Test – Mario & Sonic aux Jeux Olympiques de Sotchi

Il est bien loin le temps où Nintendo et Sega se bataillaient dans les cours de récréation, pour savoir quelles consoles de salon étaient la meilleure. Aujourd’hui, les deux éditeurs ont mis leur mascotte main dans la main pour une série de jeux autour des jeux Olympique, qui contre toute attente a su trouver son public. Toujours en possession de la licence, la firme de l’hérisson bleu en a donc profité pour développer Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi 2014.

mario-sonic-sochi

Les joies de la glisse

Pour les vieux briscards, voir deux ennemis de toujours cohabiter dans une même production, aura toujours de quoi faire grincer des dents. Mais en sortant de cette idée préconçue, il faudra aisément reconnaître que le mariage de ces deux licences fonctionne admirablement bien. En témoigne les nombreux jeux à succès qui ont émergés de cette collaboration contre nature. Depuis ses débuts, les Mario & Sonic aux Jeux Olympiques ont réussi à s’installer confortablement sur les consoles de Nintendo. Bien que la longue histoire de cette série soit d’une qualité constante, on aura tôt fait de leur reproché un manque d’innovation assez évident. Un constat qu’on greffera très vite à Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi 2014, qui malgré le fait qu’on peut assez facilement vous conseiller son achat, reste encore une fois sans grandes surprises.

Avec un total de cinq modes, ce Mario & Sonic s’en sort admirablement bien, même si certains d’entre eux font un peu doublon. On pense notamment au Choc des Légendes, qui se présente comme la partie solo du jeu et qui se trouve être une bête succession scénarisée, de toutes les épreuves du jeu. On préfèrera largement se tourner vers le mode Partie Simple, pour s’amuser en solitaire avec 16 disciplines classiques, ainsi que les neuf épreuves de rêves. Pour des parties un peu plus thématiques et donc entre amis, on pourra se concentrer sur les medleys. Un mode dans lequel il est possible d’organiser et personnaliser ses parties, ou de choisir parmi des défis à thèmes, comme faire tous les niveaux de Mario ou de Sonic. Mais la meilleure alternative, reste encore Réflexes et réflexion, qui se trouve être un genre de quizz géant durant lequel il faudra répondre à une série de questions, en détournant les règles des épreuves principales du jeu.

mario-sonic-aux-jeux-olympiques-de-sotchi-wii-u-wiiu-1380809187-038 mario-sonic-aux-jeux-olympiques-de-sotchi-wii-u-wiiu-1380809187-042

Du bien et du pas bien

Il ne faut pas non plus oublier d’énumérer l’arrivé d’un mode multijoueur, qui reste malheureusement assez anecdotique, dans la mesure où seulement quatre épreuves y sont disponibles. On aura donc vite fait de se tourner vers le reste des modes proposés, même si il faut reconnaître que toutes les disciplines ne comportent pas le même degré d’intérêt. Notre favori dans le panier reste La Course champions sports d’hiver, qui consiste en une course durant laquelle on change constamment d’équipement entre les skis, la luge, le snowboard ou les patins à glace. La maniabilité n’étant pas toujours exactement la même, il faudra donc s’adapter en conséquence, tout en passant par les bons chemins sur le terrain. Pour le reste on fait dans du grand classique, avec pourtant quelques ajouts comme le snowboard ou le patinage artistique en couple.

La maniabilité dans Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi est toujours aussi exemplaire et profite pleinement des fonctionnalités de la Wiimote plus. Un peu trop même, puisqu’on peut regretter une sous exploitation du GamePad. Certaines épreuves l’utiliseront sommairement, comme la visé dans le Biathlon ou la mise en place de stratégie dans le Curling, mais dans l’ensemble on ne s’en servira que très peu. C’est justement dans ce contexte, qu’on ne comprend pas vraiment la décision, en tant que premier joueur, de devoir permuter constamment entre la Wiimote et le GamePad selon les épreuves. Alors qu’il aurait largement été plus agréable de simplement nous faire jouer tout le temps sur le GamePad. Un choix de gameplay assez rédhibitoire et qui gâche un peu notre fun durant de longue séance de jeu.

mario-sonic-aux-jeux-olympiques-d-hiver-de-sotchi-2014-wii-u-wiiu-1383840184-049 mario-sonic-aux-jeux-olympiques-d-hiver-de-sotchi-2014-wii-u-wiiu-1383840184-053

La neige du plus fort

Chaque joueur pourra donc vite trouver son compte parmi les épreuves proposés, même s’il y a fort à parier que certaines d’entre elles passeront vite au placard. Un peu comme la bataille de boules de neige qui ne mérite pas du tout sa place dans cette compilation, faisant plutôt office de mini-jeu à la conception bancale. Dans le même ordre d’idée, l’idée de coupler le curling au golf est vraiment saugrenu et ne fonctionne vraiment pas. Heureusement, cette épreuve de rêve est le vilain petit canard parmi un ensemble qui se montre bien plus convaincant. Bien plus coloré et fantaisiste, comme le Bobsleigh montagnes russes, la Course de luge Bill Balle ou encore le Patinage Artistiques fabuleux. Un concentré de délire et dont le concept peut paraitre parfois très simple, mais qui étonnement fonctionne admirablement bien.

Dans les fonctions annexes on retrouve les habituels classements en local ou en ligne, visionnable sur les chaînes accessibles sur le GamePad. Ces dernières vous permettront de comparer vos performances avec vos amis ou les joueurs du monde entier. Un rapport est également consultable, pour voir l’évolution des profils et leur avancé dans les épreuves. Les collectionneurs y retrouveront aussi des défis à accomplir, sous la forme d’un tableau, qui permettra aussi des débloquer de nouvelles musiques ou encore des costumes et des objets pour personnaliser vos Mii. Qui seront bien entendu ensuite utilisable pendant vos parties. Une idée qui ne mange pas de pain, mais qui fait office de médailles en chocolat pour ceux qui aiment collectionner ce genre d’artifices.

 

En conclusion

Mario & Sonic aux Jeux Olympiques de Sotchi est ce qu’on pourrait appeler une production opportuniste. Bénéficiant de sa première incursion sur Wii U, la série ne profite pas vraiment de toutes les fonctionnalités de la machine de Nintendo. Elle s’ancre dans ses acquis sans vraiment tenté d’innover, ce qui en résulte par un jeu qui n’arrive pas vraiment à nous surprendre. Pour autant, cela n’en fait pas un mauvais opus, car on y retrouve tous les plaisirs qu’on pouvait ressentir dans les épisodes précédents. On s’y amuse et c’est sûrement tout ce qui compte, mais on aurait aimé en avoir encore plus.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.