Test – Forced : un peu de changement dans un Hack’n Slash

Parfois il nous arrive entre les mains des jeux qui mélangent des genres tellement à l’opposé l’un de l’autre, qu’on ne peut qu’avoir peur du résultat. C’est le cas de Forced, qui va piocher un peu dans le hack’n slash tout en lorgnant du coté de la réflexion. BetaDwarf a donc misé le tout pour le tout, mais encore reste à voir si cela aura suffit pour nous surprendre, dans le bon sens du terme.

forced-head

Un début laborieux

Dans Forced vous êtes un esclave qui a été introduit dans un puits, afin d’être préparé à un rituel pour apaiser les dieux. Ce pauvre bougre que vous allez incarner, va devoir passer des épreuves afin de survivre et montrer sa bravoure. C’est durant ce petit périple d’introduction que vous allez comprendre les bases du jeu, avec des petites arènes dans lesquelles il va falloir trucider de la bestiole, tout en remplissant parfois des conditions comme celui de résoudre certaines énigmes. Durant tout ça, on sera suivi par un gardien qui nous sera d’une grande utilité durant les phases de réflexion.

En réalité, une grande partie des niveaux va être basée sur la gestion de cet esprit durant les combats. Si la partie hack’n slash est assez sommaire, avec des vagues d’ennemis qui viennent nous mettre la vie dure. Il en est un peu autrement avec les énigmes qui vont nous demander d’activer des leviers ou des mécanismes, voire de détruire des totems. Les conditions sont relativement variées et il faudra les résoudre en utilisant notre gardien. En appuyant sur un bouton il est possible de la faire venir à nous et ainsi qu’elle traverse des totems, qui lui donneront ainsi des capacités. En plus de nous soigner, elle pourra déplacer des blocs ou encore ramasser une bombe qui nous permettra d’exploser des obstacles.

Les énigmes sont rarement très coriaces

Les énigmes sont rarement très coriaces

Tape dans le tas qu’on te dit

Il ne faut donc pas vraiment s’attendre à une histoire dantesque avec Forced, puisque le tout est vraiment basé sur des arènes qui se débloquent et s’enchaîne petit à petit, pour ensuite affronter un boss. Et on recommence ainsi durant plusieurs mondes. Pour y réussir, il est possible avant chaque niveau de choisir entre une des quatre classes qui sont à notre disposition. Rien de très original de ce coté, puisqu’il y a un assassin spécialiste des armes rapides, un mage basé sur les sorts de défense, ainsi qu’un guerrier avec bouclier et épée, ainsi qu’un archer qui à la surprise de tout le monde pourra utiliser la furtivité pour se cacher.

Notre attaque de base pourra affaiblir la défense de notre ennemi, symbolisé par une jauge au dessus de leur tête qui se remplira au fur à mesure. Il sera ainsi plus vulnérable face à notre attaque spéciale. C’est en tout cas la théorie, mais dans la pratique il suffira de bourriner sur nos adversaires pour s’en débarrasser et on fera vite abstraction du système de combat. En dehors de ça nos classes peuvent évoluer en gagnant des cristaux qui pourront être remporté en remplissant les conditions de fin de niveaux. Ces gemmes pourront ensuite être distribuées dans un tableau de compétence qui permettra de personnaliser un peu notre personnage.

Le tableau de compétences n'a rien de très original

Le tableau de compétences n’a rien de très original

De la multi gestion à l’horizon

On ne vous l’a pas encore précisé, mais Forced est un jeu qui se joue jusqu’à quatre en multijoueur. Autant dire que c’est presque une nécessité car la difficulté du jeu est vraiment en dent de scie, et encore on pèse nos mots. Il peut arriver de tomber sur des niveaux très faciles et de buter sur un autre qui va nous faire souffrir, au point de balancer la manette à l’autre bout du divan. Il est assez probable que vous abandonniez en cours de route, car il faut bien avouer que notre progression dans le jeu est extrêmement linéaire et hautement répétitive. La fusion entre les deux gameplay est loin d’être harmonieuse et on a vite l’impression que le tout à été imbriqué ensemble, tout en consolidant le tout avec quelques rustines.

Ce qui nous donne ce sentiment c’est d’être confronté à une jouabilité qui au final se montre assez pauvre. Le système de combat est loin d’être ingénieux et la gestion en parallèle de notre gardien font qu’on doit faire plusieurs choses en même temps. Le rendu est très frustrant, notamment quand on est envahie par des hordes d’ennemis qui ne nous laissent aucun moment de répit. Cela se réduit un peu quand on joue à plusieurs, mais cela reste assez désagréable et on n’a pas vraiment envie de s’y investir. C’est vraiment dommage, car le concept assez particulier de Forced pouvait laisser présager un peu d’espoir, mais même avec toute la bonne volonté du monde cela ne fonctionne pas.

 

En conclusion

Il serait présomptueux de dire que Forced est un mauvais jeu, mais c’est surtout quelque chose qui n’est vraiment pas fait pour tout le monde. Les joueurs en manque de jeu de réflexion n’y trouveront pas du tout leur compte par contre et il vaut mieux aimer le genre du hack’n slash, car c’est là-dessus que va surtout se baser tout le gameplay de Forced. Pour les autres, mieux vaut ne pas se laissé tenté ou alors, vraiment si vous pouvez l’avoir à petit prix.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.