Test – Warp

Un laboratoire, des expériences et un brin de téléportation, même si cela en a le goût et pas la couleur, il est parfois bien difficile de ne pas voir d’où est tirée l’inspiration d’un jeu. Pour Trapdoor, l’influence vient clairement de Portal, mais pour autant le studio à réussi à se démarquer en trouvant une nouvelle approche. Annoncé comme un mélange d’infiltration et de réflexion, Warp est donc le premier titre qui se présente à nous pour inaugurer le Xbox Live House Party 2012.

Warp - Xbox 360 jaquette

Encore des Test ?

Comme il fallait s’y attendre, lorsqu’un extraterrestre a le malheur de s’écraser sur Terre, il y a toujours des scientifiques prêts à le décortiquer et à faire des expériences douteuses sur lui. C’est ce qui va advenir de notre chère bestiole, mais c’était sans compter sur sa débrouillardise à rapidement récupérer son pouvoir. Notre petit bonhomme peut ainsi se téléporter sur une courte distance devant lui, c’est ce qui va lui permettre de traverser des murs pas trop épais et ainsi s’échapper du labo dans lequel il est enfermé. Il sera aidé par une autre entité qui le guidera par télépathie, dans le but de trouver la porte de sortie et de s’évader ensemble.

Bien entendu, cette évasion n’est pas vue d’une très bon œil et le complexe sera vite mis en alerte. Ce passage servira avant tout de tutorial pour nous habituer à utiliser notre capacité. Ceci est facilité par un point qui se trouve en permanence devant notre personnage et qui nous indique s’il est possible ou non de se téléporter à cet endroit. Des objets peuvent éventuellement aussi nous accueillir, comme des tonneaux ou des robots de sécurité, voir des humains comme les gardes ou les scientifiques. On prendra d’ailleurs un malin plaisir à les faire éclater dans des gerbes de sang, même si cela n’est pas toujours nécessaire. Ce sera notre arme principale contre tous ce qu’on sera amené à rencontrer, mais l’absorbation d’autres créatures nous permettra de faire évoluer notre compétence à deux ou trois reprises.

A chaque occasion ce sera une excuse pour modifier un peu les énigmes qu’on va rencontrer, mais globalement cela restera toujours la même chose. Téléporter des robots ou des générateurs au bon endroit, échapper à des lasers mortels ou éviter les patrouilles, voir activer des interrupteurs de temps à autre. Ce sera notre quotidien pendant une petite poignée d’heures, car même si la jouabilité arrive à se renouveler avec la possibilité par la suite de créer un clone, ou en balançant les objets, il faut reconnaitre que les puzzles peinent à se renouveler. Par moment il faudra tout de même tâtonner un peu pour comprendre ce qu’on attend de nous, ce qui résulte souvent à une mort pas très glorieuse. Mais pour palier à ce problème des points de contrôle sont disséminé un peu partout, ce qui permet de recommencer facilement et rapidement un passage qui nous aurait causé des soucis.

Warp - Xbox 360 Warp - Xbox 360

Des vilains pas beaux

De gros méchants viendront aussi nous mettre des bâtons dans les roues, mais ce qui s’apparentent comme des boss n’a en faite rien de bien palpitant et demandent juste quelques reflexes pour en venir à bout. C’est le cas aussi pour le coté infiltration de Warp qui est réduit à sa plus simple expression, avec des gardes opposent rarement une grande résistance. Cela se corse un peu quand on découvre que l’eau permet de neutraliser temporairement nos pouvoirs, car ils s’équiperont à ce moment là de bouclier partiel ou intégral qui nous empêchera de se téléporter en eux. Mais en plus de leur manque de réactivité, il suffira d’un peu de jugeote et d’investir dans de nouvelles compétences pour se débarrasser de cette nuissance encore plus efficacement. La simple faculté de poser une mine incapacitante change complètement la donne, car les patrouilles marcheront à chaque fois dedans. Ce qui élimine d’emblé une des seules difficultés du jeu, le rendant par la même occasion encore plus facile.

Durant notre périple, on va pouvoir mettre la main sur des Grubs, une nourriture extraterrestre qui est plus ou moins cachés dans le complexe scientifique. Ces objets vont nous aider à acheter des aptitudes, mais qui sont pour la plupart assez dispensable. Faire moins de bruit ou récupérer plus rapidement son énergie lorsqu’on la perd, autant de d’options qui n’influencent pas vraiment notre progression ou notre manière d’appréhender le jeu. Comme énumérer précédemment, seulement la mine ou encore l’onde de choc changera un peu les choses, mais rien de fondamental non plus. Se décarcasser pour trouver tous les Grubs n’est du coup pas très motivant, ce qui est bien dommage quand on sait que cela coupe une bonne partie de la durée de vie supplémentaire. Surtout qu’il faut le faire avant la fin, car la sauvegarde unique nous fait recommencer la partie juste avant l’affrontement final, nous empêchant donc de revenir dans la base après avoir terminé le jeu.

Car oui, Warp souffre du syndrome des productions dématérialisés et propose en ligne droite, seulement trois ou quatre heures de jeu. On tente de rattraper cette faiblesse avec l’aide de défis qu’on peut trouver sur des terminaux parsemés sur notre chemin. Battre les meilleurs scores en arrivant le plus vite au bout du parcours ou tuer rapidement tous les ennemis, voilà ce qu’il vous sera demandé dans des challenges assez simples et qui ne donnent pas du tout envie de s’y investir. Leur intérêt est de gagner des Grubs additionnels, mais rien de bien motivant dans l’ensemble.

 

En résumé

Ce qu’on pourra retenir de Warp, c’est une succession de bonnes idées mais qu’on a largement déjà vu ailleurs et qui n’apportent pas grand-chose. En poussant le concept un peu plus loin, le résultat aurait pu être bien plus convaincant. En contrepartie, on se retrouve avec un titre à la durée de vie très faible et qui accuse une forte linéarité à cause des énigmes qui peinent à se renouveler. On aurait d’ailleurs aimé que l’infiltration soit un peu plus développé, mais en l’état cela se résume à seulement éviter quelques gardes de temps à autre. Malgré un capital sympathie très agréable au demeurant, Warp n’arrive pas à se démarquer et à proposer une expérience ludique très intéressante. Une accumulation de regrets qui laissent juste entrevoir ce qu’aurait pu devenir le jeu avec un peu moins de maladresse.

Warp - Xbox 360 Warp - Xbox 360

Warp - Xbox 360 Warp - Xbox 360

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.