Test – Outland : une forte inspiration de Limbo

Disponible depuis le 29 Septembre sur Steam et développé par Housemarque, petit studio Finlandais à l’origine de la série des Stardust dans les années 90 et de Dead Nation en 2010, Outland est passé assez inaperçu sur le PSN et le Xbox Live Arcade. Et c’est fort dommage, car le titre est une ode à la poésie et la beauté. Plongeons donc ensemble dans cet univers coloré, mélange de nombreux genre.

outland-pc-360-ps3

Un mélange de genre

Au départ, Outland peut passer pour un jeu de plate-forme comme un autre, pourtant ce titre recèle milles et une bonne idées piochées à droite et à gauche. Cependant, Outland reste unique en son genre grâce au travail fournis par le studio qui transforme un jeu qui pourrait paraître au départ peu original, en un titre finalement unique et magnifique.
Le joueur incarne donc un héros, un guerrier classique tout droit sortie d’une tribu. Il est à la fois vif et souple et se trouve hanté par diverses visions lui annonçant la fin du monde. Ni une, ni deux, notre guerrier va donc défier les déesses possédant le sort du monde entre leurs mains. On se retrouve donc aux commandes de notre héros, qui devra donc explorer un univers peuplé de pièges, de plate-formes à gravir et de monstres à abattre.

Comme il est dit plus haut, Outland est un savant mélange de plusieurs titres. Si vous avez aimé Limbo pour son univers en noir et blanc qui joue beaucoup sur les ombres, vous serez probablement séduit par Outland et son univers d’ombres colorés. Chaque fond a été travaillé de manière méticuleuse pour apporter une esthétique de toute beauté. Ajoutez à cela un héros aussi vif que puissant ayant la capacté de courir, sauter, s’agripper aux plates-formes… Bref, un héros qui pourra s’adapter à n’importe quelle type de situation. Et le tout avec une maniabilité aux petits oignon.

Mais ce qui différencie réellement Outland des autres jeux de plate-forme, c’est un autre concept emprunté à Ikaruga, le shoot them up de Treasure. En effet, les connaisseurs du titre se souviendront de la capacité du vaisseau à changer de couleur entre le noir et le blanc pour absorber les tirs et progresser. Dans Outland, le héros obtiendra plusieurs couleurs qu’il devra débloquer en terrassant des boss plutôt imposants. Ces couleurs, qui sont plutôt déclinés en Auras, vous permettront de franchir plus facilement les pièges et d’explorer un peu plus en profondeur le monde qui vous attend. Chaque couleur permettra également au héros de débloquer de nouvelles zones. Attention cependant car si vous vous retrouvez à être touché par une autre couleur que celle qui vous est attribué, vous risquez de perdre pas mal de points de vie. Et comme si cela ne suffisait pas, les ennemis aussi auront une couleur précise. Vous devrez donc changer de couleur pour faire le plus de dégâts possible aux adversaires. Heureusement, Outland réserve des temps de chargement extrêmement rapide et surtout des Checkpoints réguliers pour ceux qui ont peur de la difficulté.

Ajoutez à toute cela un mode multi-joueur qui se joue en ligne et un mode arcade pour les amateurs de speed-run et Outland sera complet. Malheureusement, le seul défaut du titre reste sa durée de vie, qui pour le coup ne dépassera pas six heures de jeux.

outland-pc0007 outland-pc0001

Une réalisation de toute beauté

Malgré le mélange des genres, Outland reste un titre unique en son genre, de par sa qualité. Même si Housemarque semble se contenter de piocher divers éléments de gameplay d’autres jeux, ce titre reste une petite perle autant pour les yeux, que pour les oreilles. Entre les décors en ombre chinoise extrêmement bien travaillés et les bruits de végétations, l’ambiance y est. Bruissements de feuilles, murmure discret du vent et des ennemis …
Force est de constater que Outland reste un titre magique et surtout attirant. Une véritable pièce de musée qui saura se complexifier avec le temps.On regrettera juste la durée de vie un poil trop courte au vu du vaste univers de ce jeu.

 

En conclusion

Même si pour beaucoup Outland se contentera de piocher des idées de gauches à droite, le titre de Housemarque trouve tout de même sa propre identité. Enchanteur, magique et magnifique, Outland met en place divers éléments de gameplay que l’on voit rarement ensemble. Si vous aimez les casse têtes et la difficulté progressive, ce jeu va clairement vous tenter. Ni trop difficile, ni trop facile, ce titre aura de quoi vous combler malgré sa durée de vie qui reste malheureusement un peu courte.

1 réponse
  1. Teujip
    Teujip dit :

    j’ai fini ce jeu sur PSN et j’ai vraiment beaucoup aimé. Outre la réalisation assez sympa, la maniabilité était un régal.
    Un jeu qui mérite à être connu

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.