Test – Splatoon 2 : les calmars sont de retours

Vous pouvez vous procurer Splatoon 2 en suivant ce lien, ainsi qu’en allant directement sur le site de notre partenaire Micromania.

Quand ce n’est pas Mario, c’est du Zelda. C’est une remarque qu’on a pu entendre durant de longues années. Et pourtant c’est en 2015 que Nintendo s’est éloigné de cette semi-vérité, en sortant le très étonnant Splatoon. Après avoir vendu plus de 4.7 millions de jeux, c’est donc au tour de la console hybride de la firme d’accueillir un nouvel épisode. Mais Splatoon 2 est t’il une simple version 1.5 ou alors, cette nouvelle itération propose assez de contenu pour satisfaire nos exigences ? C’est ce qu’on va voir tout de suite.

Comme dans nos habitudes

Il ne faut clairement pas se le cacher, Splatoon 2 ne réinvente par la roue depuis son premier opus sur Wii U, même si à la base cela part d’un concept qui existe depuis des années. Une guerre de territoire dans laquelle deux équipes s’affrontent pour prendre possession du terrain. C’est du déjà-vu diront certains, mais là où Nintendo à fait fort c’est qu’ils ont réussi à simplifier le concept tout en y apportant une bonne dose d’humour et de fun. Splatoon 2 ne fera pas d’exceptions face à son prédécesseur. Il est toujours question de deux équipes de quatre joueurs, qui doivent recouvrir le sol de peinture, tout en se débarrassant au passage de quelques adversaires.

Mais où est l’innovation dans tout ça ? Et bien si vous vous attendez à l’ajout de grosses nouveautés, autant vous le dire tout de suite : il n’y en a pas. Splatoon 2 est strictement semblable à son prédécesseur. Que cela soit sur le fond ou sur la forme, puisque Splatoon 2 est esthétiquement très semblable à son homologue sur Wii U. Il ne faut donc pas s’attendre à une grosse rehausse graphique sur son passage sur Switch. La différence va surtout se jouer sur le contenu. La maniabilité à légèrement été affiné, mais globalement cela reste les mêmes sensations. Si vous avez écumé durant des centaines d’heures le premier Splatoon, il faut vous dire que vous allez forcément retrouver vos marques assez rapidement. Et contrairement à ce qu’on pourra s’imaginer, c’est loin d’être défaut. D’une certaine façon c’est même une qualité, puisqu’en se reposant sur les bases très solides du premier jeu, Nintendo à pu se concentrer sur le contenu ainsi que sur des nouveaux modes.

Cela peut rapidement devenir un joyeux basard

Dans l’antre du solo

Même si Splatoon 2 est un jeu résolument tourné vers le multijoueur (on y reviendra), il faut tout de même vous lâcher quelques lignes sur le mode solo. De ce coté là il ne faut pas non plus s’attendre à de grands changements. Il s’agit toujours d’une campagne légèrement scénarisée dans laquelle il faudra traverser cinq mondes, dans lesquels il faudra trouver les entrées des niveaux en mettant de la peinture sur des bouches d’aération. Mais qu’on ne s’y trompe pas, car ce mode reste tout de même très intéressant. Les débutants pourront facilement s’y faire la main et découvrir toutes les subtilités du gameplay de Splatoon. Une bonne façon de prendre les bonnes habitudes dans le maniement du personnage, mais aussi de souffler entre deux parties en ligne.

Les niveaux sont d’ailleurs bien plus grands et surtout plus dynamiques que ce qu’on avait pu avoir sur Wii U. On y retrouve des mécaniques déjà mis en place dans le premier volet, mais de nouvelles font leur apparition. On aura tout de même un petit regret sur les Boss, qui nous propose des affrontements beaucoup plus facile et donc, bien moins intéressant. Même s’il suffira d’une poignée d’heures pour venir à bout du mode solo, ce sera déjà un peu plus long si l’on souhaite collecter tous les objets. Avec un parchemin par niveau et un sardinarium à trouver et à ramasser, il y a de quoi faire. Surtout qu’ils sont parfois bien cachés. Le premier servira à découvrir le semblant d’histoire qui entoure le mode, tandis que le deuxième permettra d’améliorer notre équipement pour le solo. Et pour les plus acharnés, il sera possible de refaire chaque niveau en utilisant toutes les armes à notre disposition, dans le but de satisfaire les exigences de notre ami Cartouche, l’armurier du coin.

Il faut repeindre tout ce qui bouge, ou pas !

Le bon vieux temps

Splatoon 2 c’est aussi et surtout du multi en ligne et c’est là-dedans que le jeu se montre sous son meilleur jour. On vous parlait plus haut du mode Guerre de Territoire et qui reste le mode principal du jeu, en tout cas si vous jouez en mode non classé. À partir du moment qu’on atteint le niveau 10 il sera possible de se lancer dans la section Pro, nous donnant ainsi accès à trois autres modes. C’est ainsi qu’on pourra s’adonner à « L’expédition risquée » où il faudra surveiller une zone qui se déplace, tandis que dans la « Défense de zone » il faudra comme son nom l’indique, prendre le contrôle de plusieurs zones définis dans l’arène et ainsi marquer des points. Et dans « Mission Bazookarpe » il faut amener une arme dans le camp adverse, tout en essayant de survivre au passage.

