[Test] Rock of Ages – Xbox 360

 

Editeur : Atlus
Développeur : Ace Team
Multijoueurs : 2 joueurs en local ou en ligne
Disponible pour 800 points sur le Xbox Live Arcade

 

Parfois, il y a des productions qui sortent d’un peu nulle part ou bien qu’on n’attendait pas vraiment au tournant. Alors quand on nous parle d’un jeu où il va falloir incarner un rocher, autant dire qu’on reste plutôt dubitatif devant un tel concept. Mais après tout, pourquoi pas ?

 

 

Ça roule ma poule

Pour une fois, avec un titre comme Rock of Ages, il est difficile de se tromper car la couleur est tout de suite annoncée. C’est bien à travers les âges qu’on va devoir faire rouler notre grosse pierre, dans l’unique but d’aplatir nos adversaires. Et pas des moindre, c’est des personnalités comme Napoléon, Marie-Antoinette ou Léonard de Vinci qu’on va rencontrer tout au long de notre périple. Mais avant toute chose il faut encore pouvoir les atteindre, car les fourbes se cachent dans leur forteresse, derrière de grandes portes bien solides.

C’est là qu’entre en scène notre précieux compagnon, une pierre qui se fera un plaisir de dévaler les collines, pour aller heurter de plein fouet la porte d’entrée de nos ennemis. Bien entendu, eux ne resteront pas sans rien faire et ils parsèmeront notre chemin de diverses embûches, comme des tours, des catapultes, ou encore des engins volants, voir des explosifs. Autant d’obstacles qu’il nous faudra éviter ou balayer de notre chemin pour arriver à notre but.

La destruction est même plutôt préconiser si on souhaite gagner un peu d’argent, car de notre coté il faut également qu’on protège notre demeure. Nos concurrents utilisant la même technique d’intimidation pour nous attaquer, la précaution est de mise. Nos ressources sont limitées et il va falloir faire des choix pour optimiser au mieux notre défense. Surtout que la vingtaine de niveaux dont le jeu est composé, présentent tous un tracé très différents, avec parfois plusieurs chemins ou des raccourcies.

 

Pas toujours Rock’n Roll

Mais malgré tous les compliments qu’on pourra lui faire, Rock of Ages ne manque pourtant pas de défauts. Si on peut excuser l’IA qui est parfois un peu à coté de la plaque, car il suffit de perturber un peu son chemin pour qu’elle fasse n’importe quoi. Comme tenté de prendre des raccourcies, alors qu’elle n’a clairement plus l’élan nécessaire pour passer au dessus d’un précipice. C’est surtout sur son aspect stratégique qu’on pourra lui faire quelques reproches.

L’intérêt principal du jeu est la gestion des éléments de défense, en profitant des caractéristiques du terrain, afin de bloquer l’adversaire durant quelques instants. Cela pour gagner un peu de temps. Du moins c’est l’idée, car dans les faits il est très facile de contourner la plupart de ces pièges en sautant au dessus, voir en passant tout simplement à coté. Certains se révèlent donc assez vite comme relativement inutile, et on se retrouve rapidement à utiliser tout le temps les mêmes. Comme les bœufs ou les mammouths, qui sont diablement efficaces dans la plupart des situations. Cela plombe fortement le mode multijoueur, qui devient vite monotone car les deux joueurs utilisent tout le temps la même stratégie.

C’est un peu dommage, car hormis la durée de vite un peu courte, le reste se montre plutôt plaisant. Surtout avec l’humour des cinématiques qui n’hésitent pas à parodier ou induire quelques clins d’œil tout droits issus des jeux vidéo ou du cinéma. Un mode ski plutôt anecdotique où l’on doit détruire des cibles et un mode contre-la-mode assez pointilleux sont aussi disponibles, histoire de donner un peu de challenge à un principe qui en manque cruellement.

 

En résumé

Sans pour autant faire partie des incontournables du Xbox Live Arcade, Rock of Ages n’en reste pas moins très sympathique. Avec son gameplay sans prise de tête, ce jeu peut convenir à tous les joueurs qui ne sont pas trop exigeant et qui ont envie de passer un bon moment en s’amusant. Surtout que pour 800 points, on peut dire que l’investissement est loin d’être énorme.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.