Test – Mario and Luigi : Dream Team Bros

Depuis son instigation sur Game Boy Advance, la série de RPG Mario et Luigi on fait leur petit chemin jusqu’à nous, en passant par la Nintendo DS le temps de deux épisodes. C’est maintenant au tour de la Nintendo 3DS d’accueillir un nouvel opus, sous les traits de Mario and Luigi : Dream Team Bros. De l’humour bon enfant et des blagues à tout va, c’est encore une fois ce qui nous attend, mais est-ce que le gameplay sera tout aussi ingénieux cette fois ?

marioluigi-dreamteam

Dodo time

Les scénarios de jeu vidéo, principalement chez Nintendo en tout cas, font le choix de mettre le joueur au centre d’une aventure dont-il est le héros, où il est toujours question de sauver la gente demoiselle en détresse. Pirouette facile ou hommage à leur début dans l’industrie, cela aura au moins l’avantage pour nous de ne jamais être dépaysant. Sans trop aller dans le détail, histoire de ne pas vous dévoiler le peu d’intrigue que contient Mario and Luigi : Dream Team Bros, on peut tout de même aisément vous dire que nos deux plombiers et leur bande ont été invités sur une ile de sable fin pour y prendre des vacances bien mérité. Avec nos deux lascars les choses ne se déroulent jamais comme il devrait, c’est pourquoi il faut rapidement se mettre en quête de sauver un peuple tout entier, qui se révèle être les anciens habitants de l’ile. Les Koussinos, de leur doux nom, ont pourtant la fâcheuse tendance d’être pétrifié et enfermé dans le monde des rêves oniriques. Mais fort heureusement pour eux, notre ami à la casquette verdâtre possède un grand pouvoir qui n’étonnera personne, celui de faire la sieste très facilement. Ce qui permettra régulièrement d’ouvrir un passage vers le monde des rêves. Un endroit que notre cher Mario n’hésitera pas à visiter, tout en déambulant dans les songes de son jeune frère. Et autant dire que notre ami Luigi aime être au centre de l’attention.

Même si les mécaniques de Mario and Luigi : Dream Team Bros ne change pas les fondements de la série, avec des combats au tour par tour et un système de rythme pour les attaques et la défense, ce sont surtout ces ballades dans le monde onirique qui renouvellent l’ensemble. Chaque petit niveau est l’occasion d’instaurer une nouvelle technique qui nous permettra ensuite d’explorer plus amplement, tout en profitant des pitreries de Luigi. Car pour accompagner son frère dans ses propres rêves, notre grand dadais vert se matérialise sous la forme d’Oniluigi. Un alter-égo qui possède la faculté de fusionner avec les éléments de l’environnement. Un procédé qui permettra d’utiliser l’écran tactile pour tirer les moustaches de Luigi dans le monde réel, afin que Mario puisse s’en servir d’élastique propulseur dans les rêves. Il sera aussi possible de chatouiller son nez pour le faire éternuer et ainsi provoquer un coup de vent qui fera bouger les décors, permettant ainsi par exemple de ramener des objets ou de déplacer des plates-formes. Les interactions ne s’arrêtent pas là, puisque notre ami verdâtre peut aussi se multiplier et profiter de son nombre pour construire une tour humaine, qui sera d’une grande aide pour Mario. De nombreuses capacités utilisent ainsi la complémentarité entre les deux frères, comme cela avait déjà été le cas dans les épisodes précédents, mais tout en poussant ici le principe encore plus loin.

mario-luigi-dream-team-bros-nintendo-3ds-1366233666-013 mario-luigi-dream-team-bros-nintendo-3ds-1366233666-011