Bien évidemment le jeu intègre une nouvelle panoplie d’armes, en plus des anciennes qui ont déjà prouvé leur efficacité. Il y a par exemple le double pistolet qui permet cette fois une petite roulade sur le coté. Une esquive salutaire mais qui chamboule légèrement nos habitudes. Il sera toujours question de se déplacer rapidement dans notre propre peinture et ainsi de remplir notre peinture, mais certaines armes ont la fâcheuse tendance à vider très vite notre réservoir. Un peu comme le pot de peinture qui nous permet de peinturer une zone très large, à défaut d’être très rapide comme arme. Selon notre monté de niveau on pourra ainsi utiliser des armes de plus en plus varié et aux fonctionnements très différents. Ainsi, en fonction de notre équipement, notre façon de jouer peut être totalement chamboulée et cela ira impacter notre rôle au sein du groupe.

Bien plus qu’un simple jeu où l’on fonce dans le tas, il est nécessaire de jouer en équipe et de pouvoir compter sur ses coéquipiers. Il est tout à fait possible de jouer avec des inconnus et de profiter entièrement de ce que nous propose le jeu, mais à partir du moment qu’on essaye de s’investir un peu plus dans la compétition, on comprend vite qu’il est nécessaire de s’approprier des tactiques de groupe. Du moins dans le fait, mais Nintendo n’ayant toujours pas inclus de fonctionnalité vocale directement dans son jeu, c’est déjà beaucoup plus compliqué pour se coordonner. On n’est donc pas dans un jeu où il faut accumuler les frags, mais il sera néanmoins nécessaire d’optimiser notre conquête du terrain. Et c’est d’autant plus vrai que les nouvelles cartes jouent beaucoup sur la verticalité et sur les petites impasses, ce qui favorise encore plus le jeu en équipe. Il faut apprendre à protéger ses partenaires ou alors de compter sur leur protection, et cela selon l’arme qu’on est amené à utiliser.

Les nouvelles capacités peuvent être amusantes à utiliser

Trop d’attente au compteur

Malheureusement tout n’est pas rose au tableau. S’il est facile de succomber aux délires de Splatoon 2 et à son ambiance coloré, c’est un peu moins le cas quand il s’agit de jouer avec notre patience. Comme c’était le cas sur Wii U, la recherche d’équipier avant de se lancer dans une partie peut parfois être très longue, avec  un retour fréquent au hall car la recherche aura été infructueuse. Ce deuxième volet n’y fait pas exception et on aurait pu mettre ce souci sur le fait que le nombre de joueur n’était pas encore très important au moment de notre phase de test, mais c’est un problème qu’on a également pu rencontrer durant les phases du Splatfest. En contrepartie, pour balancer un peu les choses, il faut reconnaître que le matchmaking est toujours aussi efficace pour trouver des joueurs de notre niveau. Ainsi il n’y a pas la crainte de jouer face à des joueurs trop expérimenté et qui ont donc accès à un équipement bien plus haut que le notre.

Et c’est là qu’apparait un autre point sensible, c’est que malgré les apparences Splatoon 2 est un jeu rodé pour la compétition. Il est tout à fait possible d’y jouer occasionnellement dans l’unique but de s’amuser de temps en temps. Mais pour en tirer toute la substance, il est nécessaire d’y passer énormément de temps. Rien que pour débloquer un bon équipement il sera nécessaire d’y passer de nombreuse heures, afin d’atteindre un niveau honorable. Cela se caractérise aussi par des pièces d’équipement qui au fil de notre avancé gagnent des emplacements pour avoir des nouvelles compétences. On débute avec des vêtements qui peuvent avoir deux capacités, mais cela pourra monter jusqu’à quatre. Sauf que ces emplacements se débloquent seulement après avoir engrangé suffisamment d’expérience sur cette pièce d’équipement. On passe donc notre temps à devoir prendre de l’expérience pour renouveler notre arsenal. Ce qui peut rapidement devenir rébarbatif.

Le Salmon Run est fun, quand c’est accessible

Et un peu plus pour la route

Et pour terminer, il ne faut pas oublier de faire mention de la présence d’un nouveau mode en ligne, avec le Salmon Run. Jouable jusqu’à 4 en coopération, ce mode pourrait être comparé à un mode Horde dans lequel des joueurs doivent se battre dans une arène contre des bestioles infectées, qui prennent ici la forme de poisson. L’objectif est de ramasser des œufs dorés sur les Boss et de les ramener dans un panier. Le tout se déroule en plusieurs vagues et on obtient à la façon une évaluation, qui peut descendre si l’on perd la partie. Cela donne accès ensuite à divers bonus ainsi qu’à de l’équipement si notre performance est à la hauteur. Ce mode est amusant sur le papier et même dans la pratique, mais seulement sur une courte durée. On en fait assez vite le tour et de toute manière il n’est pas possible d’y accéder quand on le souhaite, car comme pour la rotation de stages durant les parties en lignes, Nintendo à fait le choix de rendre le Salmon Run seulement accessible durant certaines périodes.

 

En conclusion

La sortie de Splatoon 2 sur Switch est une valeur sure, c’est indéniable. Même si l’on évite de peu la version 1.5, voire Deluxe si on se calque sur les récentes sortie de Nintendo, il va sans dire que ce deuxième opus s’en sort grâce à un gameplay qui a fait ses preuves, ainsi que par un contenu encore plus étoffé. Et pour couronner le tout, on peut s’attendre à une pléthore de mise à jour gratuite qui ne fera que renforcer tout ça. Il reste toutefois quelques ombres au tableau, comme le grinding forcé et l’attente interminable pour trouver des joueurs en lignes, mais ce sont juste des petits bémols face à toutes les qualités qui accompagne ce Splatoon 2.

Vous pouvez vous procurer Splatoon 2 en suivant ce lien, ainsi qu’en allant directement sur le site de notre partenaire Micromania.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.