Test – Super Mario 3D World

Qu’ils soient façonnés en 3D ou de manière plus traditionnelle en 2D, les jeux issus de la série de Mario ont toujours suscité un engouement passionné de la part des joueurs. Il faut pourtant admettre que les derniers épisodes n’avaient pas vraiment réussi à nous époustoufler. Une direction toute tracée que semblait également prendre Super Mario 3D World, en tout cas au vue des premières bandes-annonces qui ont pu tombés sous nos yeux. Mais force est de reconnaître que quelques semaines avant sa sortie, le jeu a réussi à renouveler notre intérêt, avec des idées et concepts qui semblaient beaucoup plus prometteur.

supermario3d-header

Une saga épineuse

La machine à rêves qu’était Nintendo, semblait s’être enrayée depuis quelques productions, notamment sur la saga du plombier bedonnant. Sans forcément produire de mauvais jeux, mais plutôt des titres qui s’endormaient sur des idées un peu trop recyclés. Un destin qu’on pensait que Super Mario 3D World allait suivre sans vergogne, puisque les premières images qui sont venues à nous n’avaient rien d’encourageant. Un fait qui tombe rapidement dans la solitude, dès le lancement du jeu et la découverte du monde qui s’ouvre devant nous. A la fois familier mais proposant une note légèrement différente, on se prend vite et facilement dans l’espoir que peut-être cette fois c’est la bonne. Cet épisode pourrait être ce qui manquait à la série, sans parler que la Wii U aurait largement besoin d’un titre porteur dans sa ludothèque. On ne se fera pas l’avocat du diable en sortant notre boule de cristal, mais il y a fort à parier que Super Mario 3D World restera un jeu marquant de la console de Nintendo.

Le petit détail qui a pu piquer notre attention dès le départ, c’est le retour du quatuor légendaire que représente la bande intime de notre plombier rouge. Avec Mario l’éternel personnage équilibré, le Luigi qui saute plus haut que son ombre, la Princesse Peach qui aime dévoiler sa fine dentelle en planant avec l’aide de sa robe, ainsi que le Toad qui détale plus vite qu’un lapin, autant dire que le choix de notre avatar aura de quoi rappeler de bons souvenirs. Leur retour signera des parties endiablées en multi, mais surtout l’exploitation de diverses compétences de base qui trouveront avec ingéniosité leur place dans le jeu. Selon la situation rencontrée, certaines seront forcément plus avantagé que d’autres, mais heureusement il reste l’opportunité de changer de héros avant d’entrer dans un niveau. Voire de s’en attribuer un aléatoirement, par la simple pression d’un bouton, au cas où cela vous prendrait de faire des folies.

super-mario-3d-world-wii-u-wiiu-1370980802-007 super-mario-3d-world-wii-u-wiiu-1370980802-010

Découvre ton monde

Un autre souvenir qui provient de la longue saga de Mario et qui a fait son apparition par-ci par là au fil des épisodes, c’est bien évidemment la carte. Si celle-ci s’est plus ou moins toujours cantonné à être un havre pour les déplacements entre les niveaux, elle prend ici une autre ampleur, car on est relativement libre de se déplacer où bon nous semble. Rien d’extravagant, mais cela permet d’avoir une petite liberté fictive. Même si la progression dans les mondes est toujours aussi linéaire, avec de temps à autre un embranchement dans le choix des niveaux, on peut ainsi gambader à notre aise et chercher quelques secrets faussement dissimulés. Les habituelles maisons de Toad sont toujours présentes, ainsi que les monstres nous bloquant parfois le chemin. La nouveauté réside dans des niveaux de puzzle jouable au GamePad, dans lesquels on dirige un Toad explorateur, qui bien entendu ne peut pas sauter.  Sans être foncièrement compliqué, cela permet un peu de renouvellement même si Super Mario 3D World n’en avait vraiment pas besoin.

