses, notamment quand on sait qu’il faudra souvent prendre de l’expérience pour réussir un affrontement. Notamment sur la fin du jeu avec des batailles qui risquent de donner quelques sueurs froides si l’on ne se prépare pas à l’avance, ce qui arrive bien plus vite qu’on ne le croit.

Pour ce qui est du reste du contenu, pas grand-chose à en dire. La durée de vie est plutôt honorable avec sa quinzaine d’heures et peut se montrer satisfaisant si l’on n’est pas trop exigeant. Et même si le jeu est techniquement réussi, on pourra quand même émettre un léger bémol lorsqu’on entre dans des phases en 3D dans les donjons. Rien de vraiment scandaleux, mais cela détonne un peu avec le reste du jeu. Ces ajouts ont tout de même l’opportunité d’améliorer grandement le rythme de notre progression, avec des phases de tactiques et d’exploration qui s’enchainent en amenant une belle dynamique à l’ensemble.

 

En conclusion

Bien que partant avec une base un peu vieillotte Emblem Echoes possède un gameplay qui fait un bel équilibre entre les vieilles mécaniques de la série, tout en y intégrant quelques idées apparus récemment dans la série. Pas de quoi révolutionner le genre et encore moins la licence, mais cela reste un épisode qui se laisse jouer assez facilement. Il est facile à prendre en mains, tout en proposant une bonne difficulté et qui peut même parfois surprendre les joueurs qui ont déjà complètement retourné les épisodes précédents. Ce n’est pas un  jeu inoubliable mais il remplit amplement nos exigences pour en faire un bon Fire Emblem.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.