Test – Luigi’s Mansion : Dark Moon

Bien qu’il soit presque toujours cantonné à un rôle de second couteau, il aura fallu attendre la GameCube pour que le frère de Mario se voit enfin attribué sa propre aventure. Luigi’s Mansion devait être un jeu vitrine pour la console de salon de Nintendo, mais finalement c’est surtout sa succulente ambiance qui restera gravée dans nos mémoires. La chasse aux fantômes n’a jamais été aussi amusante, et il faut reconnaître que la personnalité de notre plombier en culotte verte n’y est pas étrangère.

luigismansion2

La peur du ridicule

Notre mal à été mis en patience durant pas loin d’une décennie, mais cette attente se concrétise par un nouvel épisode sur Nintendo 3DS. Luigi revient donc sur le devant de la scène, cela un peu malgré lui, car le pauvre se fait presque enlever par le professeur K. Tastroff qui espère que notre héros pourra lui sauver la mise. Car suite à la disparition de la Lune Noire, les fantômes de la Vallée des Ombres se sont rebellés et il faut donc quelqu’un pour résoudre la situation. Bien que le courage de Luigi ne soit pas aussi légendaire que chez son grand frère, celui-ci se résigne tout de même à se lancer, même si la rencontre avec des spectres ne l’enchante guère. L’avantage c’est que Luigi’s Mansion joue irrémédiablement avec une ambiance digne d’un vieux film de poltergeist, mais l’humour n’est pas en reste et cela se retrouve dans tous les aspects de la narration.

Pour ceux qui auraient honteusement raté le premier volet, il faut savoir que la jouabilité n’a pas foncièrement changé, mais qu’elle a simplement été adaptée à l’ergonomie de la portable. En l’absence d’un deuxième stick, le maniement de l’ « Ectoblast 5000 », le fameux aspirateur anti-fantôme, se fait par les boutons de la console. Les gâchettes de tranche servant à aspirer ou inversement à souffler les objets qu’on aura préalablement attrapés. Pour viser, il suffit d’appuyer sur X ou B pour respectivement diriger le flux vers le haut ou vers le bas. Cela demande un petit temps d’adaptation, mais on s’y fait très vite, notamment quand il s’agit de braquer la lampe de poche dans une direction.

Car bien entendu, il est toujours question d’aveugler les fantômes avant de pouvoir les capturer. Cela n’a pas grandement changé, la seule modification résulte dans le fait qu’il est maintenant possible de charger le faisceau pour faire un flash de lumière plus intense. L’autre ajout significatif, c’est le Révéloscope, qui comme son nom l’indique permet de révéler des éléments du décor qui ont été dissimulé par les Boo. Couplé avec l’aspirateur, c’est principalement ces deux éléments qui serviront à résoudre la multitude d’énigmes qu’on sera amené à croiser. Cela pourrait présager un manque de diversité, mais cette crainte se montre rapidement infondée et on découvre que la progression dans Luigi’s Mansion : Dark Moon a été merveilleusement bien travaillée.

Luigi's Mansion 2 Dark Moon 3DS Luigi's Mansion 2 Dark Moon 3DS

Un peu d’ectoplasme avec ça ?

Ce n’est plus un mais cinq manoirs qu’il faut explorer de bout en bout pour espérer voir la fin du jeu. Des lieux très différents comme une usine d’horlogerie ou une mine abandonnée, qui sont découpés en plusieurs chapitres, avec à chaque fois une mission particulière qui nous sera assignée par le prof. Un cheminement qui peut paraitre saugrenu, mais qui se justifie par le fait qu’on soit sur une console portable. Cela n’entache en rien l’impression d’exploration, qui est une part importante de ce Luigi’s Mansion, même bien plus que dans son prédécesseur. Les énigmes sont très variées et souvent cloisonnées à une seule pièce, ce qui évite de faire des allers-retours et d’avoir l’impression que la durée de vie a été artificiellement rallongée. Surtout qu’il ne manque pas de choses à faire et en plus de fouiller des décors qui foisonnent de détails, à la recherche d’argent pour améliorer son équipement, il est aussi possible de se rabattre sur des objectifs secondaires.

En plus de devoir dénicher des Boos farceurs, il est aussi possible de trouver des pierres précieuses qui ont été soigneusement cachées dans les environnements. L’occasion de voir qu’une attention particulière a été mise sur l’ambiance de Luigi’s Mansion : Dark Moon. Le fond sonore en premier lieu, qui est tout bonnement splendide et qui accompagne avec brio les péripéties de Luigi, au point qu’il n’est pas rare de voir notre héros chantonner les mélodies à tue-tête. Chaque demeure possède son lot de cachettes et il n’est pas rare de passer à coté d’un simple détail, qui permet en faite d’accéder à un secret bien caché. Dans ce contexte, la perspective est utilisée comme une mécanique à part entière et il faut parfois jouer avec le gyroscope de la 3DS afin de scruter les alentours. Cela aidant par exemple à regarder à travers de nombreux trous dans les murs, pour espionner le quotidien des fantômes ou pour trouver des lingots d’or et de l’argent qu’on aurait pas vu autrement.

Luigi's Mansion 2 Dark Moon 3DS Luigi's Mansion 2 Dark Moon 3DS

Allume ton cerveau

Contrairement à l’épisode GameCube, l’action n’est pas mise au centre du jeu et c’est surtout des phases de réflexion et d’exploration qui vous seront demandées. Et au vu de la déconcertante facilité des combats, même contre les boss qui représentent rarement un grand challenge, c’est peut-être pas plus mal. Cela n’empêche pas aux situations rocambolesques de s’enchainer, avec des fantômes qui redoublent d’ingéniosité et de fourberies pour malmener ce pauvre Luigi. Si cela ne suffisait pas, K. Tastroff ne manque pas une occasion pour entrer en contact avec lui, par une DS qui sert de communicateur,  histoire de lui rappeler les enjeux de sa mission. A grand coup de cinématiques, la mise en scène est assez rafraichissante et met en avant un humour assez simple, mais qui colle avec l’atmosphère très singulier de Luigi’s Mansion : Dark Moon.

Une quinzaine d’heures, c’est le temps qu’il vous sera demandé d’investir dans le jeu, notamment si vous partez dans l’espoir de le compléter entièrement. Que cela soit visuellement ou humoristiquement, il est bien difficile de ne pas succomber au charme et au contenu de Luigi’s Mansion : Dark Moon. Surtout que même avec une aventure plus que prenante, il est toujours possible de prolonger le plaisir en multi-joueurs. En local ou en ligne, il est possible de joueur jusqu’à quatre joueurs, en coopérant ensemble pour traquer des fantômes ou pour ramasser le plus d’argent possible. Mais ce qui aurait pu paraitre comme un gimmick sans grande importance, se révèle plutôt intéressant et on se surprend à s’y adonner assez fréquemment. Les parties sont facilement paramétrables (le temps limité, le nombre d’étages à visiter, etc.), ce qui favorise des séances de jeu assez courtes et qui contribue à rapidement trouver des joueurs en ligne.

 

En conclusion

Alors que les bases ont été posées sur GameCube, Luigi revient en force pour cet épisode entièrement consacré à la petite portable de Nintendo. Tout en remettant notre plombier vert sur le devant de la scène, le studio Next Level Games réalise une petite merveille, qui risque de longtemps être considéré comme un jeu majeur dans la ludothèque de la 3DS. Il n’a jamais été aussi amusant de partir à la chasse aux fantômes, dans un jeu qui traite avec humour tous les clichés du film d’épouvante. Une ambiance horrifique qu’on ne prend pas une seule secondaire au sérieux, pour un contenu magistral qui promet plusieurs heures d’amusement. Luigi’s Mansion : Dark Moon est un véritable bijou et ce serait incontestablement un sacrilège de passer à coté.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.