En effet, car s’il y a bien une chose qu’il faut laisser à Super Mario 3D Word c’est de proposer un level design à couper le souffle. Si la série s’était plus ou moins enlisée ces dernières années, c’était presque pour nous donner l’impression que ses concepteurs attendaient délibérément cet épisode pour complètement se lâcher. Chaque niveau regorge d’idées foisonnantes et parfois très subtiles. Au point que cela s’enchaine jusqu’à ce qu’on puisse poser la main sur le drapeau de fin. On retrouve bien-sûr quelques concepts repris dans des versions antérieures de la série de Mario, mais au-delà de ça on arrive tout de même encore à être étonné par toute l’inventivité qui a pu être mise dans Super Mario 3D World. Entre les plates-formes mouvantes ou invisibles, les petits blocs de vies à trouver, voire même des tuyaux dissimulés qui nous amènent dans des arènes remplis d’or, il y a vraiment de quoi faire. Surtout que d’un niveau à l’autre, le thème peut complètement changer, au point de vite être désorienté. La plupart des stages sont construits tout en vertical pour favoriser l’exploration, mais on peut très bien parfois tomber dans un niveau complètement dans la pénombre, avec des jeux de lumière et de perspective. Voire dans une vieille demeure japonaise et jouer une sorte de phase d’infiltration, avec l’aide d’un costume de Goomba. On pourrait presque dire que l’émerveillement qu’on ressent dans ce jeu, n’a pas de limites.

super-mario-3d-world-wii-u-wiiu-1370980802-011 super-mario-3d-world-wii-u-wiiu-1380699503-016

Classique, mais pas trop

Super Mario 3D World est ce qu’on pourrait appeler un condensé de toutes les bonnes idées de la série, tout en apportant des nouvelles qui font vraiment la différence. Mais qu’on se rassure, car derrière tout ça on ne sera pas vraiment dépaysé. Outre l’histoire habituelle et sans intérêt de Bowser qui fait à nouveau des siennes, cela sera surtout le prétexte pour partir dans une collecte d’étoiles vertes. Au chiffre classique de trois par niveau, il sera parfois nécessaire d’en réunir un certain nombre pour pouvoir débloquer le chemin et continuer l’aventure. Une situation qui risque d’arriver assez rarement, si vous prenez un peu de temps pour en chercher quelques-unes sur votre route. Bien que la cachette des étoiles est parfois assez évidentes, d’autres en revanche risquent de vous mettre un peu plus en déroute. La faute à des niveaux qui sont bien plus grands et truffés de petits recoins de tous les cotés. Surtout que des passages pourront seulement être empruntés sous une condition bien précise. Comme les plates-formes mouvantes qui demandent à ce que plusieurs personnages se positionnent dessus.

Heureusement dans ce cas de figure il reste une aide de taille, avec ce qui reste la marque de fabrique d’un bon jeu Mario : les transformations. La Fleur de Feu, le Tanuki ou le champi géant font leur grand retour, mais on retrouve aussi le costume de chat qui à une place prépondérante dans Super Mario 3D World. En plus d’être mignon à souhait, cela permet aussi de donner des coups de griffe ou une attaque en piquée, mais surtout de pouvoir monter sur les murs. Une capacité très intéressante et qui aide à prendre de la hauteur dans la plupart des niveaux. L’exploration prend alors une toute autre ampleur. En dehors de ça on y trouve des objets un peu plus utilitaires, avec les blocs à pièces ou boulet de canons, mais ce qui reste le plus amusant c’est le pouvoir de clonage en ramassant une cerise. Ce bonus permet de créer un double de nous même, pouvant ainsi diriger plusieurs personnages en même temps et qui font strictement la même chose. Selon le costume qu’on port à ce moment là, on vous laisse bien évidemment imaginer tout le désordre que cela peut causer.

super-mario-3d-world-wii-u-wiiu-1380699503-016 super-mario-3d-world-wii-u-wiiu-1380699503-018

