Test – Zoo Tycoon

Après s’être fait une petite place sur PC, puis en version nomade sur DS, Zoo Tycoon débarque enfin sur console de salon. De quoi ravir tous les joueurs en mal de jeux de gestion, même si l’on risque de déchanter un peu devant la tournure que prend la série. Reste à voir si cet opus arrivera à marquer le lancement de la Xbox One.

zoo-tycoon-head

Des nounours et des éléphants

Pour ceux qui s’attendent à avoir la main mise sur un zoo en entier, avec la gestion de tout le parc dans ses moindres détails, la porte de la désillusion guette à l’horizon. Dans ce Zoo Tycoon, il s’agit simplement de gérer dans les grandes lignes le bon fonctionnement de notre structure. La satisfaction des visiteurs est toujours au centre de l’attention, mais leur volonté ne sera pas bien difficile à satisfaire. La construction d’un zoo n’aura jamais été aussi facile, puisque presque tout se retrouve automatisé. Il suffit de placer à notre convenance chaque installation à l’endroit souhaité et le reste se fera tout seul. Les chemins pour relier les différents enclos se créeront d’eux-mêmes. On décide du prix des stands de fast-food, du placement des toilettes ou de quel animal ira garnir un enclos, mais la personnalisation reste assez sommaire. Au mieux il sera possible de choisir la couleur des allées ou de l’apparence des poubelles et des tables de pique-nique. Même s’il s’agit d’offrir une bonne diversité d’animaux dans son zoo, voire palier au manque de divertissement des visiteurs, il reste qu’on faite vite les tours des options de gestion.

Un mal pour un bien, puisqu’il s’agit là d’une bonne introduction au genre pour les joueurs qui n’auraient jamais touché à un Zoo Tycoon. Pour les autres, il y aura fort à parier qu’ils toucheront vite aux limites du jeu, puisqu’il devient très facile de se lancer dans une partie presque parfaite. Le manque d’argent ne se fait pratiquement jamais ressentir, et au mieux on ira surtout attendre que notre renommé veuille bien augmentée, afin de débloquer de nouveaux animaux ou installation. Car pour avoir accès à des nouvelles espèces ou des bâtiments, il faut au préalable avoir effectué la recherche. Toutes ne sont pas disponibles dès le départ, ce qui peut être une motivation pour continuer d’agrandir notre zoo. Car une fois que tout est en place, il ne reste guère plus que ça à faire. S’assurer d’avoir une belle diversification, en remplaçant au fur et à mesure les animaux qu’on possède par des nouveaux types. Une certaine monotonie s’installe donc assez rapidement, surtout que le reste de nos activités peuvent facilement se faire toute seule.

zoo-tycoon-xbox-one-1386089280-015 zoo-tycoon-xbox-one-1386089280-019

Entretenir sa bicoque

Le bien-être de son parc est de rigueur, mais aussi celui de nos bestioles. Mais en plaçant une zone de lavage et une de nourrissage dans un enclos, ainsi qu’un jouet adéquat à leur race, leurs besoins sont vite résolus. Au mieux il faudra les réapprovisionner de temps en temps, mais c’est une tâche que vos soigneurs rempliront par la suite, dès qu’on aura débloqué leur local. Au même titre que les nettoyeurs ou encore l’aide à la reproduction. Car bien entendu, il faut participer à la préservation des espèces en danger. En installant un couple d’animaux dans un enclos, puis en y assignant un soigneur spécialisé, il y a de forte chance qu’une progéniture en soit le résultat final. Mais là encore, rien de particulier à faire dans la mesure où il s’agit encore une fois de simplement laissé rouler la machine. Ce qui reste ensuite à faire c’est de réintroduire dans la nature les plus vieux spécimens, en adoptant au passage des plus jeunes. La seule frivolité qu’il nous reste ensuite, ce sera d’attendre un bébé d’une couleur inhabituelle, dans l’espoir de pouvoir le photographier sous son meilleur jour pour notre album.

Avec un peu de mauvaise foi, on pourrait facilement dire que Zoo Tycoon n’est qu’une sous production des épisodes sorties il y a quelques années sur PC. Mais en mettant nos attentes à la baisse, il y a de quoi passer de bonnes parties en sa compagnie. Le jeu se destinant clairement à une tranche de joueurs moins exigeants. En veut pour preuve l’intégration des fonctionnalités propre à Kinect, comme la reconnaissance de mouvements durant des interactions avec les animaux. Faire des grimaces aux chimpanzés qui ne tarderont pas de vous imiter, voire de nourrir ou nettoyer au jet d’eau des éléphants. C’est là les trois activités qui nous seront proposées. Pas de quoi fouetter un chat mais cela reste amusant, du moins le temps de la découverte pour ne finalement plus vraiment y revenir. Dans le meilleur des mondes, vous pourrez toujours laissé vos enfants s’amuser quelques minutes avec les bestioles, qui sont au passage bien modélisé. Zoo Tycoon ne peut clairement pas se vanter du plus beau jeu de l’année. L’ensemble est très générique et au mieux cela reste juste plaisant à l’œil.

zoo-tycoon-xbox-one-1386089280-046 zoo-tycoon-xbox-one-1386089280-041

Pas aussi dense qu’on le pense

Si ces quelques lignes s’attardent surtout sur le cœur du jeu, c’est-à-dire la gestion de votre zoo, c’est surtout que les trois modes de Zoo Tycoon reprenne ce principe. Ce qu’on retrouve notamment dans le jeu libre, qui à l’aide d’un budget illimité vous permettra de construire ce que bon vous semblera. Un mode qu’on laissera vite de coté pour plutôt se tourner vers la campagne. Une vingtaine de scénarios nous attendent, pour prendre la tête d’un zoo qui a grandement besoin de notre aide. Il faudra remplir des objectifs dans un temps donné, tout en veillant à la bonne condition du parc. Là encore les limites montrent vite le bout de leur nez, avec des missions qui finissent encore une fois par se ressembler. C’est aussi le cas dans le mode défi, qui propose une alternative intéressante à la monotonie de Zoo Tycoon. Le principe de gestion reste le même, mais ponctuellement des défis viendront vous titiller. Il est question de faire des courses en voiturette, de photographier vos animaux pour votre site web ou pour un magazine, mais aussi de répondre au besoin de votre zoo ou de ses occupants. Leur but peut varier, ainsi que leur récompense, mais cela aura surtout le mérite d’apporter un peu de renouveau à nos parties.

En percevant Zoo Tycoon dans son ensemble, on peut largement ressentir un jeu qui profite de l’engouement d’une nouvelle console de salon, pour se faire une place au milieu des gros titres. C’est en tout cas se qu’on peut allègrement penser en scrutant les petits défauts du jeu. Pourtant, il faut reconnaitre qu’on arrive à prendre du plaisir en arpentant les allées des zoos qu’on  est amené à créer. Nos parties peuvent être intéressantes et auront même le mérite d’être accessible à un plus jeune public. Il est certain que si l’on recherche une gestion très élaborée, avec la possibilité de paramétré un parc dans le moindre de ses détails, on risque d’être très déçu. Et c’est peut-être justement là le principal reproche qu’on pourra faire à Zoo Tycoon. Car en plus d’être très simple dans sa conception, cela se répercute directement sur un manque de challenge à long terme. En dehors des campagnes, tous les zoos finissent par se ressembler et on aura vite fait de se concentrer uniquement sur une seule partie. Au point de vite le laisser de coté, pour se concentrer sur des jeux avec un peu plus de consistance.

 

En conclusion

Avec Zoo Tycoon, la Xbox One accueil son premier jeu de gestion. Après des épisodes sur PC qui ont marqué leur temps, on pouvait clairement s’attendre à un renouveau sur console de salon. C’est malheureusement loin d’être le cas, même si on aurait tendance à rester indulgent face à un titre qui essaye d’être accessible aux enfants. C’est en tout cas ce que laisse paraître sa prise en main très intuitive, au risque de laisser sur le carreau un grand nombre de joueurs qui y chercheraient un défi à leur hauteur. Zoo Tycoon n’est pas un grand jeu de gestion et ne marquera sûrement pas les esprits. Au mieux cela reste une distraction sympathique le temps de quelques parties, à condition bien entendu de le dénicher à petit prix.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.