Test – Heart&Slash : des robots à mettre en pièce

Quand un robot est la seule solution pour sauver l’humanité et bien cela donne un rogue-like du genre de Heart & Slash. Vous êtes le héros métallique qui va être envoyé pour terrasser plein de robots et autres bidules mécaniques. Rien de plus et rien de moins. C’est le destin qui vous attend, en plus de faire un tour très régulièrement devant la bonne vieille faucheuse.

heart&slash-head

Robobot à l’action

Comme dans presque tous les rogue-like, la mort dans Heart & Slash est définitive et on nous balance dans un dédalle de pièces générées aléatoirement. C’est en tout cas l’idée et c’est là dedans qu’on va devoir affronter des robots, sur lesquels il va être possible de récupérer certaines parties de leur corps afin d’en tirer des améliorations pour notre personnages. Ainsi que la possibilité de dénicher de temps à autre de nouvelles armes. Tout en les débloquant au passage pour de nouvelles parties. Un procédé classique et qui n’étonnera pas grand monde, du moment que vous êtes habitué à cette catégorie de jeux.

Mais le problème de Heart & Slash et qui devient rapidement apparent au bout de quelques parties, c’est que notre progression manque clairement de renouvellement. La boucle de gameplay est constamment la même. Une chose qui est inhérente au rogue-like, c’est une évidence, mais dans ce cas là on peut la plupart du temps compter sur un contenu qui nous permet de ne pas tomber dans la répétitivité. On avance dans des pièces qui finissent tous par se ressembler, on ramasse de temps à autre une arme qu’on va placer dans un de nos trois emplacement disponible, puis on améliore une de nos quatre caractéristiques après avoir détruit pour la cinquantième fois le même robot. C’est tout le temps la même chose.

Mais le plus gros souci viendra essentiellement dans le maniement de Heart, notre personnage, qui se déplace bien trop rapidement. On comprend aisément que c’était probablement une envie de rendre l’action dynamique. Mais notre protagoniste cours tellement vite qu’il est fréquent de se cogner dans les murs quand on arrive dans une petite salle, alors qu’on voulait seulement s’arrêter pour récupérer un objet ou monter dans un ascenseur. Cette maniabilité lunaire est d’autant plus problématique durant les rares Boss qu’on rencontre de temps à autre, voire quand on est face à des robots un peu plus résistants et qui nous mettent facilement à mal. Faire des esquives de plusieurs mètres et se retrouver coincer dans des éléments qu’on n’avait pas anticipé, c’est loin d’être très agréable.

Les décors finissent par tous se ressembler, malgré les trois mondes différents

Les décors finissent par tous se ressembler, malgré les trois mondes différents

Tournez manège !

Même si le gameplay de Heart & Slash ne peut pas vraiment se vanter d’être très original, il nous offre tout de même des bases plutôt solides. Mais notre expérience est légèrement gâchée par une caméra qui n’en fait souvent qu’à sa tête, au point qu’elle se retrouve coincée dans des angles gênants pour notre visibilité. La faute en revient à une caméra beaucoup trop sensible et qui virevolte dès qu’on touche légèrement le stick pour la contrôler ou la remettre en place. C’est vraiment un point handicapant et qui perturbe énormément nos combats, surtout que ces derniers sont loin d’être faciles et qu’il y a pas beaucoup de moyen de se soigner, hormis en recyclant certaines de nos vieilles armes pour regagner un peu de vie.

Comme on vous le disait plus haut, Heart & Slash est basé sur de la génération procédurale pour créer le monde dans lequel on va se promener. En réalité cela n’aura que peu d’impact sur notre avancé, puisqu’on aura toujours l’impression de traverser le même donjon. La faute en revient à une direction artistique qui ne change jamais. On est constamment plongé dans un univers métallique qui ressemble vaguement à un vieux complexe scientifique. La taille des pièges peuvent changer, mais l’apparition des ennemis était tout le temps la même, en plus d’offrir un bestiaire peu varié, cela donne un cocktail peu savoureux et qui ne nous donne pas vraiment envie de s’y essayer à nouveau par la suite.

 

En conclusion

Si l’on regarde Heart & Slash dans son ensemble, il faut en conclure que ce n’est pas forcément un mauvais jeu, mais pour autant cela n’en fait pas non plus un bon rogue-like. Cela vient principalement du fait qu’il ne nous propose rien d’original, en plus d’avoir des défauts de conception qui aurait pu être facilement corrigé. En tête de liste des problèmes se retrouve une caméra exécrable et qui sera la cause de pas mal de nos morts. Mais ce qui enterre finalement notre plaisir, c’est que toute nos parties finissent par se ressemble à cause d’un contenu risible et qui peine à nous proposer de la variété. Les environnements ne changent jamais et à force d’affronter tout le temps les mêmes robots, on finit par se lasser et on y perd le peu de plaisir qu’on aurait pu avoir en arpentant le jeu.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.