Test : Overcooked : de la cuisine entre amis

Les jeux dans lequel il faut s’affronter en s’envoyant des savates et autres bidules à la tête, ce n’est pas ce qui manque. Par contre des jeux de coopération en local, c’est déjà un peu plus rare et c’est justement là-dessus que Team 17 tente de s’établir avec Overcooked. L’action va donc prendre place au sein d’une cuisine, tandis que des chefs vont s’afférer à essayer de combler les commandes de leurs clients. Évidemment, c’est loin d’être aussi facile que cela en a l’air.

overcooked-head

Overtop le Chef

Quand le monde est en prise avec une invasion extraterrestre et que le royaume Oignon est en danger, la seule chose qui reste à faire c’est de nourrir tout le monde. Oui, c’est bel et bien le scénario d’Overcooked et pas besoin de vous dire qu’il ne faut pas le prendre au sérieux. Ici, pas de lasers ou bestioles visqueuses, juste quelques monstres et clients affamés qu’il faudra satisfaire en remplissant leur vendre. C’est ce qu’on va faire tout le long de la campagne de 28 niveaux qui va s’ouvrir devant nous et autant le dire tout de suite, ce n’est pas une mince affaire.

Le concept est très simple dans la mesure où tout se déroule dans une cuisine. Les petits chefs vont voir défiler des commandes sur le haut de l’écran et pour les réaliser, il va falloir suivre une recette. Rien de bien compliqué, puisque cela se résume à combiner des ingrédients dans une marmite et ensuite de les servir dans une assiette qui va finir sur le passe-plat. C’est en tout cas l’idée, mais on va vite se rendre compte que la mise en pratique va être un peu plus compliquée. Avant de livrer le plat, encore faut-il passer par la phase de préparation.

Et c’est là que tout se complique, car il faut évidemment chercher les bons ingrédients dans les caisses appropriées, puis les préparer en conséquence. Pour la viande, il faut la griller et faire attention que celle-ci ne brûle pas. C’est la même chose pour la salade ou les tomates, qui devront d’abord passer sur la planche à découper. Sachant ensuite qu’on doit préparer plusieurs commandes en même temps et que chacune d’elle peut comporter des variantes. Certains clients voudront par exemple un hamburger uniquement avec de la viande, tandis que d’autres voudront qu’il soit bien garni. Et c’est là qu’on commence à comprendre que l’organisation dans notre cuisine est primordiale, sous peine de vite se retrouver submergé par la situation.

Les niveaux deviennent rapidement très tordus.

Les niveaux deviennent rapidement très tordus.

Tous à vos postes de travail !

Overcooked est jouable en solo en gérant deux chefs en alternance, mais la difficulté des niveaux progresse de manière assez drastique et il est donc fortement conseillé d’y jouer en coopération avec des amis. C’est ainsi qu’on pourra s’y lancer jusqu’à quatre joueurs et c’est là que le jeu prend tout son sens. Pas besoin de vous dire que les fous rires sont garantis, notamment si vous vous mettez en tête de jouer à quatre, mais seulement avec deux manettes. Chaque joueur aura un coté de la manette, ce qui préconise de se coordonner encore plus avec notre compagnon de route.

Tout est vraiment fait pour déranger notre organisation et il faudra impérativement satisfaire le plus de clients possible dans un temps imparti, sous peine de ne pas pouvoir passer au stage suivant. Notre score de fin est ainsi représenté par une note allant jusqu’à trois étoiles. Et si en avoir une seule suffit pour réussir, les amateurs de scoring pourront s’en donner à cœur joie pour essayer de réussir tous les niveaux à 100%. La récompense sera de débloquer de nouveaux personnages, mais cela sera seulement purement cosmétique puisque l’apparence de notre chef ne changera pas ses caractéristiques.

Vaut mieux savoir s'organiser, sous peine d'être dans la mouise

Vaut mieux savoir s’organiser, sous peine d’être dans la mouise

Go ! Au travail !

Même si Overcooked se présente à nous sous une direction artistique plutôt simpliste, cela colle parfaitement avec l’ambiance délurée qui s’en émane. Tout est vraiment fait pour qu’on passe un bon moment en famille ou avec des amis, sans se prendre la tête. Le gameplay va donc dans ce sens, avec un principe très facile à assimiler et dans lequel on pourra même embarquer des personnes qui n’ont pas forcément l’habitude de jouer au jeu vidéo. Le risque avec un tel concept aurait pu être de rapidement tomber dans une certaine redondance, mais heureusement les développeurs nous ont gratifié d’une bonne diversité au sein des niveaux.

Si l’action se déroule toujours dans un semblant de cuisine, il arrive fréquemment que l’environnement change un peu. Comme dans le tableau où la cuisine est séparé en deux et qu’il s’agit en réalité de deux camions qui passent leur temps à se croiser sur une route. Pendant ce temps, tout ce qu’il nous reste à faire c’est de passer d’une moitié à l’autre, en espérant avoir le temps de réaliser notre objectif. C’est un peu la même chose quand on se retrouve sur un bateau et que le tangage de ce dernier passe son temps à modifier la composition de la cuisine. Tout est vraiment fait pour nous mener la vie dure et c’est justement ce qui contribue à rendre le jeu si amusant.

Le seul défaut qu’on pourrait véritablement émettre envers Overcooked, c’est qu’on ressent rapidement un manque sur le nombre de modes disponibles. Après avoir terminé la campagne principale, ce qui nous offre tout de même quelques heures de plaisir, il ne reste qu’un simple mode de compétition dans lequel dans lequel il sera possible de faire des duels de chef, avec du 1 contre 1 ou du 2 contre 2. Ce mode reste amusant le temps de quelques parties, mais on en fait rapidement le tour et c’est bien dommage. L’absence d’un mode en ligne sera probablement aussi parmi le regret de certains joueurs, mais cela se comprend aisément par le fait que c’est en local que le jeu prend tout son sens.

 

En conclusion

Avec Overcooked, on retrouve tout ce qui fait un bon jeu à jouer avec des potes, pendant qu’une bonne pizza qui refroidie sur la table basse du salon. Un gameplay simple et facile à comprendre, ainsi qu’un objectif clair et qui ne demande pas de réfléchir pendant des heures pour arriver à savoir ce qu’on attend de nous. Il ne faut rien de plus et c’est justement ce que Team 17 a réussi à nous donner. Oui, on aurait aimé un peu plus de modes différents, mais la campagne se suffit en elle-même si l’on n’est pas trop regardant. Sachant qu’on peut aussi tenter de réussir tous les stages avec trois étoiles au compteur, ce qui risque de nous demander quelques heures supplémentaire et donc, de fou rire entre amis.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.