Test – Worms Battlegrounds

Annoncé d’abord sous le nom de Worms Clan Wars et seulement un an après l’épisode Revolution, c’est finalement affublé du sous-titre Battlegrounds que le Worms nouveau est arrivé. Ce nouvel épisode était sensé amener un tout nouveau système de multi-joueur axé sur les clans et gommer les erreurs du précédant opus. Un petit gout de bombe banane cette année? Réponse tout en saveurs.

worms-battleground-head

Armageddworms

Nos amis les vers non solitaires sont donc de retour en 2,5D pour notre plus grand plaisir. Exit définitivement la 3D totale qui nuit tellement au confort de jeu et au plaisir aussi. Team 17 l’avait annoncé et ils l’ont fait, reprendre les bases de la série pour retrouver l’esprit originel de l’étripage de vers entre amis. Oui on peut s’écharper en criant des noms d’oiseaux mais en toute amitié bien sûr ! Premier épisode sur notre next gen adorée, Worms Battlegrounds pose de suite les bases. Fun et stratégie. Oui cette alliance est possible. Le concept de Worms ? Est-il encore vraiment utile de le rappeler ? Les joueurs s’affrontent au tour par tour dans des environnements destructibles, avec des armes aussi loufoques que des moutons ou des bananes explosives, ainsi que de simple bazooka ou encore des fusils à pompe. Le gagnant est le joueur qui a tué, écrasé, explosé ou noyé l’armée de vers ennemis.

Rien n’a bougé d’un iota ici donc. Si ce n’est que les cartes sont plus grandes, les missions scénarisés, plus profondes et les objectifs plus agréables que par le passé pour le mode un joueur. Oui un mode histoire est disponible, qui en réalité n’est qu’un tutoriel géant pour préparer les joueurs aux affres des combats en multi, mais nous en reparlerons plus loin dans ce test. Avant de partir au combat il sera possible de customiser à fond ses vers, look, nom et accessoires pourront ainsi être adaptés au goût de chaque joueurs. En parlant de personnalisation, il est également possible de créer, via un éditeur très bien fait, ses propres niveaux pour des affrontements toujours différents. Car les champs de batailles influent grandement sur le déroulement des affrontement. Il faudra évidemment prendre en compte le fait que si la carte est étroite, il faudra utiliser des armes de combat rapproché ou au contraire, opter pour de la destruction à distance sur les maps les plus grandes.

worms-battleground-0004 worms-battleground-0001

C’est quoi ton clan?

Véritable nouveauté de ce Worms Battlegrounds, le mode clan permet de créer une véritable horde à son image comme précisé plus haut au niveau de la personnalisation, mais également d’y intégrer des amis. Un canal de chat personnel pourra également servir à communiquer avec ses camarades pour plus de stratégie. Les matchs pourront être amicaux ou via un système de ligue afin d’atteindre les hauts rangs et se la péter en ligne devant les copains. Outre ce mode clan, Worms est tout simplement l’opus qui a le plus grand contenu tout épisode confondu. L’intégralité des armes déjà existantes sont de la partie b: sainte grenade, bombe banane, dynamite, super mouton, grand mère, etc. Evidemment de petites nouvelles ont fait leur apparition comme le jet pack à eau ou le coussin péteur. Les niveaux ont également subit un lifting car il est possible d’effectuer des actions pour débloquer des zones ou encore activer des pièges. Les liquides, déjà présents dans l’opus précédent sont également de la partie pour pourrir la vie des vers et les entraîner vers une mort certaine en cas de courants dangereux. En jeu le solo est a la hauteur du multi. Avec ses deux modes, Worms ops et campagne, le solo se révèle agréable et pas bouche trou pour un sou. C’est un vrai mode qui demandera du doigté car l’IA se révélera souvent vicieuse et très habile au jeté de grenade. Les objectifs sont dans l’esprit de la série, loufoque et il ne sera pas rare de sourire devant les briefing ou encore les mimiques des vers une fois en jeu.

 

En conclusion

Ce Worms Battleground s’en sort donc avec les honneur dû à son rang et ne fait pas honte à la grande lignée dont il est issu. Que se soit en multi ou en solo le job est rempli comme dirait un sergent en pleine campagne d’invasion. La richesse du contenu et son fun indéniable sont les principaux ingrédients de ce premier cru next-gen. De nombreuses soirées entre amis à fragger des vers en perspective.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.