[Test] Toy Soldier : Cold War

 

Éditeur : Signal Studios
Développeur : Signal Studios
Multijoueur : 2 joueurs en local ou en ligne
Disponible pour 1200 points sur le Xbox Live Arcade

 

Un des plus grands plaisir dans les jeux vidéo, c’est de pouvoir s’adonner à des jeux qui nous font replonger en enfance. C’est sur cette voie que Signal Studios s’est engouffré, en développant le premier Toy Soldier. Une petite production exclusive au Xbox Live Arcade, qui mettait en scène des petits soldats de plomb dans une guerre de bac à sable.

 

 

De la tourelle défensive

Alors que le premier opus plaçait son action durant la première guerre mondiale, il parait presque logique que sa suite se déroule durant la seconde. Pourtant comme son nom l’indique, c’est avant tout dans le contexte de la guerre froide que se place Toy Soldier : Cold War. C’est donc à un scénario catastrophe qu’on aura à faire, avec les prémisses d’un conflit nucléaire entre l’Union Soviétique et les États-Unis. Loin d’être original, il s’agit surtout d’une excuse pour jouer à la guéguerre dans la joie et la bonne humeur.

Bien que les cartes soit très détaillées et plutôt réaliste dans leur réalisation, divers objets dans les environnements sont là pour nous rappeler qu’on joue dans un décor de bac à sable. C’est ainsi qu’à la tête de l’armée américaine, il va nous falloir défendre notre base de fortune, qui se trouve être une simple boite à jouets. Comme dans tout Tower Defense, nos adversaires arrivent par différentes vagues, qu’on va devoir stopper en posant des tourelles de défense, et qu’on pourra améliorer au fil du temps en amassant de l’argent. L’objectif étant de les détruire afin de les empêcher d’entrer dans notre camp. Pour la peine, on a à disposition tout l’arsenal du parfait petit soldat : une mitraillette, des canons, des missiles anti-aériens, etc. On pourra regretter que les armes soit fondamentalement sans surprise et que le second degré n’est pas été poussé un peu plus loin. On pense notamment à la bombe à insecticide qui sert de lance-flamme contre l’infanterie.

Sans être très innovant, le concept est utilisé de façon dynamique, en donnant l’occasion au joueur d’entrer dans n’importe laquelle de ses tourelles, afin de l’utiliser plus efficacement. Car même si elles fonctionnent de manière autonome, il est toujours plus efficace de mettre la main à la pâte soi-même. Selon les affrontements, on pourra aussi incarner divers véhicules : un char, des hélicos, ou un jet de combat. Dont-on pourra se servir durant un temps limité, jusqu’à l’épuisement de ses batteries, mais qui se rechargeront automatiquement jusqu’à la prochaine utilisation. Et pour terminer, plus ponctuellement en détruisant les ennemis étoilés, on gagnera des compétences comme un bombardement défensif, une frappe nucléaire, ou un commando en plastique mais très agressif.

 

On fonce dans le tas

La jouabilité n’a pas grand chose à se reprocher, et c’est tant mieux car il va falloir en maitriser tous les rouages à travers quatre modes de jeu : La campagne, Survie, Versus et Mini-jeux. Il n’est pratiquement pas besoin de s’attarder sur une description de ces modes, tellement ils sont classiques. On notera juste qu’il est possible de s’y adonner en coopération en local, ou avec un ami en ligne. C’est d’ailleurs dans cette configuration que le jeu prend tout son sens, tellement le principe est addictif lorsqu’on s’y met à plusieurs.

Contrairement au premier épisode qui nous proposait deux campagnes, ici ce sera seulement une dizaine de missions qui seront jouables. La durée de vie s’en ressent donc fortement, même s’il faut toujours compter sur un certain nombre d’objectifs à remplir, comme les médailles ou les défis disponibles dans chaque mission. Mais cela n’aura pour effet que de rallonger un peu la durée de vie, qui est seulement de cinq à six heures en prenant le jeu en ligne droite.

Le scoring à la part belle dans Toy Soldier : Cold War, et c’est ce qui est mis en avant par plusieurs niveaux de difficulté qu’il va falloir plier si on souhaite attendre le haut des classements. Un aspect qui offre une certaine rejouabilité, mais auquel beaucoup de joueurs n’accrocheront pas forcément. Heureusement, il reste toujours le multijoueur qui est certainement la valeur sûre de ce jeu très accrocheur.

 

En résumé

Le gameplay de Toy Soldier : Cold War n’apporte pas de grandes nouveautés, mais il reste malgré tout très solide et c’est ce qui fait sa force. Avec une réalisation bien au dessus du premier Toy Soldier, cet opus à tout pour lui et se range incontestablement parmi les meilleurs Tower Defense que propose le Xbox Live Arcade.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.