Test – Trapped Dead Lockdown : les zombies sont de sortie

Des zombies, il y en a de plus en plus dans nos jeux vidéo. Que voulez-vous, c’est à la mode. Dead Space, Dead Island, Left 4 Dead, Resident Evil … et j’en passe et des moins pires. Et que peut-il se passer lorsque l’on mélange des hack’n slash avec des zombies ? On obtient Trapped Dead Lockdown.

trapped-dead-lockdown-pc

Habitez à la campagne, qu’ils disaient …

Il faut reconnaître que les attaques de zombies démarrent presque toujours dans de petits endroits isolés. C’est bien sûr également le cas dans Trapped Dead Lockdown. Vous devrez choisir parmi les 5 personnages disponibles, chacun ayant des caractéristiques ou habilités différentes, pour vivre votre aventure. Si l’aventure est identique pour chacun (lieux, quêtes, …), leur motivation sera différente. Le boucher baraqué vient sauver sa fille qui l’a appelée au secours, le tueur vient assassiner une scientifique d’un laboratoire se trouvant dans le coin (suspicieux, non), un marshal vient pour arrêter le tueur précité, un prêtre vient chercher un autre religieux disparu lors d’un exorcisme et le militaire vient rechercher son frère disparu.  Et tout ce petit monde tombe au beau milieu d’une apocalypse zombiesque avec gros risque de contagion, à la clé. Il leur faudra trouver leur chemin au milieu d’environnements variés et autant se méfier des morts … que des vivants. Un Lundi matin comme les autres en somme.

Trapped Dead : lockdown est un hack’n slash assez classique dans sa construction. On clique à tour de bras pour avancer et combattre, on ramasse automatiquement les objets perdus par les ennemis et on gagne de l’expérience à chaque combat. C’est un peu comme un Diablo mais avec des zombies et dans une petite ville américaine (oh ? comme par hasard). Graphiquement, le jeu tient la route. Ce n’est pas exceptionnel non plus mais la variété des environnements, les types de zombies, etc permet de voir du pays. De la ville à la gare en passant par la prison ou les égouts par exemple, vous en aurez pour votre argent. Malheureusement, ces environnements ne sont finalement que de grands couloirs. Les quelques petits détours que vous ferez pour trouver du loot et de l’XP sont tellement courts qu’ils ne compteront quasi pas dans votre expérience de jeu.

D’un point de vue des animations, ce n’est pas mal non plus mais on constate assez vite que certains personnages, principalement les PNJ, sont vraiment limités. Rien qu’au début, le chef de la police que vous devez sauver d’une attaque se remet directement à marcher en lisant ses notes sitôt sauvé. Allons, il pourrait au moins avoir une animation comme quoi il est blessé ou même aller se reposer sur un bac mais non … et c’est comme çà à chaque fois. Par contre, le fait que certains zombies rompent le combat pour se régénérer en allant grignoter un cadavre, çà c’est assez sympa car on reste bien dans l’ambiance.

TDLockdown_screenshot_14 TDLockdown_screenshot_03

Je te sers l’aile, la cuisse ou un bras ?

Votre héros aura la possibilité d’augmenter de niveau en éliminant ses ennemis, c’est convenu. J’aime bien le fait que ces points sont représentés par une jauge de peur. Par contre, les skills sont assez limités et que ce soient les 5 petites caractéristiques à augmenter ou les quelques skills à débloquer et à attribuer, c’est vraiment léger. Bon, les skills sont un peu différents d’un personnage à un autre mais c’est quand même assez peu. Concernant votre équipement, on aimera le fait d’avoir des armes dans chaque main et de gérer chacune avec un des boutons de la souris. Pour le reste, c’est aussi du très convenu avec de la nourriture pour se soigner, des médicaments pour ralentir l’infection, des vêtements et quelques accessoires. N’empêche, vous avez de sacrées poches pour contenir tout ça car si les équipements se voient sur votre personnages, le volume que vous pouvez stocker est infini. Et là, ça me dérange un peu. Un inventaire plus limité aurait été plus intéressant. Bon, vos armes s’usent à force de combattre et vous devez recharger les armes à feu constamment, d’accord, mais ça manque un peu de fun à mon goût.

Surtout que Trapped Dead : Lockdown souffre de quelques défauts et bugs qui peuvent vite devenir gênants. Le pathfinding n’est franchement pas génial et on se retrouve parfois bloqué stupidement. Rien que pour le combat pour sauver le chérif (cité plus tôt), je me suis retrouvé plusieurs fois bloqué entre lui et un décor, attendant qu’il meurt pour pouvoir m’en sortir (et recommencer le combat). Et pour rentrer dans une pièce, c’est parfois la misère car le pathfinding va penser que vous voulez contourner le bâtiment alors que vous voulez y entrer. Même les ennemis font parfois n’importe quoi, vous suivant derrière un mur alors qu’ils ne peuvent pas vous voir. Cela signifie que la logique « moi voit, moi tue » est toujours d’application … il n’y a pas vraiment de possibilité de se la jouer infiltration. Mais il y a une chose qui m’a fortement déçu, c’est la mort. Elle n’est jamais punitive car vous redémarrez au dernier point de contrôle et tous les ennemis que vous avez tués en cours de route sont TOUJOURS morts. Même ceux que vous avez blessés sont au même niveau, y compris les boss. Sérieusement ? Le jeu en devient tellement facile qu’il en perd presque totalement son intérêt. Bon … après  l’ambiance est sympathique, il y a un mode coopératif à 4 joueurs, et quelques lieux bien foutus à visiter. Mais est-ce que cela suffit ? Pas à mon diapason.

 

En conclusion

Trapped Dead : Lockdown est un jeu honnête dirais-je. Pas vraiment mauvais mais surement pas exceptionnel. Mais comme je l’ai dit, la facilité, les quelques bugs et le manque de fun sont un boulet à trainer bien trop lourd pour qu’il soit véritablement correct.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.