Test – Forza Horizon 2

Avec Forza Horizon, la promesse n’a jamais été de proposer une simulation automobile fidèle à la réalité. Mais plutôt de s’écarter de la série principale, pour profiter d’un monde ouvert et ainsi une plus grande liberté de mouvement. Une expérience qui s’en avéré concluante et qui a entièrement été reprise pour nous pondre sa suite. Forza Horizon 2 devrait donc être dans la veine de son prédécesseur, mais en allant encore plus dans la démesure.

forza-horizon-2-head

Dans la beauté de l’horizon

Le sentiment de liberté qui avait été tenté dans le premier Forza Horizon n’avait pas réellement réussi à convaincre tous les joueurs. Il faut dire que même si l’on peut se lancer sur les routes avec une grosse cylindré, le fait d’être cloitré à suivre uniquement les autoroutes et les petits chemins de campagne, nous donnait une sérieuse envie de faire du hors piste. Une frustration qui peut largement aller voir ailleurs si l’on s’y trouve, puisque dans Forza Horizon 2 le joueur est totalement libre de ses mouvements. Il devient ainsi possible de se rendre à son objectif en passant à travers les champs de fleurs ou les forêts, sans se soucier des conséquences. La carte est ainsi presque totalement explorable et nous réserve quelques surprises, même si l’on peut clairement y déplorer un certain manque de vie. À comprendre par là qu’au fil de nos promenades, on en viendra à se demander si l’on roule dans des villes fantômes. Il n’y a tout simplement aucuns piétons et même la circulation est loin d’être très dense, voire inexistante par endroit. Ce qui est loin d’être un défaut majeur, mais qui brise par moment notre immersion dans le jeu.

Pour terminer d’emblé avec les défauts de Forza Horizon 2, il faut clairement énumérer ses quelques lacunes techniques. Qu’on se rassure tout de suite, rien de bien dramatique mais tout de même assez évident pour qu’on puisse en parler. Le jeu de bagnoles de Playground Games est loin d’être une claque visuelle. Pas de quoi crier au scandale, mais au travers de ses textures très génériques et ses paysages un peu maussades, il n’y a pas de quoi nous décrocher la mâchoire. Le jeu est loin d’être laid, mais il souffre clairement de l’ambition de vouloir offrir un grand monde ouvert. Le clipping, bien que loin d’être omniprésent, se fait tout de même ressentir par moment. Heureusement ceci est largement rattrapé par la météo dynamique et son cycle de jour et nuit, qui nous offre souvent de splendide couché et levé de soleil. L’autre point positif étant que les environnements offrent pas mal de diversité, ce qui peut nous amené à redécouvrir des lieux qu’on avait déjà traversé, pendant qu’ils baignent sous de nouveaux effets de lumière selon le moment de la journée où l’on se trouve.

forza-horizon-2-one-0002 forza-horizon-2-one-0001

La loi du premier

Le festival d’horizon est constitué de plusieurs championnats dans lesquels il faudra concourir, en essayant de se placer dans les premières places du podium afin de remporter quelques crédits. La nouveauté de Forza Horizon 2 est que vous êtes libre de choisir votre championnat, en fonction de la catégorie de véhicules que vous souhaitez conduire. Et si vous n’en possédez pas, il vous est possible de passer par la boutique pour acquérir le véhicule adéquat. Un bon point et qui de nous oblige plus à prendre une voiture imposée, comme c’était le cas dans le premier Forza Horizon. Une fois qu’un championnat sera lancé, il suffira alors de se rendre à une des quatre épreuves qui sont indiqués sur la carte. Voire de se téléporter au plus près d’eux, en utilisant quelques crédits sur les zones de téléportation qu’il faut avoir préalablement activé en détruisant le panneau. Il faut ainsi participé à plusieurs types de courses, allant du circuit fermé, sur route libre ou en hors-piste. Ces dernières étant peut-être les moins intéressantes, notamment en fonction du véhicule qu’on conduit. Chaque engin n’est pas fait pour ce type de conduite et il devient vite frustrant de déparer constamment avec une grosse cylindré, qui est normalement conçu pour le bitume. Après avoir remporté une quinzaine de championnats, on participe enfin à la première finale d’horizon, qui se constitue d’une très longue course de plusieurs minutes.

