Test – Velocity 2X : le mélange a parfois du bon

Le mélange des genres peut parfois donné lieu à des résultats très surprenants. Et c’est un peu ce qui caractérise ce Velocity 2X qui tente de fusionner le Run & Gun, avec des passages en Shmup. À moins que cela soit l’inverse. Mais dans tous les cas, cela nous offre un jeu qui a de quoi nous étonner.

velocity2x-head

Ça va tout vite

Le parcours de la série a débuté en 2012 dans la gamme Minis du Playstation Store, pour finalement aboutir en différentes versions sur les consoles de salon. Même si le concept a légèrement évolué depuis, cela reste toujours un shoot’em up dans lequel il sera possible de se téléporter pour éviter les obstacles. Simple à comprendre et facile à assimiler, le gameplay va petit à petit s’agrémenter de nouvelles mécaniques. Ce qui parait ainsi comme un shmup sortant des sentiers battus, se révèle assez rapidement comme un jeu survolté et qui a le pouvoir de nous surprendre à chaque niveau.

Car si les phases en vaisseau sont au cœur du jeu et constitue l’essentiel de notre périple, il faudra également se confronter à des moments en dehors de notre engin. Ces moments sont un peu plus conventionnel, mais auront le mérite de casser le rythme du jeu qui aurait alors dû se cantonner aux passages en shmup. Là il va être question de diriger notre pilote et d’avancer le plus rapidement possible, tout en tirant sur les tourelles et en ramassant des cristaux. Bien entendu, il faudra sauter, déraper et se téléporter au travers des pièges. Rien de mirobolant, mais ces séquences auront au moins le mérite de très bien s’implanter dans le jeu.

Velocity 2x nous encourage vivement à traverser les stages le plus vite possible, tout en engrangent des points. Le mélange entre les deux types de gameplay est donc tout à fait complémentaire. C’est là que la téléportation prend toute son ampleur et déploit son potentiel une fois qu’on aura appris à bien l’utiliser. Surtout qu’il est même possible durant les séquences en shmup de faire avancer soi-même le scrolling vertical. Ce qui rend le jeu encore plus nerveux et stimule le joueur à essayer de réaliser le meilleur temps possible. La prise en main demande un peu de doigté, mais atteindre un bon score ne s’en retrouve que plus gratifiant encore.

Les phases de plate-forme sont simples mais efficaces

Les phases de plate-forme sont simples mais efficaces

Faire comme chez les grands

L’autre particularité de Velocity 2x est d’avoir voulu misé sur la présence d’une forte narration, ce qui est un peu atypique pour un shmup. Et pourtant cela fonctionne admirablement bien, même si le scénario est loin de voler très haut. Mais cela se montre pourtant suffisant pour accrocher au personnage principal et avoir l’envie de découvrir son histoire. Cela se fait ainsi par le biais d’images fixes et quelques dialogues entre les différents niveaux du jeu. À cela s’ajoute une direction artistique, certes conventionnelle, mais qui rempli entièrement son rôle et qui peut se montrer plutôt jolie par moment.

S’il y a bien un reproche qu’on pourra émettre envers Velocity 2x, c’est que la structure des niveaux aura gagné à avoir un peu plus de diversité. En se basant presque uniquement sur la téléportation il était peut-être difficile d’en faire autrement. Mais malgré les tentatives d’apporter un peu d’air frais, comme avec les champs de force à détruire dans le bon ordre, cela ne suffit pas vraiment à renouveler l’action. Heureusement, si l’on peut dire, les niveaux se passent tellement rapidement qu’on n’ait pas véritablement confronté immédiatement à cette redondance. En contrepartie cela aura un impact sur la durée de vie qui se compte en une poignée d’heures seulement. Pour la rallonger un poil, il faudra se tourner vers la chasse aux scores, ce qui ne plaira pas forcément à tout le monde.

 

En conclusion

Sans être totalement parfait, Velocity 2X est un jeu étonnant et cela dans le bon sens du terme. En mêlant deux sortes de jeux assez différents mais à la fois très proches, FuturLabs a vraiment réussi à concevoir un jeu qui a tout pour plaire aux amateurs de scoring. Car pas besoin de se le cacher, en dehors de cette catégorie de joueurs, le jeu ne se destine pas vraiment au grand public et encore moins aux utilisateurs lambda. Mieux vaut donc être un habitué de la performance, pour véritablement apprécier ce jeu.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.