Test – Super Mutant Alien Assault : qui veut encore du rogue-like ?

Quand on développe un rogue-like, il est facile pour un studio de tomber dans le déjà-vu, surtout quand on voit à quel point la concurrence est prolifique dans cette catégorie de jeu. Mais cela n’a pas effrayé un petit australien à fonder le studio Cynernate et de se lancer tout seul dans le développement de Super Mutant Alien Assault.

super-mutant-alien-assault-head

Pauvre petite Terre

Quand la Terre se retrouve encore une fois attaquée par une entité extraterrestre qui veut la détruire, l’humanité n’a qu’un seul recours et c’est celui de s’enfuir le plus loin possible. C’est ainsi que les humains se retrouvent répartie en hibernation dans trois vaisseaux, avec pour seule défense : un robot. Et c’est justement cette petite boite mécanique qu’on va incarner.

Bon oui, vous aurez vite compris que le scénario de Super Mutant Alien Assault n’a pas un grand intérêt et que celui-ci est surtout là pour justifier notre promenade au travers des 12 niveaux du jeu. Évidemment, comme dans presque tous les rogues-like du moment, ces stages sont générés de manière aléatoire. Il faudra ainsi travers trois séries de trois niveaux, ponctué à chaque fois par un Boss.

L’objectif est simple, il suffit de survivre en terrassant tous les ennemis ou alors d’alimenter la propulsion du vaisseau en amenant du combustible d’un coin à l’autre du stage, voire de réguler la pression en appuyant sur une machine tandis qu’on défouraille quelques bestioles. C’est qu’on va tenter d’avancer le plus loin possible, en essayant de ne pas se faire massacrer. Sachant évidemment que la difficulté grimpera très rapidement vers le haut.

L'action est frénétique, mais le level design laisse souvent à désirer

L’action est frénétique, mais le level design laisse souvent à désirer

Un petit peu plus à chaque fois

La progression se fait donc assez facilement et l’action est plutôt frénétique, en plus d’être très agréable. Là où cela flanche assez vite, c’est que le jeu peut vite se montrer d’une grande redondance, notamment car son contenu se débloque assez rapidement. Heureusement, le bestiaire est plutôt fourni et cela amène une bonne diversité, notamment car les ennemis possèdent des caractéristiques ou des manières d’agir qui leur son propre.

Il reste toujours la possibilité de se lancer dans le mode infini, mais même là, la redondance entre vite dans l’équation. Et ce n’est pas la diversité des armes qui arrivera à nous défaire de cette impression, car on reste dans du très classique, avec des pistolets, des fusils à pompe et autre grenades. Évidemment, leurs effets peuvent parfois varier, notamment avec des capacités qu’on peut ramasser dans les niveaux, comme un double saut ou encore un dash.

Dès qu’on aura terminé une première série de niveau et un boss, il sera possible à tout moment de recommencer à partir de là. Mais autant dire que c’est quelque chose qu’il vaut mieux éviter, car la difficulté est telle que commencer à ce stade sans équipement, équivaut à littéralement se suicider tout de suite. Mais l’autre point qui pourrait également amener à diviser les joueurs, c’est sa direction artistique qui lorgne clairement du coté retro. Il faut dire que sa bande-son est du même acabit et même si cela fonctionne à merveille avec l’ambiance du jeu, on s’en lasse facilement.

 

En conclusion

Super Mutant Alien Assault n’est clairement pas le jeu qui fait dans l’originalité, mais il n’En reste pas moins agréable à être parcouru. Cela vient notamment du fait que la difficulté est évolutive et qu’elle s’agrémente continuellement avec de nouveaux ennemis et armes. On aurait juste aimé que les niveaux soient plus diversifiés, en plus de pouvoir nous proposer des objectifs un peu plus varié. En l’état, cela reste un rogue-like vraiment sympathique mais qui aura bien du mal à percer face à la concurrence démesurée qui se trouve en face de lui.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.