Test – Kirby et le pinceau Arc-en-ciel : rose et tout mignon

En passant dans la machine à idées de Nintendo, Kirby est une des mascottes du constructeur qui peut se targuer d’avoir été déclinée dans une ribambelle de concepts différents, parfois novateur et original. Avec Kirby et le pinceau Arc-en-ciel, c’est peut-être moins le cas, notamment après le passage de Kirby : Power Paintbrush sur Nintendo DS. Car pour être franc, le principe des deux jeux se côtoie de très près.

kirby-arc-en-ciel-logo

Drôle de formes

Le monde est en perdition, car les couleurs ont été dérobées par un infâme méchant. Une petite tête de pinceau toute mignonne vient à la rescousse de notre ami rose, et c’est ainsi que démarre l’aventure pour sauver tout le monde. Comme toujours avec Nintendo, le décor scénaristique est tout juste placé pour vous donner un semblant de but à atteindre. Pour le reste, c’est là qu’on doit tout de suite énuméré l’aspect graphique très particulier de Kirby et le pinceau Arc-en-ciel. Qu’on aime ou non, il faut aisément reconnaître que le travail apporté sur le jeu est tout simplement splendide. Entièrement réalisé en effet de pâte à modeler, l’environnement et les personnages sont appuyés par de superbes animations, qui donnent vraiment de la vie à l’ensemble. Comme toujours l’ambiance est très enfantine, mais on s’y laisse très facilement bercé car cela donne un caractère très particulier au jeu.

Le regret qu’on pourrait avoir c’est que cette identité visuelle n’a aucun impact sur la jouabilité de Kirby et le pinceau Arc-en-ciel. Il ne faut donc pas s’attendre a ce que la nouvelle apparence de Kirby est une quelconque influence sur son gameplay. Dommage car il y aurait eu de belles choses à faire. Mais en contrepartie, il est plutôt facile de comprendre les maniements du jeu, puisque tout se jouera au stylet et donc sur le GamePad. Comme ce fut le cas dans Kirby : Power Paintbrush sur DS, Kirby est sous la forme d’une petite boule qu’il faut guider à travers le niveau. Pour se faire on pourra tracer des fils de pâte à modeler, pour l’envoyer dans la bonne direction. Une base auquel va s’ajouter quelques subtilités, comme le fait de pouvoir donner une petite poussée à Kirby. Voire d’enclencher une attaque spéciale quand on aura ramassé une centaine d’étoiles, qui permettra de faire grossir notre personnage pour ensuite de défoncer des murs ou des ennemis.

Déblatéré de cette manière, on pourrait penser que la prise en main est relativement simple. C’est effectivement le cas, mais cela demandera tout de même un petit temps d’adaptation. Heureusement, Kirby et le pinceau Arc-en-ciel est bien conçu et le joueur est tenu par la main durant une bonne partie du jeu. On apprend très doucement à manier le stylet et les premiers niveaux sont dans ce sens très simple à aborder. L’unique souci viendra peut-être du fait que tout le jeu se jouera exclusivement sur l’écran tactile du GamePad, ce qui ne nous permet pas de profiter entièrement du jeu. Ce n’est même pas la peine d’espérer de jouer sur l’écran de télévision, en tirant des traits sur le GamePad. Il faut constamment avoir les yeux rivés sur l’écran de la manette.

kirby-pinceau-arc-en-ciel-wiiu-0004 kirby-pinceau-arc-en-ciel-wiiu-0015

Au doigt et à l’œil

Bien que les sept mondes qu’on va explorer dans Kirby et le pinceau Arc-en-ciel ne soit pas du plus original, avec les habituels thèmes de la forêt, de l’eau, du volcan et ainsi de suite. C’est tout de même là qu’on peut confortablement admettre que les environnements sont mis en valeur par leur aspect en pâte à modeler. Le jeu est dans la lignée de la licence, à comprendre par là que l’on rencontre rarement une grande résistance. Notre progression se fait lentement et sans trop d’encombres. Les rares difficultés proviendront des boss, qui pourront parfois se montrer un peu retord pour plus jeunes joueurs. Mais devant la possibilité d’être rejoint à tout moment par d’autres joueurs (jusqu’à trois), pour un peu de coopération, autant dire que ces rares piques de difficultés pourront rapidement être occultés et mis de coté.

Kirby et le pinceau Arc-en-ciel est un jeu visuellement accrocheur, mais aussi rempli d’excellentes idées, même si l’on aurait aimé que certaines soient un peu plus développées. Devant l’impossibilité de Kirby d’avaler ses ennemis pour voler leurs pouvoirs, le jeu dispose tout de même de niveaux où notre boule rose va se transformer en véhicule. Chaque engin aura une jouabilité légèrement différente, comme le tank qui nous demandera de pointer les ennemis pour les abattre, alors que pour le sous-marin il faudra indiquer son trajet tout en guidant les missiles qu’il lancera automatiquement. Ainsi les niveaux se succèdent, en nous offrant une belle diversité de mécaniques, sans qu’on soit lassé par le gameplay au stylet qui reste finalement tout le temps le même. Malgré tout, on aurait aimé que les développeurs aillent un peu plus loin. Comme le niveau où Kirby se divise en plusieurs personnages et qu’il faut les mener à travers de sympathiques énigmes. Mais ces passages sont vraiment trop rares et c’est bien regrettable.

Bien que la difficulté aille en progressant vers la fin, en adéquation peut-être avec son modeste prix, Kirby et le pinceau Arc-en-ciel ne peut pas se vanter d’avoir une durée de vie astronomique. Au mieux cela se situe dans la moyenne, avec six heures en ligne droite pour voir le crédit de fin défilé sur notre écran. Pour rallonger un peu cela, il sera comme toujours possible de se rabattre sur la myriade de bonus à collecter. En partant des cinq coffres cachés dans chaque niveau et qui débloque des figurines et mélodies à écouter dans la Jukebok, ainsi que les images du livre à dessin à gagner durant la loterie qui se déroule à chaque fin de tableau. À coté de ça, on débloquera également une cinquantaine de mini-défis, qui demanderont de compléter des petites énigmes pour ramasser des coffres dans un temps limité. Rien de grandiose, mais tout de même suffisant pour augmenter notre plaisir durant une poignée d’heures supplémentaires.

 

En conclusion

En voilà une bonne petite surprise que nous propose Kirby et le pinceau Arc-en-ciel. Car si la crainte initiale qu’on pouvait avoir était de devoir se coltiner une jouabilité légèrement redondante sur le long terme, il faut reconnaître que ce n’est pas du tout le cas. On peut noter quelques égarements par moment, lorsqu’on essaye de se précipiter pour déplacer le personnage, mais c’est finalement assez rare. Le jeu nous offre un beau renouvellement dans ses mécaniques de gameplay et on ne s’ennuie jamais. L’esthétique tout en pâte à modeler est tout simplement grandiose et appuie vraiment l’ambiance enfantine du jeu, en plus d’avoir une bande son très agréable. Tout cela crée un ensemble qui s’accorde presque parfaitement et on s’amuse du début à la fin. Que demander de plus.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.