Luigi est dans la place

L’exploration à toujours eu une part importante dans la série et Mario and Luigi Dream Team Bros ne fait pas exception. Si dans les rêves cela se fait de manière plus original, avec une vue horizontale, on profite tout de même des nouveaux pouvoirs des deux frères. Dans le monde réel, cela s’opère de manière un peu plus classique, avec une semi vue de dessus, ainsi que des compétences qui n’étonneront pas vraiment les habitués. Il est donc toujours possible de rétrécir Mario avec un bon gros coup de maillet sur la tête, voire de l’enfouir dans le sol lorsque celui-ci est plus sablonneux. Rien de bien spectaculaire mais qui fonctionne toujours aussi bien. Le duo des frères Mario est donc toujours mis en avant, notamment pendant la résolution des énigmes. Ce qui est souvent nécessaire pour débloquer le chemin, avec des passages dans le monde des rêves comme des actions à effectuer dans le monde réel. Quelques passages épiques hérités de Voyage au Centre de Bowser font également leur retour, avec un Luigi géant qui met toute suite dans l’ambiance loufoque du jeu. Mais malgré un humour de chaque instant, notamment pendant les animations des personnages, l’impression d’être tout le temps tenu par la main se fait vite ressentir. L’apport de nouvelles mécaniques au long du jeu, accompagné de leurs explications, font qu’on a vite le sentiment d’être au milieu d’un gros tutoriel pendant toute l’aventure. Avec Dream Team, il ne faut pas s’attendre à un challenge de taille et c’est peut-être un des seuls points négatif du jeu. La reprise du gameplay d’origine, tout en y greffant des nouvelles idées en fait un jeu très riche techniquement, mais en contrepartie on dirige le joueur encore plus qu’à l’habitude. Quelques quêtes annexes sont bien entendu de la partie, mais la trame principale est fixée d’avance et on ne fait qu’avancer en ligne droite.

Comme tout bon RPG qui se respecte, les affrontements contre des ennemis sont toujours au centre de l’attention. Qu’on soit dans les rêves ou non, leur cheminement n’a pas changé puisqu’il est toujours question d’effectuer les actions avec un bouton dédié à chaque personnage. Sauter sur un ennemi ou taper avec le marteau au bon moment permet de faire plus de dégâts ou de se protéger plus efficacement. Outre l’utilisation d’objets de soins ou d’attaque, il sera assez vite possible de réunir des morceaux de puzzles plus ou moins dissimulés sur notre chemin, qui pourront nous apprendre des techniques combinées. Les deux frères seront mis à contribution, pour des attaques spéciales qui auront un effet dévastateur sur leurs adversaires. Ces pouvoirs seront aussi disponibles dans le monde des rêves, mais de manière beaucoup plus loufoque et donc à la sauce Oniluigi. Contrairement au monde réel qui demande souvent de pianoter les boutons en rythme, ici ce sera surtout synonyme de mini-jeux, qui mettront en avant les fonctionnalités de la 3DS. Un peu comme l’attaque de la boule géante, qui nous demande de bouger la console pour attraper des Luigi, afin de former et agrandir une boule qui ira percuter nos ennemis. Tout est vraiment pensé pour amuser constamment et surprendre le joueur à chaque instant. Le charme de la série est grandement conservé et pourrait presque dire qu’elle atteint son apogée dans cet épisode.

Pas de grande surprise en ce qui concerne l’évolution de nos personnages. Car outre la grande facilité de gagner des niveaux et donc d’augmenter nos caractéristiques, on retrouver également un système d’équipement et de badge qui avait déjà été intégré dans les opus précédents. La nouveauté viendra plutôt d’un système de petits défis qui pourront être remplis (Attaque parfaite un certain nombre de fois, éviter de prendre des dégâts dans un combat, etc.), notamment pour avoir un impact direct sur certaines pièces d’équipement qui seront alors plus efficaces. Un autre ajout intéressant est les bonus de rangs. Notre prise de niveaux est talonnée en différents paliers et chaque fois qu’on atteint l’un d’eux, il est possible de choisir un bonus permanent pour un des frères. Le nombre de rang étant limité et les bonus plus nombreux, il faudra donc choisir avec précaution puisqu’il n’est alors plus possible de revenir en arrière. Va-t-on choisir de gagner plus d’expérience, gagner plus de points de vie à chaque niveau ou avoir plus de chance sur l’argent ? Ce sera à chacun de peser le pour et la contre de chaque décision. Une idée sympathique qui se rajoute à toutes les autres pour finalement aboutir sur un jeu, certes facile, mais qui se laisse parcourir avec un réel plaisir, le temps d’une trentaine d’heures en compagne de nos deux plombiers favoris.

 

En conclusion

Mario and Luigi : Dream Team Bros ne réinvente pas la roue mais profite pleinement des fonctionnalités de la 3DS, au profit d’idée bien mis en avant et qui renouvelle sans mal la série. Le tout se repose sur des acquis tout en apportant assez de nouveautés pour qu’on ait le sentiment d’avoir un nouvel épisode entre les mains. Bien que l’histoire du jeu nous laisse un peu sur notre faim, la forte personnalité de notre cher Luigi arrive à compenser cette faiblesse, avec un humour qui est présent de bout en bout. Malgré sa trop grande facilité, on peut donc facilement se prétendre à dire que Dream Team est un opus qui vaut le détour.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.