Test – Luftrausers

Aaaahhhh. Que voici un titre que je ne m’attendais pas trop à voir débarquer sur ma chère Playstation 3. Pourquoi me direz-vous? Vu que c’est un jeu flash au départ, il est surprenant de voir un tel titre arriver sur console de salon. Mais bon, les amateurs de shooters, de retro et d’arcade étant encore assez nombreux pour lui donner raison, on ne s’en plaindra pas forcément. Maintenant, examinons un peu ce transfuge pour voir ce qu’il a sous le capot.

luftrausers-head

Le rétro a le vent en poupe

La première chose qui va vous frapper dans Luftrausers est son style faussement retro. Graphismes proches d’une console 8 bits mais lorgnant plus du côté 16 bits, avec trois couleurs à l’écran (blanc, noir et beige), une sonorité 8 bits et des contrôles réduits. Visiblement, on est face à une sorte d’hommage de la grande époque du jeu vidéo, ou à une tentative pour surfer sur la vague du rétrogaming. Mais il ne suffit pas de vouloir ressembler à un jeu rétro pour en faire partie. Mis à part les graphismes, la première chose qui m’a frappée est cette absence totale d’histoire. Je dois dire que cela faisait des années que je n’avais plus joué à un jeu qui n’essayait pas de mettre en place un contexte scénaristique. L’introduction fait cinq secondes, on voit trois visages et directement on se retrouve face au niveau de jeu. C’est assez surprenant de voir qu’il n’y a ni menu, ni préparation. Rien en fait. Vous êtes directement dans l’action. Les fans d’arcade me diront probablement que c’est l’idéal pour un jeu de ce type mais pour moi, il manque clairement quelque chose.

luftrausers-playstation-3-ps3-1370958060-001 luftrausers-playstation-3-ps3-1370958060-002

Pew, pew, boum, vooosh, pew, pew

Luftrausers est un jeu de tir un peu à part. Votre avion s’envole de sa base, enfin de son sous-marin, pour aller dégommer des ennemis à tout va. N’espérez pas voir plus que ce que vous aurez sous les yeux car ici, pas de stages ou de fin car votre seul et unique but est de survivre le plus longtemps possible pour scorer un maximum avant une mort inévitable. Je vous préviens d’emblée, les contrôles vont vous dérouter au début. Seules quatre touches sont utilisées sur votre manette : le X pour tirer, la flèche haut pour avancer et les flèches gauche et droite pour tourner. Plus simple comme configuration, tu meurs. En même temps, c’est un pur jeu d’arcade donc une maniabilité restreinte est relativement recommandée, d’autant qu’il y a quelques subtilités à intégrer comme la gravité et la rotation.  J’ai dit que les flèches gauche et droite servent à tourner mais en fait, elles servent surtout à faire pivoter votre avion en plein vol pour effectuer des rotations complètes avant de repartir. Imaginez-vous foncer, stopper votre réacteur, faire un demi-tour sur vous-même, tirer sur vos poursuivants et enfin repartir dans l’autre sens. Ou encore, vous pourrez  survoler l’océan, repérer un navire et quasiment vous arrêter au dessus de lui pour le mitrailler et surtout, vous pourrez tenter d’éviter les nombreux tirs qui vous viendront dessus en jouant avec ces techniques. Comme je disais, cette limitation de contrôles permets quand même quelques nuances intéressantes mais il faudra un peu de temps avant de commencer à les maîtriser.

luftrausers-playstation-3-ps3-1370958060-001 luftrausers-playstation-3-ps3-1393876469-009

125 avions? Où ça?

Je suis un peu mauvaise langue car en fait, il y a un simili menu. En appuyant sur les touches de directions, on accède à ce menu. On a les options qui sont assez limitées comme le changement de couleurs de jeu (que je ne conseille pas, c’est pire), le hangar qui permet de changer les pièces de votre avion et enfin les statistiques, pour voir les résultats de votre combat et vous comparer aux autres joueurs. Dans l’intro du jeu, on nous annonce 125 avions différents à piloter … oui et non. En fait, il s’agit d’un seul avion auquel vous changez les 3 composantes principales qui sont l’armement, le blindage et le réacteur. Au fur et à mesure du jeu, vous pourrez gagner les cinq pièces possibles pour chaque composante de l’avion. Et si vous comptez bien, 5 X 5 X 5 = 125. Mouais, d’accord. Chaque «mélange» a son propre nom, sa propre apparence et  ses capacités liées à ses composantes. Et comme vous avez des missions à remplir pour avancer dans le jeu (une centaine), vous verrez qu’il est parfois nécessaire de sélectionner certains composants pour réussir vos missions.

luftrausers-playstation-3-ps3-1393876469-008 luftrausers-playstation-3-ps3-1393876469-006

Le scoring, la base de l’arcade

Le scoring de Luftrausers se base bien sûr votre capacité à détruire le plus d’ennemis possible mais pas seulement. Vous aurez la possibilité d’enchainer les combos en détruisant suffisamment d’ennemis en un temps assez court  et au dessus de sieze, votre compteur sera bloqué au maximum tant que vous continuerez à faire des combos. Bien sur, plus haut votre niveau de combo sera, plus rapidement votre score augmentera. En ennemis, vous aurez divers avions classiques, des jets, des avions qui auront les mêmes capacités de mouvements que vous, des petites bateaux, des sous-marins, des destroyers et une espèce de gros dirigeable. Ces deux derniers étant bien plus costauds que les autres, il faudra bien gérer votre vie et vos esquives pour espérer les détruire. En parlant de la vie, il n’y a pas vraiment de marqueur de point de vie à l’écran si ce n’est que si vous êtes touché, un cercle coloré dont vous ête le centre se réduira et s’il vous atteint, c’est que vous êtes mort et croyez moi, ça va très vite. Heureusement que votre vie remonte aussi assez vite pour peu que vous arrêtiez de tirer. C’est donc une bonne chose pour rester longtemps en vie, mais aussi une plaie pour le scoring et ça permets à vos ennemis de revenir en force donc vous devrez souvent fuir pour survivre. Mais avec tous les tirs que vous aurez à esquiver, c’est souvent assez compliqué.

luftrausers-playstation-3-ps3-1370958060-005 luftrausers-playstation-3-ps3-1370958060-003

Angry YellowMan strikes back

Bon, après avoir exploré en long et en large ce que Luftrausers avait à offrir, je vais vous expliquer posément pourquoi je n’ai pas, mais alors pas du tout, accroché à ce jeu. Déjà, le fait de n’avoir ni histoire, ni fin, ni rien me gène. On est en 2014 et pour moi c’est un minimum d’introduire un peu le sujet du jeu. Ensuite, cet aspect faussement rétro me gêne sur plusieurs points. Déjà, il n’y a quasi aucuns détails, tous les sprites sont foncés et seule leur apparence permet de les distinguer pour peu qu’ils ne se juxtaposent pas. A ce moment, il devient impossible de les distinguer. Et c’est pareil pour votre avion, ce qui m’a très souvent gêné. Avec toutes les explosions et gros pâtés de pixels, vous ne savez pas toujours repérer dans quelle direction vous êtes orienté et finissez dans l’eau, dans un navire ennemi ou carrément en plein milieu de la DCA ennemie. La lisibilité de l’action laisse clairement à désirer lorsqu’il y a beaucoup de choses à l’écran. Aussi, je regrette terriblement le manque de contenu. En une heure de jeu j’avais complété presque tous les trophées et obtenu quasi toutes les composantes d’avion. Je ne peux pas passer un point pareil car le jeu est tellement répétitif que les missions, la chasse aux trophées, voire la chasse au meilleur score ne vous tiendra pas en haleine bien longtemps. Pour moi, Luftrausers n’est clairement pas un jeu qui a réellement sa place sur une console de salon actuelle. On me dira que pour jouer une partie de cinq minutes, ça peut le faire et je dirais oui, d’accord mais quand même, ce n’est pas ce qu’on attend d’un tel jeu. Et puis, un seul stage vide à part quelques nuages, non, vraiment c’est beaucoup trop léger pour que je puisse rester accroché à un tel jeu. Pour moi, tous ces défauts sont clairement rédhibitoires et ne me donnent clairement pas envie de retourner sur ce jeu. Après tout, une fois qu’on a débloquée toutes les composantes et accomplies toutes les missions, que reste-t’il ? Pourtant, j’apprécie les run-games qui sont tout aussi répétitifs, mais qui proposent  presque toujours des changements de style en cours de route ou un aspect fun que Luftrausers ne s’accorde même pas. Seule la musique très prenante pourrait faire gagner quelques points  à Luftrausers, mais c’est tout.

 

En conclusion

Non, je suis désolé mais Luftrausers na pas réussi à m’impressionner ou même à me garder en son sein. Les graphismes sont trop pauvres même si c’est voulu, il n’y a quasi aucun contenu, la lisibilité du jeu n’est pas optimale, la répétitivité devient vite soulante et ce n’est pas sa maniabilité et ses différentes versions d’avion qui me feront changer d’avis. Seuls les gros fans de scoring à outrance l’apprécieront mais ce n’a clairement pas été mon cas. Mais, une fois encore, ça n’engage que moi.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.