Test – Senran Kaguran Peach Beach Splash : Des coquines en maillot de bain

Il y a clairement des séries qu’il ne faut pas prendre trop au sérieux et Senran Kagura est forcément une d’entre elles. Pouvoir incarner des demoiselles légèrement dévêtues et la marque de fabrique de la licence, en plus d’être un Beat’em All assez amusant. Avec Senran Peach Beach Splash, Marvelous décide de dériver un peu du concept habituel de la série, avec un jeu de tir qui va presque lorgner du coté d’un certain jeu de Nintendo.

C’est un peu coquin comme jeu

Il suffit de jeter un simple coup d’œil aux images du jeu pour saisir que Senran Kagura : Peach Beach Splash est un jeu qu’on ne doit absolument pas prendre au sérieux. Et encore moins avec son scénario sorti d’un peu nul part, avec ses quatre écoles d’art martial qui s’affrontent dans un tournoi ancestral, à coup de pistolet à eau. Cela ressemble fortement à une histoire très sérieuse n’est ce pas ? Bon, vous aurez donc compris qu’il est inutile de chercher une histoire cohérence à ce jeu. C’est un bon gros délire de la part des développeurs qui ont juste eu envie de réutiliser l’univers de Senran Kagura, pour en faire un spin-off. De là à dire qu’il s’agit juste d’une opportunité pour surfer sur le succès de Splatoon, ce serait facile de le penser.

Au moins cela aura l’intérêt de ne pas se prendre au sérieux et cela fait parfois du bien de jouer à ce type de jeu. Il ne faudra par contre pas être réfractaire aux demoiselles courtement habillées et aux généreuses poitrines qui rebondissent au moindre coup de vent. On n’est pas non plus dans un jeu pornographique, mais il faut bien admettre que l’esprit tendancieux de la série est largement conservé. Les poses aguicheuses sont nombreuses et les jeunes filles n’hésitent pas un seul instant à avoir des expressions faciales assez provocatrices. On aime ou pas, la critique peut être justifiée, mais au moins on sait d’avance ce qui nous attend quand on achète un jeu de cette série.

Les filles de Senran Kagura sont vraiment bien équipés

Sort ton gros canon

Vous avez probablement déjà compris le concept du jeu : des filles en maillot de bain sont dans une arène et elles se tirent dessus avec des pistolets à eau. Le solo propose ainsi quatre scénarios (une pour chaque faction), dans lesquelles on retrouve plusieurs petits scénarios et qui demanderont toujours d’éliminer les opposants. Il y a seulement le nombre de personnages dans les équipes qui peut varier selon la mission. Et c’est là qu’on découvre aussi que les affrontements n’ont rien de bien original. Il suffit de courir après nos adversaires et de leur tirer dessus, en espérant ne pas trop se faire avoir à notre tour. La seule chose un tant soit peu technique, c’est qu’il faudra maintenir enfoncer le bouton pour recharger notre arme. Pour le reste, il ne faut donc pas s’attendre à devoir faire preuve d’une grande dextérité pour jouer à ce Senran Kagura : Peach Beach Splash.

Il faut dire que la difficulté du jeu est également équivalente à son enrobage. Il faudra quasiment aller sur le dernier palier de difficulté pour avoir l’impression de rencontrer un peu de résistance de la part de nos ennemis. Il faut dire que l’intelligence artificielle est très aléatoire et qu’on peut facilement les entourlouper, voire carrément tirer dans le tas sans trop prendre de risque. Et ce n’est pas mieux du coté de nos alliés qui passent leur temps à se faire dégommer pour trois fois rien, ce qui nous oblige souvent à courir après eux pour les réanimer. Mais même si l’architecture des niveaux n’a rien d’exceptionnelle, il faut au moins pointer du doigt l’efficacité de son gameplay. Car même si une certaine répétitivité peut s’installer après quelques parties, il est bon de dire que l’action, bien que simpliste, y est nerveux et parfois même jouissif.