Toujours orienté vers une maniabilité très arcade, la conduite dans Forza Horizon 2 en reste d’autant plus agréable. Surtout que même les débutants pourront s’y amuser grâce aux aides qui leur présenteront la meilleure trajectoire à prendre, ainsi que le contrôle de la vitesse, des freins et ainsi de suite. Le tout est bien entendu désactivable et c’est d’autant plus conseillé si l’on souhaite profiter de toutes les sensations que le jeu peut nous offrir. Car autant dire que ce ne sont pas les occasions qui manquent, car en plus des championnats, il est également possible de se lancer dans des événements comme les courses contre un train ou des montgolfières. Mais aussi traverser la campagne pour chasser les panneaux de bonus d’expérience ou encore trouver les granges renfermant des véhicules spéciaux. Tout est bon pour grappiller de l’expérience et donc accessoirement pour augmenter de niveau. Ce ne sont pas les nombreux défis trouvables sur la carte qui vont nous contredire. Classé selon plusieurs grades de difficulté, il est à tout moment possible d’en lancer un et ainsi de conduire en réalisant un objectif bien précis. Il sera ainsi demandé d’effectuer un certain nombre de sauts, d’arriver à une destination en un temps limité, etc.

forza-horizon-2-one-0005 forza-horizon-2-one-0007

Partage la route avec ton voisin

En plus du retour des Drivatars, Forza Horizon 2 nous propose un mode multijoueur extrêmement complet et qui risque d’engloutir pas mal de vos heures de jeu, en plus de ceux que vous allez allouer au contenu solo. Passer de l’un à l’autre se fait d’ailleurs très facilement en passant par le menu du jeu, ce qui permet par exemple de lancer une recherche de parties, pendant qu’on se promène sur la carte en faisant autre chose. Les courses en multi peuvent prendre plusieurs formes selon nos envies. Que cela soit des courses en équipe ou de rue, c’est surtout le mode infecté qui aura retenu notre attention. Un mode dans lequel il faudra éviter de se faire toucher par un concurrent, sous peine de se retrouver infesté à son tour. Autant dire qu’à plusieurs joueurs, jusqu’à douze pilotes, cela peut donner des parties vraiment endiablées. En dehors de ça, il sera possible également de lancer un défi aux autres joueurs sur la carte, en se rendant directement aux épreuves affichées sur celle-ci. Les parties sont donc très faciles d’accès et il devient ainsi possible de défier nos amis à tout moment. Les fonctionnalités en ligne d’Horizon 2 sont donc complémentaires à notre expérience en solo, sans pour autant se montrer totalement obligatoire.

Si l’on peut regretter l’absence de coopération en local, il faut tout de même souligner l’effort de Playground Games pour proposer des interactions sociales. C’est le cas avec l’implantation des Clubs qui peuvent amener à des compétitions amicales et qui rehaussent encore une fois l’intérêt du multijoueur. Concrètement, il est possible de créer un Club ou de rejoindre ceux déjà en place et ainsi affronter d’autres joueurs. Un classement hebdomadaire est mis en place et le meilleur de la semaine gagne une récompense, sous la forme d’un gain d’expérience conséquent. Tous les clubs s’affrontement également dans un classement mondial et consultable à tout moment en passant par les menus. De quoi agrémenter encore un peu plus l’impression de compétition entre amis et qui risque de ravir pas mal de joueurs.

 

En conclusion

Inutile de passer par quatre chemins, pour se rendre à l’évidence que Forza Horizon 2 est une franche réussite. Sans être la claque graphique auquel on pouvait s’attendre le jeu propose tout de même une expérience agréable et s’agrémente de nombreuses fonctionnalités en ligne comme en solo, qui permettent de raviver notre intérêt à chaque nouvelle partie. Loin d’être pourtant parfait, le jeu possède quelques défauts, mais qu’on laissera assez vite de coté pour se plonger entièrement dedans. Un titre qui risque de rapidement entrer dans la ludothèque des amoureux de vitesse et d’automobile, et peut-être même des autres.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.