Warhammer 40.000 Regicide : les échecs version guerre galactique

Si vous avez examiné un peu le fond de mon antre de jeu dans les vidéos Rewind, vous avez du remarquer des figurines du jeu de stratégie Warrhammer 40.000. Sachant qu’un jeu tiré de cette vénérée licence allait sortir, j’ai fait une demande à notre vénéré rédac chef afin de l’obtenir. Et voilà, c’est chose faite.
warhammer-40k-regicide-head

Dans le futur, il n’y a que la guerre!

L’univers de Warhammer 40.000 (ou 40K pour les intimes) n’est pas des plus paisible. Aux quatre coins de chaque galaxie, la guerre fait rage. D’un côté, il y a les forces de l’humanité menées par l’empereur -dieu et composées des milliards de soldats de la guarde impériale ainsi que des phénoménaux Space Marines. De l’autres côté il y a les Orques, les Eldars, les Tyrannides, les hérétiques chaotiques et bien d’autres aliens et autres ennemis. Chaque jour, des milliers d’âmes s’éteignent dans la douleur mais bien d’autres survivent grâce à ces combattants d’élite. C’est dans cet univers que Regicide prend place et vous mettant aux commandes d’une faction de Space Marines, ces géants génétiquement améliorés dans leurs puissantes armures. Vous devrez faire face à une invasion Orque pour sauver un mode-ruche impérial. Vaillant Spaces Marines, vous êtes le dernier rempart face à cette masse grouillante de xénos verdâtres. Protégez les installations, détruisez vos opposants et sauvez ce monde car si vous échouez, les peaux-vertes utiliseront nos usines pour fabriquer des armes terribles et continuer leur expansion dans la galaxie.

Dire que j’aime tout ce qui touche à Warhammer et aux jeux de stratégie serait en-dessous de la réalité. Après m’être essayé à quasi tout ce que la production vidéo ludique a pu faire autour de cette licence, je m’attaque maintenant à Warhammer 40.000 Regicide qui revisite complètement le concept de base de ce jeu de stratégie. Ici, nous sommes face à un énorme échiquier et les pions sont remplacés par des Space Marines et des Orques. Dans un sens, le jeu de plateau m’a toujours fait penser à une partie d’échecs, c’est vrai. Mais cette fois, on est en plein dedans. Ce titre propose deux modes de jeu bien différents. Il y a d’abord le mode classique qui est un jeu d’échecs dans la plus pure tradition du genre. Les Space Marines de base sont les pions, les terminators sont les tours, les devastators sont les fous, les Marines d’assaut sont les cavaliers, l’archiviste est la reine et le capitaine est le roi. Les déplacements sont les mêmes que le jeu d’échecs classiques et la seule différence est que l’on voit les personnages s’entre-tuer lorsque l’on prend une pièce. Bon, ce n’est pas trop mal réalisé, les combats sont sanglants mais ça manque de quelque chose. Pas d’impacts de balles sur les protagonistes, pas de traces de l’épée tronçonneuse qui transperce un ennemi … en revanche, ils saignent, explosent et autres joyeusetés. Mouais, pas mal mais peut mieux faire.

Prêt pour la bataille !

Prêt pour la bataille !

Joueurs, placez vos pièces

Le second mode de jeu quant à lui est beaucoup plus intéressant.Dans ce mode Regicide, on garde la base du jeu d’échec mais cette fois avec plus de caractéristiques du jeu de plateau Warhammer 40.000. Si les phases de mouvement et de prise de pièces sont les mêmes, vous avez en plus de ces mouvements des points d’initiative à dépenser. Ces points vous permettent d’effectuer un certain nombre d’actions liées au personnage sélectionné. Vous pourrez par exemple tirer sur un ennemi sachant que la distance influence grandement sur le fait de toucher votre cible. Cela dépend aussi de la capacité de visée de votre personnage sachant qu’un Space Marine de base vise moins bien qu’un Archiviste par exemple. En gros, vous pourrez ainsi éliminer des pièces du joueur adverse sans effectuer de mouvement sachant qu’à l’inverse, votre adversaire fera de même. En plus du tir, vous pourrez aussi vous mettre à couvert pour réduire la chance d’être touché, invoquer le pouvoir de la CruxTerminatux (un bouclier), lancer une grenade à effet de zone, appeler un bombardement orbital, etc. D’un coup, cela change énormément le style du jeu car il faut compter presque plus avec ces attaques qu’avec les déplacements classiques du jeu d ‘échec. En effet, aller prendre une pièce dans le camp adverse peut être bon mais votre pièce peut rapidement se retrouver criblée de balle ou attaqué au corps à corps.

On sent bien l’esprit Warhammer 40.000 dans ce mode Regicide, esprit qui manquait un peu au mode de jeu classique. En contrepartie les parties sont beaucoup plus longues et plus complexes car cette fois on peut tuer le roi ennemi, le big boss Ork,  au lieu de le mettre en échec mais attention, le bougre vise bien et a une sacrée puissance de feu. Au vu des écrans promotionnel du jeu (je rappelle qu’on parle quand même d’un jeu en earlyaccess pour le moment), certains terrains de bataille pourraient contenir des éléments de décor pour bloquer la progression ou piéger une zone. Je suis assez curieux de voir ce que ça donnera. Aussi, seuls les modes solo contre l’I.A. et multijoueurs sont actuellement disponibles et peu de factions sont présentes. Entre les Space Marines Blood Angels et White Scars d’un côté et les les Orques du clan Goff de l’autre, c’est peu mais d’autres factions et races devraient vite rejoindre leurs rangs. En revanche, je ne sais pas encore quelle influence cela aura sur le jeu hormis de nouvelles animations et surement de nouvelles armes spéciales.  Un mode campagne est aussi prévu mais peu d’information sont disponibles à ce sujet. Disons que cet earlyaccess donne l’eau à la bouche et réussi à coupler adroitement deux jeux qui ont finalement beaucoup en commun.

 

En conclusion

Les fans de la franchise Warhammer 40.000 devraient fortement apprécier ce Warhammer 40.000 Regicide. L’esprit du jeu de stratégie est présent, principalement dans le mode Regicide qui renouvelle adroitement les règles du jeu d’échecs.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *