Test – The Talos Principle DLC : Road to Gehenna

Le 11 décembre dernier sortait un jeu hors du commun issu du Studio Croate coupdecoeur-petitCroteam. Et c’est 7 mois après que cette équipe agrémente leur bébé d’un nouveau DLC si l’on peut s’exprimer ainsi, car on va voir que c’est en fait un nouveau chapitre traitant la suite directe de son prédécesseur…

Road to Gehenna-head

La nature d’Elohim

Des nuages, à perte de vue, une musique douce et étrangement familière qui accompagne notre voyage céleste. Des lignes de codes, nous rappellent que ce voyage est éphémère et on constate très vite que le programme “Child” et remplacé par une copie d’ “Uriel”… Uriel? Tiens ce nom ne m’est pas inconnu, c’est même un personnage déjà rencontré, alors qui sommes nous? Nos capteurs photoniques s’ouvrent sur la lumière aveuglante du soleil, si bien que nous levons un bras mécanique pour nous protéger de cette lumière pour nous lever péniblement avant d’entendre une voix grondante. C’est Elohim, notre père créateur (une représentation de Dieu dans le monde de Talos Principle), qui nous avoue avoir fait une terrible erreur (What?? Un dieu qui fait une erreur?), le monde d’avant n’est plus, perdu dans la Gehenne (sur un plan biblique, la Géhenne est un lac de feu éternel, les enfers quoi! Où les gens jugés impurs y seront jeté et brûleront éternellement), un endroit où des âmes y seraient perdues et donc Elohim compte sur nous pour aller les sauver, car son pouvoir est inutile là-bas.

Voilà le pitch est en place et ce sera à nous de développer l’histoire.

TP_Road to Gehenna_13 TP_Road to Gehenna_04

Soul Tracker

Sous les explications d’Elohim, on se retrouve comme dans le premier opus dans le niveau didacticiel, mais avec quelques changements, dus à sa destruction, où bien une remodélisation à la hâte, on ne sait pas trop, mais on reconnait plusieurs endroits où jadis, gisaient des éléments clefs à notre progression. Le portail qui nous téléporte vers les temples est toujours là, mais pas pour la même destination, mais à ce qu’on pourrait nommer Gehenna. Un îlot principal, 4 ponts vers des îlots secondaires et à part quelques autres îles flottantes, le vide à perte de vue. Le principe d’architecture des levels reste la même que dans le premier chapitre, avec les panneaux indiquant le nombre d’âmes à sauver pour chaque monde, ainsi que des étoiles. Dans ces mondes, nous allons retrouver à rebours l’ambiance des mondes anciens (Monde médiéval, Monde Egypte antique, Rome antique et petit plus pour le 4e monde: le Monde médiéval enneigé). Là où le ton change, c’est qu’il n’y a plus d’outils à débloquer pour résoudre les différentes énigmes, mais ils sont disponibles d’office.

Le level design est plus épuré, les mondes plus vastes et totalement non linéaires, on peut très bien commencer par le monde 3, puis aller au 1 et retourner au 3… Aucune importance de sens ni d’ordre, ce n’est comme bon vous semble. Les énigmes sont vraiment plus coriaces tout en gardant les mécanismes de base, mais avec une logique beaucoup plus étendue, ne pas se limiter aux frontières d’utilisation des objets ou de la zone d’une énigme donnée. Ok, lu comme ça, ça ne veut rien dire, mais sans spoiler, il y a une énigme où sa zone est l’île entière à l’intérieure de laquelle sont les autres énigmes, du coup nous avons une sensation de liberté que l’on n’avait pas vraiment dans The Talos Principle. Certaines énigmes donnent vraiment matière à réflexion, n’hésitant pas à combiner les éléments à notre disposition et nous faire faire des va-et-vient dans la zone donnée. Croteam a pensé de manière intelligente sont level design en équilibrant la balance pour que nous ne soyons pas dépaysés du premier chapitre tout en faisant attention à ce que Road to Gehenna ne soit pas répétitif. Et le temps de jeu va s’étendre entre 7 à 10 heures suivant votre aptitude à comprendre la logique de The Talos Principle.

Si vous vous mettez en tête d’aller récupérer toutes les étoiles (notamment afin d’obtenir une nouvelle fin au bout de 15 heures), vous n’êtes pas au bout de vos peines, car certaines sont vraiment compliquées à obtenir. Croteam n’a pas hésité a nous torturer l’esprit, à utiliser les éléments du décor pour percher ces fameuses étoiles. Ce qui nous amène au gameplay, même s’il a été amélioré (repère d’emplacement de saut qui apparait plus facilement), il n’en reste pas moins assez compliqué lorsque l’on veut sauter d’un point à un autre pour aller découvrir un Easter Egg (qui sont légion encore ici) ou une étoile. Pour le reste aucun changement il est très fluide et l’interaction avec les outils marche toujours aussi bien. D’ailleurs il y a toujours ce petit gimmick qui me fait bien marrer quand on arrive parfois à bloquer un “jammer” dans un portail énergétique, un avatar d’un des programmeurs vient le replacer pour vous.

TP_Road to Gehenna_10 TP_Road to Gehenna_11

Une affaire de famille

Dans The Talos Principle, Tom Jubert (The Swapper) et Jonas Kyratzes avaient construit une trame scénaristique basée sur la nature de l’existence, de la découverte du soi, la définition de l’humain… (Je vous renvoie vers mon test si vous ne l’aviez pas lu: Test The Talos Principle). Dans Road to Gehenna, étant donné que nous avons eu une réponse à ces questions dans le premier opus, la réflexion nous pousse sur l’étude de la communauté et la famille, l’importance de l’entourage, l’entraide, l’importance d’une famille, des amis et notre priorité par rapport à  nos décisions et l’importance de nos choix par rapport à nos proches avec toujours cette dimension biblique (Interaction parabolique Berger/Brebis bien connu dans la Bible). Ainsi il n’est plus question de discuter avec “Milton Library Assistant”, mais nous participerons à des forums peuplés de robot comme nous incarnant chacun ce que l’on peut rencontrer sur nos différents réseaux sociaux. La musique reprend les grands thèmes de Talos avec quelques nuances et nouvelles sonorités toujours dans le but d’avoir un renouveau sans dépaysement. Graphiquement, rien de bien changé, Road to Gehenna comme son prédécesseur est toujours aussi beau, avec des textures réalistes qui donne toujours cette dimension d’évasion.

 

Conclusion

Le DLC de The Talos Principle Road to Gehenna est pour moi un nouveau chapitre qui pourrait être The Talos Principle 2. En effet pour quelques euros de plus vous avez un nouveau jeu avec une durée de vie assez conséquente et une histoire propre dans la continuité du premier opus sans pour autant avoir une sensation de déjà-vu. Si vous n’avez pas fait le premier chapitre, jetez-vous dessus ou bien suivez mes vidéos de soluces ici. Si en revanche vous avez aimé le premier opus, jetez-vous alors tête baissée sur ce DLC, vous ne serez pas déçus…

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.