Du tactile sociale

Comme toutes nos péripéties se déroulent sur Wii U, il fallait bien que les capacités de la console soient mises en perspectives. En plus de l’utilisation du Miiverse pour laisser des commentaires sur les mondes ou niveau, voire pour créer des dessins avec l’aide des tampons qu’on trouve cachés dans les niveaux. C’est surtout le GamePad qui va nous intéresser plus amplement. Si le gameplay asymétrique est aux abonnés absent, on peut tout de même se rabattre sur quelques fonctionnalités tactiles ou utilisant le micro de la manette. Le joueur au GamePad pourra ainsi jouer confortablement avec l’écran intégré, tout en se servant ponctuellement du tactile pour déplacer des plates-formes ou pour ouvrir des portes. Il lui sera aussi possible de paralyser certains ennemis ou de souffler sur le micro pour voir les minis Goombas s’envoler au loin. Rien de fondamentalement innovant, mais qui s’intègre assez bien à l’ensemble du jeu, ce qui est déjà plutôt pas mal. Même si on aurait aimé que cela soit poussé un tout peu plus loin.

Pour écorner un peu la perfection de ce Super Mario 3D Word, il faudra parler de la difficulté du titre qui est relativement absente. Un point qui n’étonne plus vraiment lorsqu’on sait que Nintendo souhaite ouvrir ses productions à un public plus large, notamment pour rendre leurs jeux plus accessibles et donc convivial. Heureusement si les vies et bonus pleuvent à foison, les joueurs aguerris pourront toujours se tourner vers un défi un peu plus à leur hauteur, dès qu’ils auront terrassé le boss de fin. Le fameux gameplay à double couche refait son apparition, avec énormément de choses à récolter, comme les étoiles vertes pour débloquer de nouveaux mondes. Mais on ne vous en dévoilera pas trop, histoire de vous laisser la surprise. Un point faible qui se transforme allègrement en point fort, du moins pour les utilisateurs qui auront la persévérance de se lancer jusqu’au bout de l’aventure. La durée de vie est donc plutôt conséquente si vous vous prenez le temps de tout découvrir.

Pour terminer sur une autre note joyeuse, on ne peut assurément pas passer à coté du multijoueur. Pour la première fois dans un Mario en 3D, Il est possible de jouer jusqu’à quatre joueurs en coopération sur le même écran et il faut avouer que cela change pas mal de choses. Résolument structuré pour être parcouru à plusieurs, le jeu prend alors une toute autre direction et s’ouvre à une sorte de compétition amicale. Même s’il faut un peu relativiser ce fait, dans la mesure où tous les joueurs possèdent la même réserve de vie, celui du profil activé en l’occurrence. Ce qui limite déjà un peu les crasses qu’on pourrait faire à nos amis, sous peine de perdre quelques nombre à ce compteur. Même si en soi cela ne change pas grand-chose, car la fin de partie n’est jamais pénalisante, hormis de revenir au début du niveau. Ce petit défouloir est tout de même plombé par un petit désagrément, sous la forme d’une caméra qui a trop tendance à s’éloigner de l’action. Notamment quand les joueurs s’éparpillent un peu trop dans le niveau, ce qui laisse place à une perspective parfois pénalisante quand il s’agit de faire des sauts millimétrés.

 

En conclusion

Voilà un mot de fin presque superflu, car si après avoir lu ces quelques lignes vous n’êtes pas encore convaincu, on ne peut plus faire grand-chose pour vous. Pauvre fou ! Super Mario 3D World est ce genre de petit bijou d’inventivité dans lequel on aimerait se plonger bien plus souvent. Fun et convivial à plusieurs comme en solo, il ne manque pratiquement rien à ce nouveau Mario. La séduction s’opère aussi bien sur la forme que sur le contenu, avec un renouvellement évident et qui ne finit pas de nous émerveiller à chaque instant. Les idées foisonnent de tous les cotés et sont rarement réutilisées. l. La série des Mario 3D se trouve un nouvel épisode de référence, et on espère de tout coeur que Nintendo continuera sur cette voie. On en veut encore!

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.