Test – Mayan Death Robots : Quand les anciens dieux se mettent sur la tronche

Test – Mayan Death Robots : Quand les anciens dieux se mettent sur la tronche

Voyons voir à quoi ressemble le jeu du jour … Alors voilà : des combats entre divinités maya robotisées qui doivent en découdre pour passer dans un show télé intergalactique et accessoirement, affronter des conquistadores. Wow, je ne sais pas quelle type de moquette les développeurs de Mayan Death Robots ont fumé mais assurément c’était de la bonne. Reste à voir s’il y a un vrai jeu intéressant derrière.

mayan-head

Un petit air de très, trèèèès ancien

Hors donc, dans cette époque reculée de l’humanité où la soif de l’or emmène les conquistadors dans la jungle sud-américaine, il apparaît que l’univers ne se limitait pas à notre seule espèce humaine. Des extra-terrestres robotisés organisaient à quelques années-lumière de cela une sorte de Battle Royal qui se déroulerait sur notre petite planète bleue. Les indigènes du coin se mirent à idolâtrer ces géants de métal tandis que ceux-ci allaient rapidement se mettre sur le coin de la gueule quelques bourre-pif for bien sentis. Et bien sûr, nos amis Espagnols assoiffés d’or viendront jouer les chiens dans ce petit jeu de quilles. Voilà, il y a bien quelques dialogues et événements en cours de jeu dont quelques apparitions de boss mais le pitch de départ va s’arrêter à ce qui a été écrit ici. Et oui, je sais bien que c’est du grand n’importe quoi mais on s’y fait, croyez-moi.

Pour redevenir un peu sérieux, Mayan Death Robots est un jeu de combat stratégique entre deux robots ou plus. Enfin, le ou plus veut juste dire que ce sera de toute façon un combat entre deux factions mais il y aura parfois des bots en plus des combattants. Donc, comment se présente le jeu? Tout se passe sur un écran fixe dans lequel les deux adversaires apparaissent et doivent détruire le Core adverse, une grosse pierre qui lui sert de points de vie. L’environnement est totalement destructible et doit être utilisé à bon escient pour vaincre son adversaire.

Par exemple, en jouant finement vous pourrez faire tomber le Core ennemi en bas du niveau et vous assigner la victoire automatiquement. Le robot adverse aussi peut y avoir droit sauf qu’il reviendra toujours à la vie tant que son Core est actif. Autre chose, les petits Maya qui vous vénèrent peuvent être très utiles si jamais un robot adverse pose le pied sur leur territoire, ceux-ci pouvant être très agressif et l’occire sans sourciller. Il y a également d’autres éléments en jeu comme les Conquistadores par exemple (ou des bonhommes de neige géants, des plantes carnivores …) qui peuvent en vouloir à votre dieu-robot . Mais maintenant que le cadre est planté, parlons du gameplay.

Cela devient vite la foutoir !

Cela devient vite la foutoir !

Gorillaz, Worms et Tetris réunis dans un jeu

Vous vous souvenez de Gorilla? Mais siiii, c’est un des petits jeux qui se trouvaient avec toutes les versions de DOS à l’époque. Il était accompagné de Nibbles, l’ancêtre du jeu  Snake. Bref, dans Gorilla, deux grands gorilles se lançaient des bananes explosives en indiquant un angle et une puissance. Hé bien c’est pareil dans Mayan Death Robots mais couplé aux même principes que le jeu Worms. On a le choix à chaque tour de jeu entre se déplacer en sautant, d’effectuer une attaque ou de poser des éléments de décors. Pour le saut, c’est simple : on choisit l’angle et la puissance et on saute en créant de petites zones de décors dans son sillage. Pour l’attaque, chaque robot a en standard deux attaques avec  une utilité ou une finalité différente à utiliser à bon escient.

Enfin, le jeu Tetris se trouve honoré ici lorsque l’on veut créer des zones de décors. Des pièces de Tetris apparaissent et peuvent être placées dans un espace limité entourant votre robot. La stratégie interviendra très vite en voyant que s’éloigner de son Core ne permet pas de le protéger à coup de décors si le besoin s’en fait ressentir. Ou alors entourer le robot adverse de décors va le bloquer et le forcer à s’infliger (ou pas, il y a moyen de l’éviter) des dégâts pour sortir de ce piège. Et le compteur de pièces à utiliser se recharge d’une pièce jusqu’à un total de 5 tant que vous ne les utilisez pas. Enfin,  vous aurez à intervalle régulier la possibilité d’utiliser une arme spéciale aux effets plus dévastateurs que votre arsenal de base. En gros, Mayan Death Robots est un jeu de combat très stratégique.

Oui mais, est-ce fun? La question se pose car les premières sessions de jeu ont été pour moi fort éprouvantes. Non pas que le jeu soit difficile mais c’est plutôt le bordel ambiant pour bien comprendre les mécanismes et les subtilités du jeu qui on rendu le tout assez chaotique. En plus, je vous avoue avoir été plusieurs fois “perdu”, car gagner ou perdre un match vous fait quand même avancer dans le jeu, ce qui m’a plus que décontenancé.  Mais ensuite, j’ai eu du mal à me décrocher de Mayan Death Robots pendant les quelques heures de son aventure. Oui, juste 3 ou 4 heures suffisent à terminer ce jeu ce qui peut sembler très court … et qui l’est à mon goût. J’en demandais clairement plus et ce n’est pas le petit mode 2 joueurs qui va me faire changer d’avis. Au final, l’impression que j’ai eu de Mayan Death Robot est plutôt positive mais il s’en est vraiment fallu de peu car j’ai failli à plusieurs reprise le laisser en plan pendant au moins la première heure de jeu.

 

En conclusion

C’est étrange comme un jeu peu donner plusieurs avis tandis que l’on y joue. Je suis passé de “C’est quoi ce bordel?” à “Finalement c’est pas mal” mais ce changement d’avis c’est un peu fait dans la douleur. Au final,  j’ai plutôt bien apprécié l’expérience qui aurait pu être quand même plus longue une fois qu’on s’est fait au système de jeu.

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.