Test – Portal Knights : pas forcément mieux que les autres

Les clones et autres dérivés de MineCraft sont innombrables mais il faut admettre que peu d’entre eux ont vraiment réussi à se démarquer. Pour y arriver, des jeux comme Portal Knights ont fait le choix de sortir un peu du concept en essayant de proposant une expérience légèrement différente. Mais est-ce que cela sera vraiment suffisant pour convaincre les joueurs, c’est déjà beaucoup moins sûr.

On fait comme l’autre

Il est plus qu’évident que Portal Knights reprend énormément de mécaniques issus de MineCraft. Mais l’inspiration ne s’arrête pas là puisqu’il suffit de jeter un coup d’œil à l’interface pour se rendre à l’évidence qu’on reste dans quelque chose de très conventionnel. On apprendra en revanche bien vite que les apparences sont trompeuses car on comprend rapidement que le jeu va rapidement nous guider vers une approche bien plus tourné vers l’aventure, au détriment de la création. Et c’est quelque chose qu’on comprend dès le début du tutoriel. Même si l’on peut détruire un peu tout et n’importe quoi pour récupérer des matériaux et fabriquer de l’équipement, celui-ci va surtout servir durant des combats.

Il faut dire que même avant d’entrer dans le jeu en lui-même, en choisissant parmi une des trois classes de départ, il est évident que Portal Knights va surtout se déroule comme un jeu d’aventure. Il n’est pas question ici de s’installer durablement à un endroit, mais de visiter plusieurs mondes. L’univers est ainsi composé de 47 iles qu’il va falloir explorer afin d’y recréer les portails qui nous aideront à passer à chaque fois à la zone suivante. Évidemment, notre personnage évoluera en court de route, tout en remplissant certains objectifs en réalisant les quêtes des PNJ qu’on va rencontrer durant nos périples. C’est ainsi qu’on s’écarte de la voie habituel d’un jeu à la MineCraft, mais c’est aussi là que commence à émerger les problèmes.

Une direction artistique asses joli, mais très générique

Un peu d’aventure

Bien que l’aspect « aventure » soit au centre de Portal Knights, il ne faut en revanche pas s’attendre à une expérience très riche. Le coté RPG se limite à un choix de trois classes : le rodeur, le mage ou le guerrier. Et à cela se greffe un vague système d’artisanat qui se limite à ce qu’on puisse fabriquer quelques armes ou costumes pour notre classe, en plus d’une certaine variété d’utilitaires comme de la nourriture ou des potions. Rien de très extravagant et on sent que les développeurs ont voulu offrir un jeu très grand public. Ce qui en soi n’est pas une mauvaise chose, mais le tout est tellement classique que cela réduit grandement notre expérience. C’est déjà un peu plus amusant lorsqu’on joue à deux en écran partage, voire à quatre joueurs en ligne, mais on est quand même rapidement confronter à l’absence d’un vrai monde ouvert.

Le manque d’objectif à long terme se fait vite sentir et la seule chose qu’on aura finalement à faire, c’est de passer de zone en zone, en ramassant les ressources nécessaire à la construction du nouveau portail. Une répétitivité s’installe rapidement et on finit par avoir le sentiment de tourner inlassablement en rond. Et rien n’arrive à nous faire dévier de cette boucle infernale. Que ce soit l’évolution sommaire de notre personnage, les quêtes secondaires ou l’exploration, tout est répétitif au possible et mieux vaut y jouer par petite session pour ne pas s’ennuier trop rapidement. Et c’est vraiment dommage, car on sent vraiment que Portal Knights part d’une bonne volonté et que le jeu ne souffre pas d’un manque de finition.

 

En conclusion

Bien que partant d’une bonne idée et proposant un enrobage soigné, il est pourtant dommage de voir que Portal Knights est très générique. Les développeurs ont clairement fait le choix de proposer un jeu qui ne laisse que peu de liberté au joueur, surtout en matière de création, et de se tourner vers une aventure linéaire. Il en résulte un titre qui se retrouve coincé entre deux chaises, sans réussir à se décider pour un coté ou l’autre. En l’état, c’est un jeu honorable et sur lequel on peut passer un bon moment en compagnie de quelques amis, sans pour autant qu’il soit vraiment inoubliable.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *