[Test] GoldenEye 007

 

Editeur : Activision
Développeur : Eurocom
Multijouers : 4 joueurs en écran splitté et 8 joueur online

 

Si on devrait ériger un panthéon des plus mythique FPS sur console, Goldeneye aurait certainement sa place dans les premières positions. Développé initialement par le studio Rare du temps de son apogée. Le jeu sera longtemps considéré comme une référence du genre tellement son empreinte dans les souvenirs des joueurs sera persistante. Les droits d’exploitation vidéoludique de James Bond sont actuellement détenus par Activision. C’est donc assez naturel de voir l’envie de l’éditeur de jouer sur la notoriété de l’opus Nintendo 64. C’est Eurocom qui se charge cette fois du développement et qui doit faire face aux attentes engendrées par l’annonce de sa sortie.

GoldenEye 007

Du vieux avec du neuf

Pour bien appréhender ce Goldeneye 007, il faut dès le départ comprendre qu’il ne s’agit pas d’un remake mais vraiment d’un nouveau jeu à part entière. C’est un détail qui à son importance, car les développeurs ont vraiment apporté des modifications par rapport au film. Si le scénario est assez fidèle à l’original c’est surtout l’architecture des niveaux qui a grandement changée. Même Bond n’est plus le même. Licence oblige ce n’est pas Pierce Brosnan mais Daniel Craig qui donne ses traits au personnage principal. Un changement qui se ressent sur l’ensemble du gameplay, notre 007 est largement plus brutal et n’hésite pas à utiliser ses poings bien plus souvent. Selon les développeurs c’est avant tout pour un souci de cohérence, afin de rendre le titre plus au goût du jour. Avec ce genre d’annonce on aurait pu avoir quelques craintes, mais elles sont vite estompées lorsqu’on prend le jeu en main. On sent tout de suite que la campagne solo a subit un soin tout particulier.

Il faut reconnaitre que la réalisation globale n’a pas de quoi rougir face à la concurrence. Malgré que certaines textures paraissent plutôt brouillon, voir laides, quand on s’en approche un peu trop, les environnements en contrepartie sont assez agréables et on prend plaisir à les parcourir. Ce manque technique est rattrapé par une mise en scène hollywoodienne. Notre agent secret devra s’enfuir en moto, rattraper un avion en pleine chute, voir combattre avec l’aide d’un char d’assaut. Des scènes nous demandent par exemple à la façon d’un QTE de participer en appuyant sur les touches adéquates au bon moment. Tout est vraiment fait pour immerger le joueur dans l’action. Mais que les fans se rassurent, si des phases doivent forcément se faire en rentrant dans le lard des ennemis, l’approche furtive est toujours possible et même conseillé si on joue dans des niveaux de difficulté assez élevé.

Car comme dans son ainé sur Nintendo 64, la campagne offre différents modes qui permettent d’arpenter le solo d’une autre façon. Plus on monte en difficulté et plus il y aura d’objectifs à remplir avec une IA adverse qui se montrera plus agressive. D’ailleurs cette dernière est assez bonne. Les personnages plongent pour se cacher voir changent d’emplacement si ils sont trop à découverts, mais parfois on pourra grincer des dents devant leur taux de précision qui frôle la performance olympique ou leur vision de lynx qui nous découvre à des kilomètres. Les joueurs confirmés se rabattront directement sur le niveau de difficulté 007. Dans ce mode la vie du joueur ne se régénère pas et en l’absence de medipack pour se soigner, il devient primordial d’user de la discrétion pour progresser dans les missions. Les niveaux sont vraiment construits dans ce sens, avec plusieurs moyens de les parcourir pour élaborer une nouvelle stratégie d’approche. C’est là qu’on remarque que le titre aurait vraiment été capable d’accueillir un mode coopération. Ce manque est vraiment regrettable, dommage.

GoldenEye 007 GoldenEye 007

 

Un bon retour aux sources

Bien entendu GoldenEye ne serait rien sans son fameux mode multi-joueurs. Le multi en local est très jouissif avec la possibilité de jouer jusqu’à quatre en écran splitté. Par contre, on aurait aimé un peu plus de mode de jeu. Au nombre de quatre, il s’agit surtout de s’affronter dans des variantes légèrement différentes : chacun pour soi, équipe contre équipe, en nombres de vies limitées ou avec le pistolet d’or. Par contre, il ne faut pas oublier de mentionner qu’il est tout à fait possible d’aller dans les options pour pouvoir complètement paramétrer les parties. A vous le loisir d’enclencher le paintball, d’enlever le radar, pouvoir seulement tuer quelqu’un avec un tir dans la tête, etc. Les choix sont très larges et pimenteront vraiment les scéances de jeu en soirée avec vos amis.

Le multi online est sensiblement le même, par contre il ne se joue qu’en solo. Le joueur engrange de l’expérience au fil de ses parties qui lui permettront de gagner des niveaux, ceci afin de débloquer des nouveaux gadgets et armement pour pouvoir personnaliser son personnage. Un procédé assez classique dans les FPS aujourd’hui, qui donne un petit plus non négligeable à la durée de vie déjà très bonne. Les modes de jeux sont accessibles en fonction du rang de notre personnage et sont sensiblement les même qu’en local, hormis qu’ils sont plus axés sur le jeu en équipe. Le principal défaut du online est qu’on ne peut pas créer de parties privées et que dès que l’hôte d’une partie s’en va, tout le monde se voit éjecté. Le multi comporte une dizaine de maps, qui en local seront un peu plus petite qu’en ligne afin de se câler au nombre de joueurs maximum. Elles sont dans l’ensemble bien concues et regorgent de recoins et petites cachettes, permettant des joutes endiablées entres les joueurs.

 

En résumé

Ce GoldenEye 007 est un très bon jeu et se met largement en tête de position des FPS sur Wii. Loin d’ètre parfait techniquement comme sur le plan sonore avec des bruitages ou des voix assez complètement à la ramasse, il se rattrape par une approche plus moderne de la mise en scène et fait plonger totalement le joueur dans le scénario. Le titre parlera aux fans autant qu’au nouveaux joueurs qui auront envie de découvrir la licence mais qui sont fébriles à l’idée de toucher une manette sur Nintendo 64.

GoldenEye 007 GoldenEye 007

GoldenEye 007 GoldenEye 007

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.