Test – Tiny Troopers Joint Ops : c’est la guerre chez les minis

Il est toujours difficile de juger de la pertinence d’un jeu comme Tiny Troopers Joint Ops, notamment quand il s’agit de la conversion de deux jeux qui étaient initialement sortis sur appareil mobile et en plus, dans une version gratuite. Après une disponibilité sur pas mal d’autres consoles de salon, l’éditeur profite donc du ID@Xbox pour enfin sortir son jeu sur Xbox One. Reste donc à déterminer si cela en valait vraiment la peine et si cela arrivera à nous convaincre d’y jouer.

tiny-troopers-joint-une

C’est notre guerre, pas la votre

Comme son nom peu suintement l’annoncer, Tiny Troopers Joint Ops est un jeu dans lequel on va diriger une troupe de soldats et qui se retrouve tout le temps largué dans des petites missions. Quand on vous disait qu’il s’agit d’un jeu provenant des appareils mobiles, c’est quelque chose qui va directement influencer la durée des missions qui vont osciller entre les deux à cinq minutes. Cela pourra varier en fonction des objectifs à remplir, mais il ne faut clairement pas s’attendre à passer de longues minutes dans chaque niveau. En contrepartie le jeu comptabilise une soixantaine de stages répartie sur deux campagnes, ce qui offre une durée de vie tout à fait raisonnable.

Le didacticiel de Tiny Trooper nous met rapidement dans le bain, en nous familiarisant avec la vue de dessus et les commandes qui sont relativement aisé à comprendre. Un stick pour les déplacements alors qu’avec l’autre on tire dans la direction voulu, tandis que les gâchettes de la manette serviront à utiliser les armes spéciales telles que les grenades ou les frappes aériennes. Selon la mission on contrôle en même temps de un à trois soldats et c’est un peu près tout ce qu’il y aura à savoir. Il reste encore la possibilité à tout moment durant la partie de commander et se faire parachuter de l’équipement, comme un lance-roquette pour venir à bout d’un tank adverse.

Sans être trop ardu au début, le jeu dispose tout de même de quatre de niveaux de difficulté si vous êtes en envie d’avoir un défi à votre hauteur. Il faut dire qu’une mort malchanceuse peut arriver et il est fréquent de se prendre un coup de sniper ou de roquette qu’on n’aurait pas vu arriver et qui venait de loin. Mais pour autant, la mort n’est pas chose fréquente et c’est quelque chose de très appréciable quand on sait que nos soldats peuvent prendre du grade en réussissant une mission sans mourir. Cela les rendra naturellement plus efficace et dans le cas faucheux où l’un d’eux viendrait à trépasser, il sera toujours possible de le réanimer durant le tableau de score d’une fin de niveau, en utilisant les médailles qui sont cachés et qu’on peut trouver dans les environnements du jeu.

C'est un jeu où on fait péter pas mal de choses

C’est un jeu où on fait péter pas mal de choses

Bing, bang, boum

Il ne faut donc clairement pas s’attendre à un jeu qui fait dans la subtilité et c’est tant mieux, car ce n’est pas forcément ce qu’on attendrait d’une telle production. On nous demande donc simplement d’avancer dans les missions en remplissant notre objectif principale, ainsi que parfois quelques quêtes secondaires qui nous feront remporter un peu plus d’argent. Cette monnaie sera utilisée entre deux niveaux pour améliorer notre escouade de manière permanente ou pour acheter un soldat un peu plus puissant, le temps d’une mission. C’est d’un grand classique, mais cela fait pourtant le travail.

Le souci viendra plutôt de la grande redondance qui s’installe rapidement, car il faut bien être honnête, la diversité des missions est pratiquement inexistante. Il faut dire que la jouabilité est elle-même une des cause de ce manque de variété mais c’est surtout dû aux objectifs à remplir qui passent leur temps à se répéter. Détruire tous les bâtiments ennemis, sauver les prisonniers ou encore protéger les journalistes pendant qu’ils font leur petit tour, c’est principalement ce qu’on va nous demander tout au long du jeu. Donc ce qui est amusant au début peut vite laisser sa place à une lassitude très tenace et dont-on n’arrive plus à se détacher.

Probablement conscient des problèmes de leur jeu, les développeurs ont inclus un mode zombies dans cette version console de Tiny Troopers. Mais même si cela peut paraître amusant au début de trucider des vagues de morts-vivants, notamment dans les niveaux où l’on est sur la mitrailleuse d’un engin militaire, mais on retombe encore une fois dans un gros manque de variété dans les niveaux. On fait tout le temps la même chose et ce n’est pas la chasse au scoring qui va être assez motivant pour qu’on ait vraiment envie de s’y investir sur le long terme. Il manque clairement quelque chose au jeu pour avoir envie d’y revenir régulièrement. Ce manque aurait peut-être pu être comblé avec de la coopération en local, mais celui-ci est aux abonnés absents.

 

En conclusion

Sans être une merveille, Tiny Troopers Joint Ops aurait pu être un twin-stick shooter très amusant, surtout que ses deux campagnes et son contenu ont de quoi nous tenir en haleine durant plusieurs heures. Mais cela se voit un peu gâcher par une énorme lassitude qui s’installe rapidement à cause des objectifs de mission qui finissent immanquablement par se répéter. Le jeu n’ait en soi pas trop mauvais, mais on aurait vraiment apprécié avoir ce petit plus, cette chose qui nous donnerait envie d’y retourner après avoir déjà passé quelques heures dessus.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *