Test – Wooden Sen’Sey

Il faut clairement se rendre à l’évidence, la Wii U est en train de subir une vague déferlante de jeux indépendant qui essayent de se faire une place sur l’eShop de la machine. C’est le cas de Wooden Sen’Sey qui deux ans après sa sortie sur PC, se présente aux portes de la console de salon de Nintendo. De la plate-forme et un univers de ninja, cela donne forcément envie de s’y essayer.

wooden-sen-sey-head

Le petit ninja aux grandes haches

Comme d’habitude, il suffira d’une seule ligne pour résumé un scénario qui ne sert que de prétexte à lancer notre personnage principal dans l’aventure. Tous les stocks d’alcool de notre petit village ont été dérobés par un vilain pas beau et c’est pourquoi notre héros se met en tête de vouloir tout récupérer. L’histoire de Wooden Sen’Sey est d’un classique absolu, comme son approche du jeu de plate-forme. Le contexte l’est d’ailleurs tout autant, puisque lorsqu’on parle de diriger un ninja, cela doit forcément se dérouler dans un japon féodal. L’ambiance résolument japonaise traîne avec lui tous les clichés du genre, comme l’habituel champ de cerisiers en fleurs. Mais en dehors de ça, il faut reconnaître que le jeu dispose d’une patte artistique plutôt agréable à l’œil. Bien que très linéaire, la dizaine de niveaux qui se succède devant nous se montre assez diversifié, à défaut d’être original.

Notre regret se portera notamment sur un bestiaire qui est totalement dénué d’intérêt. On peut comprendre l’idée de base, qui est celle d’avoir une forme de monstre générique qu’on peut diluée à toutes les sauces en fonction des besoins. La créature avec les piques sur la tête sera par exemple protégé des attaques aériennes, tandis que celui avec la lance pourra nous attaquer de plus loin qu’un garde lambda. Ces aides visuelles facilite le joueur à reconnaître ses ennemis et à s’adapter en conséquence. Mais le résultat c’est qu’on se retrouve avec des bestioles qui finissent par se ressembler. C’est un reproche qu’on pourra faire à l’atmosphère sonore de Wooden Sen’Sey, qui tente de se rapprocher d’une sonorité asiatique, mais qui finit immanquablement par nous harceler de sa redondance. En plus d’être très souvent affublé d’une répétitivité de sons aigus très agaçante.

wooden-sen-sey-wii-u-006 wooden-sen-sey-wii-u-001

Sey toi le plus fort

La panoplie de mouvements de notre personnage évoluera au fil de l’avancé, mais l’ensemble se débloquera assez promptement et se trouve finalement être très restreint. Pour attaquer, le joueur peut compter sur ses doubles haches et qui accessoirement lui serviront de grappin, puisqu’on peut les planter sur certaines surfaces. Les développeurs ont d’ailleurs tenté de se servir du gyroscope du GamePad pour qu’on puisse balancer notre personnage. Concrètement, il faut pivoter notre manette d’un coté à l’autre pour prendre de l’élan lorsqu’on veut sauter plus loin quand on est accroché avec le grappin. Une fausse bonne idée, puisque dans les faits cela ne fonctionne pas du tout. Heureusement, il reste la possibilité de désactiver cette option. Ce qu’on ne peut que fortement vous conseiller, car l’utilisation du double saut et accessoirement de l’attaque sautée fonctionne sensiblement de la même manière, sauf qu’il faut donner un coup vers le bas avec le GamePad pour l’exécuter.

Wooden Sen’Sey ne fait clairement pas dans l’originalité, mais cela n’a jamais empêché un jeu d’être agréable à jouer. Malheureusement le titre est entaché par des mécaniques parfois hasardeuses et qui rendent la progression vraiment pénible. Une bonne dose de difficulté n’est jamais à considéré comme un défaut, sauf quand celle-ci est engendré par des soucis de maniabilité et c’est typiquement le cas ici. Le problème majeur est l’absence d’une phase d’invulnérabilité lorsqu’on se prend un dégât, mais l’inertie approximative des sauts est également à pointer du doigt. Déjà que le double saut est parfois frustrant à placer, cela l’est d’autant plus lorsqu’on rate de quelques millimètres le bord d’une plate-forme. Ce qui arrive assez fréquemment, notamment dans les deux derniers nivaux du jeu qui ont des passages qui ne pardonnent pas la moindre erreur. Et pour en rajouter encore une couche, les points de contrôle ne sont pas toujours super bien placé. Nous demandant ainsi parfois de refaire des pans entiers d’un niveau.

wooden-sen-sey-wii-u-002 wooden-sen-sey-wii-u-003

On essaye de diversifier

Même si notre parcours dans Wooden Sen’Sey est jonché de vies supplémentaires, la difficulté en dents de scie peut rapidement se montré éreintante. Surtout que notre progression ne comporte aucunes surprises et on avance sans grande conviction. Même les boss sont loin d’être surprenant et ce n’est pas les tentatives de diversification qui y changeront grand-chose. On traversera ainsi un niveau complètement dans la pénombre, mais c’est tellement du déjà-vu que l’effet d’étonnement n’est pas vraiment au rendez-vous. Cela aurait pu être différent avec le niveau se passant en sous-marin, mais la maniabilité et les déplacements de l’engin sont tellement laborieux qu’on n’y prend aucun plaisir.

Ce qui est vraiment dommage car avec un gameplay un peu plus fignolé, Wooden Sen’Sey aurait pu être un jeu assez intéressant, mais trop de choses viennent vraiment gâcher notre expérience. Et comme s’il y avait encore besoin d’en rajouter, la durée de vie du titre est loin d’être mirobolante. Il suffira de trois ou quatre heures pour en voir la fin et ce n’est pas la collecte de tous les bonus qui y changera quelque chose. Car il y a fort à parier que peu de joueurs auront la patience de refaire les tableaux afin d’y tuer tous les ennemis et récolter tous les sphères de points. Et ce n’est pas le mode contre-la-montre ou la liste de succès à réaliser qui y changera fondamentalement quelque chose.

 

En conclusion

Malgré un enrobage graphique qui aurait pu attiser notre sympathie, Wooden Sen’Sey aura bien du mal à convaincre. En plus d’être assez court, le jeu souffre d’une grande répétitivité dans ses mécaniques de gameplay. En y faisant abstraction on aurait tout de même eu entre les mains un jeu de plates-formes exigeant et intéressant. Mais le personnage n’est pas du plus agréable à manier, à cause d’une jouabilité extrêmement lourde et qui nous cause bien des tracas. Peu importe la manière dont-on aborde Wooden Sen’Sey, il est difficile d’y prendre du plaisir et c’est vraiment bien dommage.

wooden-sen-sey-wii-004 wooden-sen-sey-wii-u-005

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.