Test – Hey! Pikmin : Les créatures envahissent la 3DS

C’est sur Game Cube qu’est né la licence Pikmin, avec deux épisodes plus que mémorables ainsi qu’un troisième épisode sur Wii U qui était tout juste sympathique. Une série de jeux qui est loin d’être prolifique, tout en restant cantonné sur consoles de salon, mais qui possède quand même son lot de fans. Il était donc assez surprenant de voir Hey! Pikmin débarquer sur Nintendo 3DS, même si on peut y voir une tentative de garder la console un peu plus longtemps en vie.

Comme à l’accoutumé

Il faut croire que notre Capitaine Olimar est un spationaute du dimanche,  car le voilà encore une fois échoué sur une planète hostile. Heureusement pour lui, il pourra compter sur la présence des Pikmins pour tenter une nouvelle fois de s’en sortir. Pour y arriver il lui faudra recueillir 30.000 graines de lumium, car c’est apparemment le carburant qu’utilise son nouveau vaisseau spatial. Un scénario qui aurait pu coller à n’importe quel jeu de la série, sauf qu’on doit faire face ici à plusieurs changements sur le gameplay et sur la maniabilité. Le premier et pas des moindres, c’est que Hey! Pikmin se joue entièrement avec une vue en 2D. De la plate-forme bien classique, ce qui parait de prime abord très étonnant pour un jeu Pikmin.

Il faut dire que Pikmin n’a jamais été une série encensé pour la rapidité de son action. Il s’agit avant tout d’un jeu d’exploration, dans lequel on va essayer de trouver des objets du quotidien et que notre ami l’ordinateur va s’empresser de renommer pour l’occasion. À noter d’ailleurs que l’encyclopédie des objets comportent encore une fois des descriptions complètement délirantes et qu’on prend un malin plaisir à le feuilleter. Le personnage va se diriger avec le pad circulaire, tandis qu’on devra se servir du stylet pour lancer ou interagir avec les Pikmins. Une maniabilité qui demande un petit temps d’adaptation et qui risque de vous fatiguer les mains au bout de quelques heures, mais s’y habitue étonnamment très vite.

Les Pikmins aiment travailler pour nous

Comme un bon vieux classique

La progression est fortement linéaire mais pas forcément désagréable. On avancera au travers de plusieurs mondes, avec des niveaux qui se débloqueront petit à petit. Vous aurez parfois la chance d’avoir des embranchements vers des tableaux bonus, histoire d’engranger encore plus de Lumium. Ces stages pourront être débloqués en trouvant les trois objets cachés au sein des niveaux traditionnels. Ce qui risque d’être d’une grande facilité, puisqu’il faut bien admettre que le niveau de difficulté de Hey! Pikmin est loin d’être extraordinaire. On pourrait presque parler d’une promenade de santé, tellement il sera facile de traverser le jeu sans trop se prendre la tête face aux énigmes ou semblant de boss qu’on va rencontrer. Les combats contre ces derniers est une simple formalité, au point que cela en devient presque ridicule.

Si vous avez déjà touché de près ou de loin à un jeu Pikmin, vous risquez cependant de ne pas être trop dépaysé. Même si la notion de jour et de nuit a été mise aux oubliettes, le système de couleurs des Pikmins à cependant été conservé. Chaque espèce de Pikmin possède ainsi ses capacités et ils pourront être utilisés durant l’exploration de notre environnement. Ainsi les bleus peuvent être utilisés dans les passages aquatiques, tandis que les Pikmins Rochers peuvent être lancé sur des cristaux pour les détruire, tandis que les jaunes sont légers et résistent à l’électricité et ainsi de suite. Les bases du jeu et les fonctions des Pikmins sont petit à petit mis en place et on apprend rapidement à bien les utiliser. Il sera par la suite nécessaire de passer d’une couleur à l’autre afin de maximiser notre exploration et avoir la chance de tomber sur d’importants trésors.

Il est en faite très agréable d’avancer dans le jeu même si on aurait apprécié un peu plus de challenge. Les bases de Hey! Pikmin n’ont pas grand-chose à se reprocher et si l’on note quelques ralentissements par moment, signe que la Nintendo 3Ds commence à accuser son âge, le problème viendra surtout du level design. Quelques passages vont exploiter le Jet Pack d’Olimar, mais dans l’ensemble on ne sera jamais surpris de ce qu’on va rencontrer. Il y a bien de temps à autre des petits passages secrets dissimulés dans les décors et des sorties alternatives, mais le tracé des niveaux est sans surprise. Certains puzzles vont tirer partie des capacités des Pikmins, mais il y a rapidement un manque de variété. C’est amusant à parcourir et même un jeune enfant pourra très allègrement s’en sortir tout seul, mais il reste qu’aucun niveau ne restera vraiment dans notre esprit pour son originalité.

Ces petits bestioles savent se montrer utiles

Au fond du jardin, à gauche

Entre deux niveaux il sera possible de ramener les Pikmins avec nous afin de les installer dans le Parc Pikmin. Sous cette appellation se cache en réalité un genre de petit jardin dans lequel on pourra envoyer nos créatures. Et tandis qu’elles se balladent dedans on pourra continuer notre aventure, pendant qu’elles essayeront de défricher l’endroit à la recherche de trésors et de Lumium. L’idée derrière ce parc est intéressante sur le papier, mais dans les faits cela manque cruellement d’interactivité. Il suffira de cliquer avec le stylet pour envoyer un groupe de couleur dans une zone et ensuite on attend. C’est beaucoup trop limité pour avoir un réel intérêt ludique. Au mieux cela reste une activité secondaire qui ne paye pas de mine et qui a au moins le mérite d’exister.

Bien qu’ayant un enrobage et un fond assez bien conçu dans l’ensemble, un dernier reproche pourra néanmoins être fait envers la direction artistique. Celle-ci est loin d’être mauvaise et rentre parfaitement dans le cadre habituel de la série, mais cette version 3DS manque clairement d’une certaine identité visuelle ou sonore. Après les sept à huit heures que va durer notre périple en ligne droite, on aura aussi vite fait d’oublier le jeu qui vient de défiler devant nos yeux. Hey! Pikmin est pourtant loin d’être mauvais et on peut même compter sur la présence d’un bel humour, avec l’arrivé régulier de cinématiques mettant en scène les Pikmin dans leur état naturel, pour ne pas dire stupide. Et pourtant il manque quelque chose pour rendre le jeu vraiment inoubliable.

 

En conclusion

La crainte de voir débarquer Pikmin sur Nintendo 3DS aurait pu être d’avoir un épisode un peu bancal, sur lequel on a dû raboter de tous les cotés afin de le faire entrer dans une console vieillissante. Et pourtant, même si le jeu possède des défauts il faut bien se dire qu’il s’agit d’un jeu tout ce qu’il y a de plus agréable à jouer. On aurait certes aimé y voir un peu de folie dans le level design, ainsi qu’un peu plus de challenge, mais cela aura au moins le mérite de rendre le jeu accessible aux plus jeunes. Sans être un opus mémorable, Hey! Pikmin nous fait passer un bon moment et c’est tout ce qui compte après tout.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.