Test – Kinect Star Wars

En étant certainement une des franchises les plus exploités dans le monde, la saga Star Wars a eu le droit à de nombreuses adaptations vidéoludique. Mais si quelques-unes arrivent à sortir du lot, d’autres en revanche ont eu beaucoup de mal à convaincre les joueurs. Cela tombe bien, car depuis les premières bandes-annonces de Kinect Star Wars, il faut croire que ce dernier à voulu suivre la même voie.

Que la force ne soit pas avec toi

Dès l’écran titre lorsqu’on aperçoit C3PO et R2D2, les deux mascottes fétiches de la licence, on comprend tout de suite où l’on met les pieds. Les jeux sur Kinect nous ayant habitués à ne pas être trop exigeant, il faut reconnaitre que celui-ci ne déroge pas à cette règle, mais on serait tout de même tenté de se laisser séduire. Car si on passe outre la réalisation un peu maladroite, sans être totalement fidèle, il faut reconnaitre qu’on accroche avec plaisir à l’ambiance qui s’en dégage. Une impression renforcée quand on découvre la diversité des modes proposés, de la danse au combat, plusieurs facettes sont abordés tout en lui donnant un bon goût de party-game.

Quand on énumère Star Wars, l’ombre des Jedis n’est jamais bien loin, et c’est tant mieux car c’est ce que le Destin du Jedi nous offre d’incarner. Dans la peau d’un jeune Padawan qui fait ses premières classes, on sera amené à apprendre les joies du maniement du sabre et de la force, en compagnie de notre bien aimé Yoda. Si les prémisses semblent prometteur, dans les faits c’est loin d’être aussi concluant. Notre camp d’entrainement se situant sur la planète d’origine des wookies et celle-ci se faisant attaquer, c’est la bonne occasion de mettre en pratique tout notre apprentissage. Si les duels demandent des gestes lents et adaptés à la reconnaissance de Kinect, comme dans le mode qui lui est consacré et qui joue surtout avec la parade, pendant les phases d’action c’est une tout autre histoire. Tendre le bras pour attraper un objet en particulier avec la force, ou encore donner des coups précis au sabre, ça peut paraitre fort simple et naturel mais cela requiert des mouvements rapides que le périphérique à beaucoup de mal à capter.

C’est pourquoi on va vite opter pour ce qui reste le plus efficace, c’est-à-dire foncer dans le tas et faire de grands mouvements amples en essayant de toucher quelque chose. Les évènements s’enchainant assez vite, on va se rendre compte que c’est ce qui reste encore le plus efficace. En plus des batailles contre des droïdes, on se surprend également à combattre en speeder ou à éclater des robots géants. Si la finesse n’est pas vraiment le point fort de ce Star Wars Kinect, il faut tout de même lui reconnaitre une mise en scène plutôt soignée. C’est principalement ce qui va sauver l’ensemble de la débâcle et faire qu’on arrivera à s’amuser dans la plupart des modes disponibles, du moins pour le peu qu’on ne soit pas trop regardant sur la réalisation technique qui peine un peu. Car sans être foncièrement moche, cela reste très en dessous de la moyenne.

 

Bouger ton corps, tu vas

En contrepartie, la course de Pods est bien plus concluant même si on regrettera que seulement six courses soient parcourable. Notre engin se dirige en tendant nos bras vers l’avant, ce qui est devenue une habitude pour les jeux de courses sur Kinect, mais quelques subtilités viennent se rajouter à ça. Comme la possibilité de bousculer ses adversaires, enclencher un turbo ou encore lever le bras pour envoyer un robot réparer nos moteurs endommagés. En campagne ou en course rapide, la précision des commandes est plutôt agréable, malgré l’obstination de notre bolide à parfois se planter dans les décors de manière totalement incontrôlée. Des soucis qu’on rencontre souvent en jouant à deux, en plus des saccades assez régulières qui ternissent un peu le plaisir de jeu. Malgré tout, l’amusement est au rendez-vous et même les plus jeunes y trouveront leur compte avec l’opportunité d’activer un style de conduite spécialement fait pour les novices.

Si la vision délirante d’un Dark Vador dansant sur du YMCA ne vous fait pas trop peur, vous pouvez vous laisser tenter par la danse galactique. Ce mode ne s’encombre pas de grandes fioritures et se montre très classique dans sa progression. Gesticuler devant son écran en essayant de reproduire la bonne chorégraphique qui est représentée, voilà en gros ce qu’on attend de nous. Pour ceux qui n’ont jamais eu envie de se lancer dans la fièvre du disco, aucune crainte à avoir car la reconnaissance est plutôt permissif, ce qui permet d’en profiter facilement et cela peu importe notre niveau. Il est jouissif de voir la princesse Leïa ou encore les StormTrooper se déhancher sur des tubes très connus mais détournés pour l’occasion. De quoi esquisser un sourire chez les joueurs, du moins si l’on ne cherche pas trop la cohérence avec l’univers Star Wars.

Pour terminer, il serait difficile de faire l’impasse sur l’opportunité d’incarner un Rancor. Un mode dans lequel vous pourrez lâcher votre brutalité en maitrisant la force d’une de ces bestioles. Le maitre mot est la destruction pure et simple de votre environnement en réduisant en poussière une ville entière. Dévorer des civils ou détruire leurs habitations aura de quoi vous divertir le temps de quelques parties et de faire exploser vos scores, mais le tout montre rapidement ses limites. Car, il faut bien admettre que le manque flagrant de contenu dans ses activités est ce qui caractérise le mieux Star Wars Kinect. Pour autant, il faut admettre que cela suffit à nous occuper le temps de quelques soirées.

 

En conclusion

Sans être foncièrement mauvais, Kinect Star Wars est typiquement le genre de production qui essaie d’attirer le grand public en se basant sur une licence très connue. Les puristes y verront certainement un massacre de la saga, alors que les autres constateront qu’il s’agit d’un jeu sans grande prétention et tout juste honnête, dans lequel il y a de quoi s’amuser. Un jeu familiale qui n’a pas l’ambition de jouer dans la cours des grands, mais dont le contenu à défaut d’être conséquent, arrivera à convaincre de par sa diversité et de sa bonne utilisation de Kinect.

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.