Le système de cartes amène pas mal de nouvelles stratégies

Classique mais résolument fun

Même s’il n’est pas rare de se promener dans les couloirs d’un niveau pour trouver quelqu’un, le jeu propose tout de même des déplacements très rapides. En témoigne l’utilisation du jetpack qui permet de traverser des grands espaces en très peu de temps. Il faut dire que c’est un peu le même constat avec l’utilisation des armes. Bien qu’on y trouve l’habituel arsenal de pistolet en tout genre, il faudra bien choisir celle qu’on préfère, puisque cela peut radicalement changer notre façon d’aborder la partie. Selon la porté de l’arme ou sa cadence, une situation peu être changé du tout au tout. À cela se rajoute une semi-visée automatique (qui est désactivable) et on comprend aisément que tout été fait pour nous proposer un jeu facile d’accès, dans lequel on peut immédiatement se plonger et prendre du plaisir. La prise en mains est immédiate et pas besoin d’avoir une grande expérience dans les jeux de tirs ou compétitif pour y jouer.

En revanche là où Peach Beach Splash offre un peu plus de technicité c’est que le jeu nous propose un système de cartes assez intéressant. Il sera possible de créer à l’avance un deck de cartes dont trois d’entre elles seront assigné à une touche de la croix de direction, pouvant ainsi être utilisé durant la partie. Chaque carte aura un temps de rechargement après son utilisation, mais elle pourra ensuite être réutilisée. Leur effet va du simple bonus d’attaque ou d’un bouclier, jusqu’à pouvoir geler nos ennemis ou alors invoquer un compagnon qui va tirer à nos cotés durant un court laps de temps. Ces bonus montrent rapidement leur efficacité et il sera possible de gagner des cartes de plus en plus puissantes en ouvrant des paquets de booster à la fin d’une partie. Leur rareté dépendra évidemment du niveau de difficulté ou encore du fait si l’on remporte un tournoi par exemple. Et si malgré la présence de plus de huit cent cartes différentes vous tombé sur des doublons, ce n’est pas grave car elles seront transformé en points qui permettront d’augmenter la puissance des armes et des personnages.

Cela mouille de partout

Une belle partouze sous le soleil

Sans que cela soit vraiment étonnant Senran Kagura : Peach Beach Splash se constitue également d’un mode multijoueur. Contre tout étonnement, celui-ci ne représente pas une partie importante du jeu. Il faut d’ailleurs passer le plus clair de notre temps dans la mode solo afin de gagner des cartes et améliorer suffisamment nos personnages, sous peine de se retrouver face à des joueurs qui ont déjà écumé le jeu durant des dizaines d’heures. Le résultat c’est donc d’avoir en face de nous des opposants qui sont d’un très haut niveau et contre lesquels on aura bien du mal à s’en sortir. On pourra toujours se rabattre sur le mode survie, qui se trouve être de la coopération contre des vagues d’ennemis, mais même là il vaut mieux y jouer avec des joueurs expérimenté car la difficulté est assez corsé durant les dernières vagues.

Le cœur du multi est assez limité dans le sens où le mode d’affrontement est choisi aléatoirement, nous proposant seulement de la domination ou du match par équipe. Dans les grandes lignes cela fonctionne bien, mais à l’heure de notre test même il faut bien avouer que la stabilité des serveurs n’était pas à son meilleure. Il arrivait fréquemment de se faire éjecter d’un serveur en pleine partie, ce qui est toujours frustrant. Probablement que cela sera vite corrigé, mais cela n’en reste pas moins désagréable, surtout que le jeu pouvait parfois prendre du temps avant de trouver des joueurs. Mais dans les moments où cela fonctionnait, on doit reconnaître que c’était plutôt amusant, en tout cas bien plus que de se battre contre des IA, puisque ces derniers sont un peu à coté de la plaque par moment.

 

En conclusion

Bien que comportant quelques défauts mineurs, comme un scénario sans grand intérêt, Senran Kagura Peach Beach Splash n’en reste pas moins un jeu très amusant, notamment grâce à une maniabilité facile d’accès. Il faut certes avoir l’esprit un peu déviant pour apprécier l’humour très coquin du jeu, mais c’est justement tout ce qui fait le charme de la série. Autant dire qu’il faut également apprécier le fan-service à outrance, mais il faut bien avouer qu’on en savoure chaque aspect. Un TPS qui ne se prend pas du tout la tête et qui en plus nous procure de bonnes sensations une fois la manette en mains, il n’y a pas rien à en attendre de plus et c’est déjà bien suffisant.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *