Test – Yoshi’s New Island

Toujours voué à souffrir sous la chevauché d’un plombier bedonnant, l’ami Yoshi a tout de même eu le droit à sa propre série. Démarrée sur Super Nintendo, la carrière du dinosaure aura été marquée par une poignée d’épisodes au fil des années. Son retour dans Yoshi’s New Island est donc très attendue sur Nintendo 3DS. Pour une aventure qui se présente encore une fois comme très haut en couleurs.

yoshisnewisland-head

Pas d’omelette sans casser des œufs

L’aventure dans un jeu estampillé Nintendo se débute toujours par une petite histoire, pour ne pas dire un conte. C’est le cas avec Yoshi’s New Island qui s’amorce encore une fois avec l’enlèvement de bébé Luigi, qui se retrouve dans les griffes de bébé Bowser. Son frère Mario, encore bien trop juvénile pour aller seul à sa rescousse, se fera aider par la famille Yoshi afin de contrer les méfaits de Kamek. Une excuse bien trouvée pour nous faire traverser les six mondes dont est composé le jeu. Un élément directement repris de l’opus original sur Super Nintendo. Une inspiration qu’on va pouvoir reconnaître tout au long de notre parcours, car on va vite se rendre compte que New Island ne diffère pas grandement de son ancêtre. Au mieux il se réapproprie les bases de la saga, tout en rajoutant une ou deux idées par-ci par-là. Si vous cherchez de la nouveauté, vous risquez d’être amèrement déçu.

Car autant vous le signaler tout de suite, Yoshi’s New Island n’est pas l’épisode de la surprise. Ce qui n’est pas vraiment un mal en soi, car on retombe dans du relativement connu. Notre dino a toujours une langue démesurée qui lui permet d’attraper ses ennemis, pour ensuite les gober et pondre des œufs. Une transformation salutaire dont-on peut se servir comme projectile, en les faisant rebondir ou pour les lancer contre des adversaires plus coriaces. En plus de ça, sa capacité de saut n’a pas grandement évolué, puisqu’il est toujours possible de bondir dans les airs et de pédaler des pieds pour prendre un peu plus de hauteur. Une capacité qui servira souvent pour atteindre des bonus ou plates-formes un peu trop loin de nous. En ayant déjà touché un peu à un jeu Yoshi, ces quelques lignes ne devraient pas trop vous troubler, à l’image des quelques secondes de latence qu’on dispose pour rattraper bébé Mario dans sa bulle, lorsqu’on se fait toucher.

yoshi-s-island-3ds-nintendo-3ds-1366232998-005 yoshi-s-island-3ds-nintendo-3ds-1366232998-003

Au bon vieux temps

Sur le fond Yoshi’s New Island reste un jeu de plates-formes assez agréable, on a entre les doigts tout ce qui a fait le succès de la saga. C’est juste le manque de nouveautés qui nous chagrine un peu, avec seulement quelques rajouts qui ne chamboulent pas vraiment les acquis. La plus importante est vraisemblablement les œufs géants qu’il est possible de récolter de temps à autre, parfois métallique, qui peuvent servir à faire le ménage très efficacement. Yoshi dispose également de nouveaux bonus, comme les ailes qui permettent de planer ou l’étoile, qui sans surprise nous aide à être invincible durant un court laps de temps. Un power-up provenant de la série du plombier mais qui n’ajoute pas grand-chose de neuf, surtout que leur utilisation est très ponctuelle et peu exploitée. Sachant que l’aventure globale souffre d’un manque de dynamisme, la faute à un manque de rythme par rapport aux épisodes précédents.

L’inconvénient majeur, en tout cas si l’on est un vieux de la veille qui est passé par presque tous les jeux de plates-formes made in Nintendo, c’est le manque de défi. Yoshi’s New Island est un parcours de santé qu’on traverse sans trop d’embuches. Les niveaux regorgent pour la plupart d’inventivité et il serait présomptueux d’affirmer le contraire, mais c’est plutôt la difficulté presque inexistante qui froissera notre égo.La première traversée de l’aventure, en ligne droite, ne prendra que quelques heures et il faudra indéniablement revenir dans les niveaux, à la quête de tous les secrets, pour vraiment y trouver un peu de challenge. Il faut bien entendu freiner ses ardeurs, en se disant que le jeu se destine peut-être à un jeu public. En témoigne l’affolante beuverie de vies qu’on récolte à ne plus savoir qu’en faire. Mais le juste milieu qu’on a habituellement dans un titre venant de Nintendo, le fameux gameplay à double couche, qui satisfait aussi bien les néophytes que les habitués, n’a cette fois pas vraiment trouvé un équilibre satisfaisant.

yoshi-s-new-island-nintendo-3ds-1389370808-022 yoshi-s-new-island-nintendo-3ds-1389370808-024

De l’ancien dans le nouveau

Sur la forme ce Yoshi’s New Island ressemble en tout point à ce que la série nous avait habitué. Au point que d’anciennes mécaniques ont été recyclées, tout en les mettant un peu au goût du jour, notamment pour l’utilisation des fonctionnalités de la 3DS. Cela se ressent sur des passages où Yoshi se transforme en divers véhicules, comme l’hélicoptère, la foreuse ou le sous-marin. Une idée qu’on avait déjà pu voir dans Yoshi’s Island, presque vingt ans auparavant. Le maniement à certes toutefois un peu changé, car il est question ici d’utiliser le gyroscope de la console, en la penchant de droite à gauche pour déplacer notre engin. Une fausse bonne idée qui se démarque par des moments parfois hasardeux et qui va même jusqu’à freiner le rythme du jeu, qui n’est déjà pas bien fameux. Un constat un peu accablant qu’on transposera sur la section multijoueur, qui se révèle être une succession de mini-jeux qu’on débloquera petit à petit. Même si l’on dénote l’opportunité d’y jouer sans que le deuxième joueur possède la cartouche jeu, leur contenu est si peu fourni, qu’il y a fort à parier que vous en ferez vite abstraction.

Loin d’être clairement décevant, il manque assurément un petit quelque chose à Yoshi’s New Island pour sortir de la masse. Le jeu se montre plaisant et devrait aboutir sur un bon divertissement pour la plupart des joueurs qui n’ont pas touché à l’œuvre d’origine, mais pour les autres c’est une autre chanson. La reprise des thèmes musicaux et des bruitages de Yoshi’s Island ne fera d’ailleurs que renforcer ce sentiment de déjà-vu. Ce qui ne devrait pas s’arranger, au vue de la réalisation artistique qui encore une fois lorgne vers le mignon à souhait. Rien de bien choquant, dans la mesure où il s’agit d’un visuel crayonné qui colle parfaitement à la série depuis ses débuts. Une marque de fabrique qu’on ne reniera absolument pas et qui lui va à ravir. Mais qui est resté ancré dans le béton depuis maintenant presque deux décennies et qui n’a pas grandement essayé de se renouveler. Jusqu’au bout c’est ce qu’on retiendra de cet épisode, qui se repose un peu trop sur son héritage, sans réussir à s’en détacher en apportant quelque chose de concrètement marquant.

En conclusion

Sympathique mais sans plus. Devant le fait établi c’est la conclusion logique qu’on peut émettre lorsqu’on prend Yoshi’s New Island entre les mains. Le peu de nouveautés n’arrivera pas vraiment à nous convaincre du contraire. Cela reste un bon jeu, mais qui aura le don de nous laisser insatisfait. Les maigres tentatives de relancer notre intérêt sont mal exploité, voire pas du tout et ne parviennent pas vraiment à aboutir sur l’effet voulu. Au mieux, les joueurs qui découvrent la série avec cet épisode en tireront sans aucun doute un certain plaisir, mais pour les autres cela risque d’être tout juste une distraction tout aussi vite oublié.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.