Test – Omega Strike : À trois c’est toujours mieux

Les développeurs aiment bien se vanter des jeux qui ont pu inspirer leurs créations. Parfois cela se ressent clairement et pas besoin de vous dire qu’Omega Strike fait quelques allusions à des licences comme Metal Slug. Mais Woblyware semble surtout fier d’avoir pondu un jeu qui se range dans la catégorie du Metroidvania. C’est en tout cas comme ça qu’on essaye de nous le vendre.

Aventure à trois

Pas besoin de vous signaler qu’on peut encore une fois mettre de coter le scénario d’Omega Strike, tellement celui-ci a peu d’intérêt. Le Docteur Omega veut dominer le monde avec l’aide de ses mutants et notre équipe de héros doit lutter pour sauver le monde. En gros voilà ce qui nous attend, mais autant dire que l’histoire nous sortira de la tête dès la fin de la cinématique d’introduction. Au mieux on s’en souviendra le temps d’un dialogue contre un Boss, mais cela s’arrêtera là.

Là où Omega Strike va essayer de se démarquer en revanche c’est sur son approche du Metroidvania et de la plate-forme. Bon autant le dire tout de suite, c’est l’envie du développeur mais dans le fait il y a peu de choses qu’on ne trouve pas déjà chez la concurrence. Cela ne rend pas le jeu mauvais pour autant et on y reviendra, mais il y a fort à parier que rien ne viendra vraiment vous surprendre. À commencer par la mécanique principale qui est celle de pouvoir switcher à tout moment entre les trois personnages. Évidemment chacun d’eux possède des capacités qui aideront dans certaines situations, tandis qu’ils en gagneront d’autres par la suite, ce qui permettra d’accéder à de nouvelles sections du monde.

Un des héros pourra par exemple obtenir le double saut, ce qui permettra de monter sur des plates-formes plus en hauteur, pendant qu’un autre peut effectuer une roulade qui nous permet de passer dans des endroits plus étroits. Le nombre de capacité qu’on obtient au fil du jeu n’est pas mirobolant, mais cela suffit amplement pour nous donner la sensation qu’on gagne de plus en plus de liberté sur l’exploration des zones. On pourra simplement regretter que certaines capacités soient finalement assez peu exploitées, notamment ceux du  héros musclé et qu’on obtient seulement sur la fin du jeu.

Le jeu n’est pas laid, mais la réalisation manque d’originalité

Un peu trop simple mais efficace

La description du gameplay d’Omega Strike peut sembler très sommaire, mais c’est surtout que le concept du jeu est loin d’être compliqué à décrire. Il faut dire que le jeu démarre avec un petit amuse bouche qui nous montre l’utilité des trois personnages et leurs compétences de base, pour ensuite nous mettre dans la peau d’un seul d’entre eux. Il faudra partir à l’aventure et essayer de sauver nos deux autres compères. Un stratagème pour nous apprendre petit à petit à utiliser chaque héros. Évidemment l’agencement des zones est fait de sorte à ce qu’on ne puisse pas les explorer dans leur globalité dès notre première visite. Il faudra constamment faire des allers-retours, pour débloquer des nouveaux passages et ainsi avoir accès à des nouveaux lieux à visiter.

Il est d’ailleurs primordial d’explorer chaque recoin de la carte, car même si la plupart des zones sont connecté, il est facile de passer à coté d’un chemin important. Il arrive parfois qu’on en sache plus vraiment où aller et il faudra faire le tour des différents lieux de destinations afin de trouver notre chemin. Une petite ville centrale fera office de base dans laquelle on pourra dépenser notre argent, en améliorant les capacités de nos personnages, tout en achetant des bonus de santé ou de la nourriture pour se régénérer. On regrette d’ailleurs qu’il est possible d’acheter assez rapidement toutes les améliorations et qu’on finit par avoir tellement d’argent, qu’il est possible de remplir notre inventaire de bonus de soin. Le résultat c’est que le jeu devient alors beaucoup trop facile et qu’on peut juste se gaver de soins durant un combat de Boss un poil trop difficile.

Car la force d’Omega Strike c’est de proposé une exploration cohérente et qui n’est jamais frustrante. Certains passages sont certes parfois un peu demandant, mais avec un peu d’astuce et de dextérité il sera très aisé de s’en sortir et de prendre du plaisir. Omega Strike n’est pas le genre de jeu qui brille par son originalité et il ne réinvente pas la roue, mais son gameplay est efficace et il fonctionne. Il est même bon de souligner qu’Omega Strike dispose d’une très belle bande son, ce qui apporte une belle ambiance au jeu.

Malgré tout on doit pointer du doigt que la réalisation est certes cohérente et plutôt sympathique, mais qu’elle ne ressort pas vraiment plus que ça. Les ennemis sont assez génériques et on doit souvent faire face aux mêmes monstres, avec seulement quelques petits changements graphiques. Heureusement leur comportement change et leur puissance augmente au fil de notre avancé, ce qui rend notre progression de plus en plus difficile. Le défi est donc au rendez-vous et il vaut mieux passer régulièrement dans les caissons de sauvegarde pour ne pas avoir à recommencer tout une portion d’un niveau.

 

En conclusion

Sans réussir à sortir du lot, Omega Strike est tout de même un jeu plus que sympathique qui aura de quoi nous amuser durant une poignée d’heures. On aurait aimé un peu plus d’originalité dans son gameplay, mais le procédé de nous donner régulièrement de nouvelles capacités fonctionne à merveille et nous permet de relancer à chaque fois notre intérêt. L’exploration est de mise et on avance

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *