Test – The Bug Butcher : faire un pâté de bestioles

Quand des petits autrichiens décident de s’inspirer d’un classique comme Super Pang, cela donne The Bug Butcher. Un petit jeu d’action dans lequel il va falloir s’armer de patience pour venir à bout de la multitude de niveaux qui vont s’ouvrir à nous. Faire la chasse de petites bestioles pendant des heures. De quoi rapidement devenir addictif.

bug-butcher-head

Simple sous les apparences

Comme bien souvent il n’est pas spécialement nécessaire de s’arrêter sur l’histoire de The Bug Butcher, puisqu’on va contrôler un astronaute qui vient de s’écraser sur une planète et qui pour le coup, va devoir se recycler en testeur d’armes. En mettant tout ça de coté, on se retrouve donc avec un petit bonhomme qui peut seulement tirer à la vertical et donc au dessus de lui, tandis que des ennemis sont lâchés dans l’arène. Ne pouvant que se déplacer latéralement et faire une esquive avec un léger dash de coté, il va donc falloir faire preuve de prudence et de doigté pour venir à bout de nos ennemis. Surtout que ces derniers ont vite tendance à se diviser quand on leur tire dessus.

Pour varier un peu les plaisirs, le bestiaire aura vite fait de s’étoffer avec de nouvelles bestioles, dont certaines qui n’hésiteront pas à nous envoyer des projectiles ou à s’en prendre directement au scientifique pour lequel on travail. Malgré tout, la diversité n’est pas forcément toujours au rendez-vous et cela malgré les trente missions que renferme le mode arcade. Ce qui n’est en soi pas un vrai défaut, car heureusement les environnements regorgent d’inventivité, avec plusieurs pièges qui viendront nous mener la vie dure. Mais comme souvent, l’attrait principal va rester la chasse au meilleur score et pour cela on pourra tout de même se satisfaire avec trois niveaux de difficulté, ce qui corse pas mal les choses pour les joueurs en recherche d’un bon défi.

Certaines vagues peuvent parfois être intenses

Certaines vagues peuvent parfois être intenses

C’est ma guerre, pour une fois

The Bug Butcher reprend le procédé assez classique d’un gain d’argent durant les niveaux, qu’on pourra ensuite distribuer dans divers compétences avant de passer au stage suivant. Rien de bien mirobolant de ce coté, même s’il faut noter la relative simplicité et clarté du menu. Pour s’amuser un peu plus par contre, il faudra se tourner vers les quelques bonus qui tombent régulièrement dans l’arène. La plupart du temps il s’agira d’une amélioration passagère, comme une arme à l’usage limité ou encore un bonus qui nous confère une plus grande puissance de frappe durant quelques instants. Il ne faudra donc pas s’attendre à un jeu qui fait dans la grande originalité dans ses mécaniques, mais il faut tout de même ouvertement constater que les mécaniques qu’on nous propose s’emboitent assez harmonieusement.

Sans être vraiment une énorme surprise, le jeu de Awfully Nice Studios remplit entièrement son cahier des charges, qui est celui de nous amuser durant une poignée d’heures. Car c’est le peu de temps qu’il vous suffira pour traverser le mode principal du jeu, même s’il vous reste encore la possibilité de vous lancer dans une mode survie en coopération locale jusqu’à quatre joueurs. Car pour une raison incongrue, le jeu ne propose pas de coopération en ligne, ce qui est un peu dommage de nos jours sur PC. Pour la peine il faudra se contenter d’un jeu assez joli, même si on aurait aimé qu’un petit effort soit fait sur l’ambiance sonore qui se montre un peu trop discrète à notre goût. Mais cela reste juste un détail et ne devrait pas vous empêcher de savourer le travail réalisé sur The Bug Butcher.

 

En conclusion

Sans être d’une grande originalité, The Bug Butcher reste tout de même un jeu très amusant à parcourir. Son seul défaut résidera forcément dans sa durée de vie vraiment trop courte, mais cela s’adresse avant tout aux joueurs qui aiment faire du scoring, on pourra éventuellement fermer les yeux là-dessus. On aurait simplement aimé que le contenu soit un peu plus étoffé, mais cela pourra être rattrapé par la possibilité de jouer jusqu’à quatre joueurs en local. Un mal pour un bien, pour un jeu qui mérite le coup d’œil, pour le jeu qu’on aime le genre.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.