Test – Stealth Inc. 2 : A Game of Clones

Après avoir fait son numéro sur PC, puis une entrée remarquée sur les plates-formes de téléchargement sur la plupart des consoles de salon, Stealth Inc fait son grand retour sur Wii U. Avec Stealth Inc. 2 : A Game of Clones, la machine de Nintendo se targue d’un jeu de réflexion qui devrait ravir tous les adorateurs du genre. Et même les autres, soyons fou.

stealth-inc2
Les frivolités de la mort

Comme c’est bien trop souvent le cas, Stealth Inc. 2 ne peut pas vraiment se vanter d’avoir un scénario qui va vous retourner le cerveau. En faite ce sera plutôt le cas sur les énigmes que vous allez rencontrer, car sur le plan de l’histoire il faudra se contenter d’une vague histoire d’usine de clones, dans lequel on dirigera un petit personnage qui semble être légèrement différent des autres. Sa seule envie sera de s’enfuir de cet endroit et de voler de ses propres ailes. C’est en tout cas l’idée, mais pour y parvenir il faudra faire face à une multitude de pièges en tout genre. La narration se fera presque exclusivement au travers des textes qui apparaitront de temps à autre à l’écran, avec un interlocuteur qui viendra fréquemment nous faire la causette. Une forme de mise en scène plutôt bienvenue et qui aura au moins le mérite de donner un semblant de ligne directrice au jeu, en plus d’y apporter une certaine cohérence scénaristique.

Pour de la plate-forme et réflexion, le gameplay de Stealth Inc. 2 : A Game of Clones se montre assez classique, même si l’on peut y déceler un soupçon de Metroidvania. En faite, le jeu se prend même le luxe d’être parfois de la vieille école, puisqu’on meurt très souvent. L’exploration de notre lieu de naissance, une sorte d’usine, se fera par de grosses gouttes de sueurs mais surtout de sang. On passe très souvent l’arme à gauche et il faudra parfois faire preuve de patience pour arriver à trouver une solution à notre problème. Heureusement, les réflexions potaches et bourré d’humour noir de notre hôte ne manque jamais de nous arracher un sourire. Au point de laissé toute notre frustration de coté. D’un autre coté, les points de contrôle sont la plupart du temps assez bien placés et nous évite de devoir se retaper des pans entier du niveau.

8 6

Une pointe d’originalité n’aurait fait de mal à personne

Si quelques passages peuvent s’apparenter à de l’infiltration, la majorité du gameplay résidera dans la résolution d’énigmes. Si les déplacements de notre personnage sont assez basiques, on met néanmoins assez vite la main sur divers gadgets qui nous aideront dans notre fuite. Malheureusement, si les développeurs veulent nous vendre leur jeu comme un Metroidvania, dans les faits c’est un peu moins le cas. L’architecture des pièces qu’on va traverser n’est pas vraiment à remettre en cause. La difficulté prend vite de l’ampleur et il faudra parfois se remuer les méninges pour arriver à notre objectif. C’est plutôt la construction de notre progression qui est un peu fâcheuse. Car si l’on nous fait miroiter la possibilité d’explorer à loisir un vaste monde, une fois qu’on aura les gadgets adéquats pour libérer le passage. C’est un peu moins le cas en vérité, car notre aventure se montre finalement assez linéaire et les retours en arrière, serviront surtout à la collecte de bonus de personnalisation.

Là où on n’attendait vraiment pas Stealth Inc. 2 par contre, c’est sur la gestion de la coopération qui utilise de manière assez ingénieuse le GamePad. Un peu à la manière d’un Rayman Legends, le deuxième joueur pourra entrer dans la partie pour apporter une aide tactile au personnage principal. Concrètement, un ami pourra se servir de l’écran du GamePad pour vous donner des renseignements sur votre environnement. Il pourra directement écrire sur votre écran de télévision, comme pour indiquer un objet à utiliser. Voire il lui sera possible de distraire l’attention des caméras afin de vous faciliter les phases d’infiltrer, pour rester un peu plus discret. Les fonctionnalités du GamePad ont rarement été aussi bien mis en avant, même l’affichage banal et habituel de la carte, permet ici de visionner le niveau plus en détails. Une idée, certes optionnelle, mais qui fait plaisir à voir, là où d’autres développeurs ne font pas toujours l’effort d’inclure le GamePad au cœur du gameplay.

4 7

Une imagination tactile

Du coté des fonctionnalités en ligne, on peut se pencher un instant sur l’éditeur de niveaux, qui comme son nom l’indique vous permettra de créer et ensuite de partager des niveaux avec d’autres joueurs. Un ajout plutôt intéressant, même si l’on peut déplorer que la communauté ne soit pas très active. On y trouve bien entendu un lot de tableaux qui risque de vous retourner le cerveau, mais c’est loin d’être la panacée et il faudra sacrément faire le trie dans les créations, pour y trouver quelque chose. Malheureusement, l’autre problème qu’on pourra y déceler, c’est que l’éditeur demande une bonne prise en main avant de pouvoir réaliser quelque chose de correct. L’interface est loin d’être très claire et on se battra régulièrement avec l’ergonomie des outils, surtout que leur utilisation est loin d’être clairement expliqué. Il faudra tâtonner un peu pour comprendre son fonctionnement et ce temps d’apprentissage risque de rebuter une bonne partie des utilisateurs.

 

En conclusion

Stealth Inc. 2 : A Game of Clones est typiquement le genre de jeu qui ne réinvente pas la roue et qui de toute façon, ne prétend pas le faire. Bien que très classique dans son approche du genre, il est tout de même difficile de lui reprocher quelque chose. Avec des énigmes vraiment sympathiques et bien pensées, c’est un plaisir que de parcourir les méandres du jeu. On aurait tout de même aimé que la communauté en ligne soit un peu plus active, mais heureusement le contenu solo se suffit amplement à lui-même. Stealth Inc. 2 est un chouette petit jeu de réflexion et c’est tout ce qu’on attendait de lui finalement.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.